Thème 3 : Science, innovation et développement économique

Panel de conférence pour la commercialisation de l'innovation

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Commercialiser l'innovation au Canada : conserver le capital humain et financier au nord de la frontière

Organisé par: Centres d'excellence de l'Ontario, Dre Claudia Krywiak et Geraldine Chen

Orateurs: Kathryn Hayashi, présidente et chef de la direction, TRIUMF Innovations ; Audrey Mascarenhas, présidente et chef de la direction, Questor ; Dr Zhou Wang, co-fondateur et directeur scientifique, SSIMWAVE ; professeur et chaire de recherche universitaire, Université de Waterloo; Rodney Wilson, technologue en chef, Réseaux de recherche, Ciena Corporation ; Dr Alan Winter, commissaire à l'innovation, gouvernement de la Colombie-Britannique.

Modérateur: Dr Tom Corr, président et chef de la direction, Centres d'excellence de l'Ontario

Plats à emporter et recommandations

Les défis

Les opportunités

  • Le système économique canadien possède plusieurs forces, notamment :
    • Une population diversifiée et multiculturelle qui ouvre des opportunités de commerce et d'investissement grâce à des connexions mondiales ; des voix diverses contribuent également à une meilleure prise de décision
    • L'ouverture du Canada à l'immigration, par rapport à d'autres pays, nous positionne bien dans la lutte mondiale pour les talents
    • Le Canada abrite la deuxième plus grande grappe de TIC en dehors de la Silicon Valley, en particulier le corridor Toronto-Waterloo
    • Un système d'éducation d'excellence qui produit des talents compétitifs à l'échelle mondiale (c'est-à-dire pourquoi le plus grand centre de R&D de Ciena est situé à Ottawa)
  • SSIMWAVE attribue une grande partie de son succès à un écosystème de soutien (p. ex., bureau de commercialisation de l'Université de Waterloo, incubateurs, financement du CRSNG, des CEO et des investisseurs providentiels locaux, mentorat d'entrepreneurs locaux)
  • Ciena a situé le plus grand centre de recherche et développement de la société dans l'ouest d'Ottawa (Kanata) en raison de la proximité des meilleures écoles d'ingénieurs et des diplômés. Mais la concurrence croissante pour les talents rend plus difficile d'attirer les personnes qualifiées dont ils ont besoin.

Solutions potentielles

  • Une politique d'innovation ambitieuse et globale est nécessaire pour contribuer à promouvoir la croissance économique. Cela nécessitera une approche pangouvernementale et systémique et la reconnaissance du fait que les entreprises sont le principal vecteur d'innovation dans l'économie. (Également souligné dans Nicholson rapport)
  • Le Canada a besoin de politiques d'innovation qui aident une poignée d'entreprises locales à devenir des sociétés phares de plus de 1 milliard de dollars; les politiques actuelles sont trop axées sur le soutien de milliers de start-ups. N'ayez pas peur de choisir les gagnants et de célébrer les gagnants.
  • Comme Nicholson l'a noté dans son rapport, le gouvernement fédéral dispose de plusieurs leviers au-delà du financement pour encourager l'investissement des entreprises dans la R&D – l'un de ses leviers les plus puissants est l'approvisionnement.
  • N'ayez pas peur de fixer des objectifs que tout le monde connaît et autour desquels ils se rallieront.
  • La récente rapport de la Table stratégique sur les technologies propres du Canada La Clean Tech Energy Table a réuni 156 PDG pour discuter de ce que le Canada doit faire différemment. Ses six propositions sont :
    • Développer un système de réglementation agile et performant (c'est-à-dire que Questor a pu étendre ses opérations au Colorado parce que Règle 7 rend obligatoire la combustion fermée pour les opérations sur les champs pétrolifères afin de gérer efficacement les émissions. Cela a permis aux producteurs d'obtenir plus facilement l'approbation des projets des autorités nationales et locales.)
    • Accélérer la croissance des principales entreprises de technologies propres du Canada en comblant les lacunes dans le financement de la mise à l'échelle et en mettant en œuvre l'initiative phare « À nous le podium »
    • Stimuler l'adoption des technologies propres en faisant en sorte que le gouvernement soit le principal acheteur et en incitant l'approvisionnement de l'industrie
    • Créer des emplois en élargissant le développement des compétences et permettre la définition d'objectifs significatifs en matière de diversité et d'inclusivité grâce à un accès accru aux données
    • Saisir les opportunités nationales et internationales en matière de technologies propres là où le Canada possède des atouts et permettre l'accès au financement climatique mondial
    • S'engager avec les communautés autochtones pour créer des opportunités de partenariat et de co-développement d'initiatives de technologies propres
  • La Colombie-Britannique a nommé un Commissaire à l'innovation être un champion de la technologie dans tous les secteurs. Le poste se concentre principalement sur ce qui peut être fait pour accroître la R&D des entreprises au Canada.
  • La Colombie-Britannique a également établi le Groupe de travail sur les économies émergentes fournir des analyses et des conseils sur les tendances émergentes, y compris les technologies transformatrices
  • Pour accélérer la découverte de médicaments et attirer la R et D au Canada, mettre en œuvre un cadre réglementaire d'utilisation compassionnelle pour explorer de nouveaux traitements médicamenteux novateurs. Un tel cadre permettrait au Canada de tirer parti de son expertise en médecine nucléaire, par exemple, pour traiter des patients atteints de tumeurs métastasées à l'aide d'une thérapie alpha ciblée, comme cela s'est fait en Allemagne.
  • Une politique de la propriété des inventeurs à l'Université de Waterloo a contribué à son succès dans la commercialisation de la recherche universitaire et l'attraction de talents du monde entier.
  • Modifier le programme de recherche scientifique et de développement expérimental (RSDE) afin qu'il récompense la mise à l'échelle, au lieu de « réduire » l'admissibilité au financement des entreprises qui se développent ou deviennent rentables (c.-à-d. en vendant des produits et des services à l'extérieur du Canada)
  • Le Canada a besoin de plus de programmes de financement qui appuient les projets de recherche à court terme (moins de deux ans) entre l'industrie et le milieu universitaire (c.-à-d. semblables à ceux du CRSNG Subventions d'engagement de partenariat et Mitacs stages, Centres d'excellence de l'Ontario programmes, ENCQOR pour les technologies 5G, et Prompt et CEFRIO Au Québec).

panneau de conférence panel conférence 2019 orateurs de la conférence

Panel de conférence sur les politiques fondées sur la science

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Qu'est-ce qu'il y'a au menu? Des politiques fondées sur la science pour faire face aux nouvelles réalités agroalimentaires

Organisé par: Université de Guleph

Orateurs: Professeur Mary Buhr, doyenne et professeure, Collège d'agriculture et de bioressources, Université de la Saskatchewan; professeur Maria Corradini, professeur de sciences alimentaires, Université du Massachusetts ; Dre Bettina Hamelin, présidente-directrice générale, Ontario Genomics; Dre Deb Stark, ancienne sous-ministre du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario; membre du conseil d'administration, Institut canadien des politiques agroalimentaires

Modérateur: Dr Malcolm Campbell, vice-président de la recherche, Université de Guelph

Plats à emporter et recommandations

Le contexte de l'agriculture canadienne

  • Il y a près de 50 ans, la majorité des Canadiens avaient une compréhension directe de la chaîne de valeur des aliments et de la façon dont ils se retrouvaient dans leurs assiettes. Ils avaient une relation avec le producteur primaire. Ensuite, les niveaux de productivité étaient faibles.
  • Aujourd'hui, il existe une relation plus éloignée même entre l'agriculteur et l'agriculture, en raison de l'utilisation de la technologie qui a augmenté la productivité.
  • Les consommateurs ont une bien moindre compréhension de la façon dont ces aliments sont arrivés à leur table.
  • Le Canada est le 5e plus grand exportateur de produits agricoles.

Comment la technologie est utilisée dans l'agriculture

  • Les agriculteurs pratiquent une « agriculture de précision ». C'est ainsi que les producteurs gèrent leurs fermes de milliers d'hectares. Par exemple:
    • Les agriculteurs utilisent des cultures à taux variable par semis et fertilisation sur la base de données sur leurs terres.
    • La technologie soutient la gestion des maladies / ravageurs, les techniques d'irrigation, une meilleure prise de décision, la gestion des déchets, l'amélioration des profits, une meilleure santé écologique.
  • Les technologies émergentes incluent :
    • L'utilisation de satellites pour détecter l'humidité du sous-sol, identifier les microbes du sol, caractériser les profils du sol, etc.
    • Des mégadonnées qui peuvent être utilisées pour prédire la phytogénétique idéale pour le sol, le climat, le terrain et l'utilisation finale. Quelles sont les cultures idéales pour ce terrain ?
  • Aucune industrie n'est une plus grande utilisatrice de mégadonnées que l'agriculture.

Génomique en agriculture

  • Les innovations génomiques jouent un rôle dans l'ensemble de la chaîne de valeur alimentaire.
  • La génomique est utilisée pour augmenter la quantité de lait produite par une vache, l'immunité d'un animal, la santé des animaux, etc.
  • Nous voulons acheter des aliments que nous pouvons nous permettre, qui sont sûrs, qui n'ont pas de taches et qui ont bon goût.
  • La génomique peut aider à rendre les plantes résistantes aux agents pathogènes, tout en permettant à la plante de se concentrer sur la culture de gros fruits/légumes.
  • Les innovations génomiques futures pourraient inclure : des veaux sans cornes, des pommes qui ne brunissent pas, etc.

Emballages alimentaires

  • Nous nous dirigeons vers un emballage actif, qui comprend des composants pour améliorer et prolonger la durée de conservation des aliments.
  • L'introduction des bioplastiques et des emballages biodégradables est imminente.
  • Ma nourriture a-t-elle mal tourné ? L'étiquetage ouvert (statique) est ce que nous faisons maintenant ; attributs de qualité/sécurité en temps réel (dynamique), est à venir. Cette innovation aura des implications importantes pour la sécurité, réduira les déchets et permettra aux gens de consommer des produits à leur durée de vie maximale.
  • L'électronique biodégradable aidera à évaluer la durée de conservation restante des aliments.

L'avenir de l'agriculture canadienne

  • Historiquement, la politique agricole a été une question d'économie : créer de la richesse de manière durable.
  • Les participants soutiennent qu'ils ont besoin d'une science et d'une technologie aussi rapides ou plus rapides que nos concurrents pour être compétitifs.
  • Les régulateurs continuent d'entendre que leurs décisions ne sont pas fondées sur la science et qu'elles ne vont jamais assez vite.
  • Selon le Center for Food Integrity, moins de la moitié des Canadiens pensent que leur système alimentaire va dans la bonne direction.
  • En 2017, les Canadiens ont fourni des commentaires sur une politique alimentaire potentielle pour le Canada. Cela peut changer la conversation sur l'agriculture.
  • Et après? Les citoyens participeront à la discussion. Il ne s'agit pas de croissance à tout prix.
  • Tension fondamentale : la production alimentaire est une question de technologie, mais la nourriture est une question de culture et de valeurs, ce qui crée une relation difficile.
Panel de conférence pour les communications scientifiques innovantes

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Communications scientifiques innovantes

Organisé par: Pixels et Plans, Julia Krolik

Orateurs : Dre Chantal Barriault, directrice du programme de communication scientifique à l'Université Laurentienne ; Jonathan Provost, scientifique environnemental à Affaires autochtones et du Nord Canada;

Catherine Lau, agente d'évaluation de programme chez Art the Science; Samantha Yammine, candidate au doctorat en neurosciences et biologie des cellules souches à l'Université de Toronto

Modérateur/Conférencier : Julia Krolik, fondatrice, Pixels et plans & Art la science

Plats à emporter et recommandations

  • La communication scientifique consiste à transformer les connaissances scientifiques de manière percutante pour le public visé.
  • L'Université Laurentienne est le seul établissement d'enseignement postsecondaire au Canada doté d'un Programme de maîtrise en communication scientifique pour les diplômés en sciences. Ses 150 anciens élèves travaillent dans le gouvernement, les instituts de recherche, les ONG, les centres scientifiques, les musées, les zoos, les aquariums, l'industrie et le milieu universitaire.
    • Science Nord s'est associé au programme pour contribuer au développement des professionnels de la communication scientifique grâce à des opportunités d'apprentissage pratiques et expérientielles.
    • Le programme donne aux diplômés les bases théoriques d'une bonne communication et développe leurs compétences en communication par l'écriture, la conception, la production et l'évaluation.
  • Art the Science est une organisation à but non lucratif qui facilite les résidences d'artistes dans les laboratoires scientifiques et aide les artistes à créer des interprétations numériques de leur travail (par exemple, un artiste résident de l'Université Queen's a utilisé un codage créatif pour représenter les grains de silice et activer les espaces entre eux.)
    • Un thème clé que l'évaluation a démontré était la nouvelle perspective que l'artiste a apportée au laboratoire. L'artiste a mis les membres du laboratoire au défi de réfléchir à la manière de communiquer leurs recherches à un non-expert et de faire la lumière sur les différentes façons de visualiser les données.
    • Découvrez d'autres thèmes qui ont fait surface dans le Rapport d'évaluation de la résidence d'artistes scientifiques de phase I
  • Cherchez des scientifiques en ligne et apprenez d'eux. Elle peut démocratiser l'accès à la science et au savoir et amplifier les voix marginalisées.
  • Les responsables de la politique scientifique et les scientifiques excluent souvent le contribuable de leurs consultations. Les médias sociaux, notamment Instagram, sont une plateforme efficace de communication multidirectionnelle. Les avantages d'Instagram incluent plus d'un milliard d'utilisateurs actifs par mois, un engagement élevé et son attrait en tant que support visuel.
  • La communication visuelle est généralement plus engageante que textuelle, mais cela a été traditionnellement ignoré dans la communication scientifique, ce qui donne l'impression qu'il s'agit d'une réflexion après coup.
  • L'intégration de la stratégie créative et des principes de conception dans la communication scientifique peut aider à diffuser plus efficacement votre recherche
  • Votre public cible doit piloter votre stratégie de communication
  • C'est un défi pour le gouvernement de communiquer les connaissances scientifiques au public. Les messages ont tendance à être adaptés à un public général, par opposition à un public spécifique. L'approbation par le gouvernement des communications en cours peut ralentir et compliquer le processus.
  • Établir des relations pour s'assurer que les messages sont acceptés et compris peut aider à combler les lacunes. Les tactiques sont secondaires à la relation.
  • Vos partenaires, votre personnel et votre public sont des personnes. Vous devez comprendre les gens pour comprendre votre entreprise.
  • L'accent mis sur l'application des connaissances et les communications ne devrait pas être une réflexion après coup. Intégrez les communications au début du projet.
Panel de conférence pour l'échec à prospérer

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Incapacité à prospérer : pourquoi le Canada a du mal à faire croître des entreprises de classe mondiale

Organisé par: Weronika Zych, Conseil des académies canadiennes

Orateurs: Lisa Crossley, PDG, Reliq Health Technologies Inc.; Judy Fairburn, membre du conseil d'administration, Forum des politiques publiques et Technologies du développement durable Canada; Victoria Lennox, cofondatrice et chef de la direction, Start-Up Canada ; Pierre Lortie, conseiller principal en affaires, Dentons LLP; Iain Stewart, président, Conseil national de recherches

Modérateur: Eric M. Meslin, président-directeur général, Conseil des académies canadiennes

Plats à emporter et recommandations

  • La politique d'innovation, les programmes gouvernementaux et le capital-risque jouent tous des rôles différents et contradictoires dans l'environnement actuel. Le Canada a des exemples d'entreprises à grande échelle, mais nous devons déplacer l'accent prédominant sur les petites entreprises vers celles qui peuvent évoluer et être compétitives sur un marché mondial.

Reconnaître l'importance de l'échelle et des réseaux

  • Les entreprises en démarrage aux prises avec le petit marché intérieur du Canada doivent prévoir de se mondialiser dès le premier jour pour surmonter la dépendance vis-à-vis du marché américain.
  • L'économie du savoir est tirée par l'économie des réseaux, contrairement à la « vieille économie » qui est tirée par les économies d'échelle.
  • Les décideurs canadiens ont une vision erronée de la création d'emplois, se concentrant sur les petites entreprises plutôt que sur les entreprises capables d'évoluer.
  • Les centres d'adoption de technologies et les centres d'exonération fiscale peuvent aider à combler le fossé entre les entrepreneurs et les multinationales.
  • Des progrès sont réalisés pour réduire la déconnexion entre les entrepreneurs et le gouvernement.

Identifier les enjeux qui freinent l'innovation des entreprises

  • Les obstacles à la croissance des entreprises comprennent le manque de talents managériaux, l'accès au capital, la pression pour les sorties à court terme et les politiques d'approvisionnement qui ne mettent pas l'accent sur la valeur ajoutée.
  • Il n'y a pas assez de capital-risque pour les entreprises qui cherchent à se développer.
  • Le Canada a perdu bon nombre de ses entreprises mondiales au cours des dernières années, passant d'environ 15 à aussi peu que cinq.
  • Le temps compte. L'incertitude et les retards entraînent souvent l'échec de l'entreprise.
  • La culture du risque est essentielle. Nous devons favoriser une attitude dynamique; faire partie de l'ADN canadien.

Profitez des opportunités

  • La perturbation crée des opportunités et le Canada l'a reconnu avec de récents investissements dans l'intelligence artificielle (IA) et l'informatique quantique.
  • Faites évoluer la supergrappe de l'IA pour réussir dans la compétition pour les talents, en augmentant la formation postsecondaire des talents de l'IA.
  • Accroître les investissements dans les TIC canadiennes (technologies de l'information et des communications) pour réduire l'écart par rapport aux États-Unis
Panel de conférence pour le HPC et l'IA

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Considérations politiques sur la convergence du calcul haute performance (HPC) et de l'intelligence artificielle (IA)

Organisé par: Calcul Ontario

Orateurs: Chris Loken, PhD, directeur de la technologie, Compute Ontario; Suzanne Talon, PhD, présidente-directrice générale, Calcul Québec; Alison Paprica, PhD PMP, vice-présidente, Stratégie de santé et partenariats, Vector Institute ; professeur adjoint, Institut de politique, de gestion et d'évaluation de la santé (IHPME); Alain Veilleux, directeur des technologies, Calcul Québec

Modérateur: Nizar Ladak, président et chef de la direction, Compute Ontario

Plats à emporter et recommandations

  • Le budget fédéral de 2018 comprenait un investissement ponctuel de 572.5 millions de dollars sur cinq ans (dont 52 millions de dollars sur une base continue) pour mettre en œuvre une stratégie d'infrastructure de recherche numérique qui offrira un accès plus ouvert et équitable aux ressources informatiques avancées et aux mégadonnées aux chercheurs de partout. Canada. Cela donne l'occasion d'examiner les politiques liées à des questions telles que les mégadonnées, la main-d'œuvre qualifiée, l'investissement technologique, les collaborations public-privé, la gouvernance à plusieurs niveaux, le financement, l'évaluation et l'impact.
  • Les méthodes HPC évoluent en permanence et l'IA/machine learning est le dernier domaine de convergence.
  • La convergence du HPC et de l'IA a déjà commencé, et à mesure que de plus en plus de disciplines de recherche (par exemple, la découverte de médicaments, les prévisions météorologiques, l'utilisation des terres, la psychologie, la construction) commencent à utiliser l'IA pour guider leurs simulations, analyser les données et résoudre des problèmes plus complexes, la demande de HPC continuera à augmenter.
  • La convergence de l'IA et du HPC peut créer des économies d'échelle, en évitant la duplication du matériel et la concurrence pour les chercheurs qualifiés pour prendre en charge les systèmes. Cela minimise également le besoin de déplacer de grandes quantités de données entre les sites HPC et AI. Il est logique d'avoir un système intégré où les chercheurs peuvent faire à la fois du HPC et de l'IA.
  • Il est important de faire la distinction entre les personnes qui font des recherches sur l'IA et celles qui utilisent l'IA dans leurs recherches, et de reconnaître que les principales réalisations de la recherche scientifique résultent de la collaboration entre les deux domaines de recherche.
  • L'IA évolue plus rapidement que les ordinateurs, ce qui peut être un défi lorsque les deux domaines convergent.
  • Certains chercheurs doivent pouvoir développer des outils spécialement conçus pour leurs besoins (c.-à-d. leur propre portail de partage de données). Pouvoir travailler en étroite collaboration avec les équipes HPC peut faciliter cela.
  • Le Canada doit voir grand dans les plateformes qui ont des données en leur cœur, en particulier dans les domaines où nous avons déjà de grands ensembles de données (c'est-à-dire la santé, les villes, les finances).
  • Plutôt que de répartir le financement pour la puissance de calcul, la connectivité, le stockage, etc., investissez dans des plates-formes de données qui rassemblent tous les éléments requis de l'infrastructure numérique, y compris de grands ensembles de données et les personnes qui font tout fonctionner sont recommandées.

Le besoin en ressources humaines et en ressources informatiques

  • Le Canada doit mettre l'accent sur la formation d'étudiants diplômés, de boursiers postdoctoraux et de chercheurs principaux pour exploiter pleinement la puissance et les capacités du CHP.
  • La concurrence s'intensifie pour les talents. Offrir un travail stimulant est souvent une plus grande incitation au recrutement que les niveaux de salaire.
  • « Pour surpasser la concurrence, nous devons surpasser les calculs » (US Council on Competitiveness)
  • Deux rapports récents de Compute Ontario mettent en évidence les forces et les lacunes du PHQ provincial et des ressources liées à l'informatique. Les recommandations incluent :
    • Accès accru aux accélérateurs et autres ressources ARC conçues pour prendre en charge les applications émergentes impliquant le Big Data et l'IA
    • Envisagez une nouvelle initiative dédiée à l'IA et à l'analyse de données haute performance
    • Élargir l'accès de l'industrie au PHQ et aux systèmes
    • Un financement prévisible et soutenu

Les avantages du Canada en matière de données

  • Les données contenues dans les systèmes de santé provinciaux à payeur unique peuvent fournir des informations sur le bien-être et la maladie dont d'autres pays ne peuvent que rêver. Le Canada compte également des personnes hautement qualifiées pour utiliser ces données (p. ex., des cliniciens-chercheurs).
  • Le financement du gouvernement de l'Ontario permet de transférer les fonds de données longitudinales sur la santé à l'échelle de la population dans un environnement sécurisé doté de la puissance de calcul requise pour la recherche moderne sur l'apprentissage automatique. La nouvelle plateforme HAIDAP est un partenariat entre HPC4Health, IC/ES et l'Institut Vecteur.
  • Le HAIDAP est opérationnel en Ontario, mais pourrait être étendu à l'échelle nationale.
  • Les actifs de données cloisonnés ont plus de valeur lorsqu'ils peuvent être combinés pour des analyses avec d'autres actifs (notez que les actifs de données ne doivent pas nécessairement être déplacés ou combinés dans un référentiel central pour y parvenir).

Collaborer avec l'industrie

  • Les efforts actuels pour créer une stratégie nationale d'infrastructure de recherche numérique se sont concentrés principalement sur le CHP, les mégadonnées et la capacité du réseau. Mais il est important de se concentrer également sur des activités complémentaires telles que la mise à l'échelle de l'IA et la promotion des collaborations université-industrie, ce qui nécessite un financement supplémentaire (c'est-à-dire pour du personnel qualifié).
  • L'infrastructure CHP au Canada a été principalement financée par la Fondation canadienne pour l'innovation, ce qui signifie que ses principaux utilisateurs ont été des chercheurs universitaires. Élargir la définition de chercheur pour inclure l'industrie et chercher plus d'occasions de collaboration (SOSCIP est un bon exemple de collaboration industrie-université.)
  • Si nous voulons que l'industrie réussisse à utiliser le CHP et l'IA, elle a besoin du soutien d'organisations comme Calcul Québec et Compute Ontario. Il est donc important de financer ce type de soutien.
Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Les plats à emporter et les notes seront bientôt disponibles

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Exploiter la diversité et l'inclusion pour stimuler l'innovation dans les sciences et la technologie au Canada

Organisé par: Université Ryerson, Wendy Cukier

Orateurs: Mohamed Elmi, candidat au doctorat, Université du Cap ; Jaigris Hodson, professeur adjoint d'études interdisciplinaires, Université Royal Roads; Doaa Mansour, Advancing Women in STEM, Services d'emploi jeunesse Montréal

Modérateur: Wendy Cukier, professeur d'entrepreneuriat et de stratégie et fondatrice, The Diversity Institute

Plats à emporter et recommandations

  • Se concentrer sur l'équité, la diversité et l'inclusion (EDI) fait partie intégrante de la création d'une économie qui fonctionne pour tout le monde.
  • Le Canada a besoin d'une stratégie à plusieurs niveaux qui examine les comportements individuels ainsi que les contextes organisationnels et sociétaux pour conduire le changement et réaliser correctement l'innovation inclusive.

Les immigrants font partie de nos plus grands entrepreneurs

  • Les immigrants sont plus susceptibles de se lancer dans l'entrepreneuriat que les résidents nés au Canada.
  • Malheureusement, la plupart des agences d'établissement et des organisations de soutien se concentrent sur la formation linguistique et les parcours d'emploi traditionnels (et non sur l'entrepreneuriat) et les organisations conçues pour soutenir les entrepreneurs ont une compréhension limitée des défis auxquels les nouveaux arrivants sont confrontés.

Les programmes de soutien à l'innovation ne sont pas conçus pour les femmes

  • La plupart des incubateurs et des programmes d'accélération axés sur les STEM reproduisent les préjugés systémiques, sont dirigés par des hommes, sont hyper compétitifs (pensez à «Dragon's Den») et renforcent la «bro-culture».
  • Il y a moins de mentors, moins de soutien et moins de financement ou de parrainage pour les femmes.

Notre image d'entrepreneur crée des biais

  • Nous devons reconsidérer notre image d'innovateurs et élargir notre compréhension de l'entrepreneuriat pour englober plus que la technologie.
  • Par exemple, la plupart des gens penseraient à Bill Gates ou Elon Musk ("hommes blancs dans la technologie") en tant qu'entrepreneurs - moins penseraient à Oprah et presque personne ne penserait aux agriculteurs ou aux artistes.
  • Les représentations médiatiques des entrepreneurs doivent être plus diversifiées.

La culture organisationnelle d'exclusion est un énorme problème

  • L'innovation inclusive dans les organisations doit être plus qu'une simple question de pratiques d'embauche.
  • Les organisations doivent reconsidérer leurs processus à tous les niveaux – formation et communication en gestion, conception de produits, approvisionnement, marketing et promotion. L'EDI doit être intégré à tous les niveaux.
  • Les organisations doivent tenir compte de leur leadership – qui prend les décisions ? Qui est visible ? Quel est le ton venant du haut ?
  • Les organisations doivent avoir des pratiques RH solides et transparentes.
  • La formation sur les préjugés inconscients devrait être plus courante et systématique dans toutes les organisations.
  • Il doit y avoir des incitations et des systèmes de récompense pour appliquer et/ou soutenir l'EDI. Il ne peut pas s'agir simplement de directives suggérées.

Créer des environnements en ligne inclusifs

  • Les environnements en ligne peuvent faciliter l'innovation, la bloquer ou l'inhiber.
  • Du côté positif, les médias sociaux peuvent diffuser des informations et des connaissances sur une technologie ou une innovation à un large public.
  • Du côté négatif, cela peut inhiber l'innovation lorsqu'il devient un espace dangereux où les gens peuvent partager des idées ou participer à des discussions.
  • Les personnes les plus négativement touchées par les médias sociaux sont les personnes issues de groupes défavorisés (femmes, personnes de couleur, etc.) et peuvent inclure le harcèlement, les menaces d'agression sexuelle, etc.
  • L'anonymat en ligne est un énorme problème et des organisations comme Twitter doivent intensifier et être plus transparentes.
  • Les gouvernements peuvent jouer un rôle en créant ou en imposant la création d'espaces en ligne sécurisés par le biais de réglementations, ou en refusant de faire affaire avec des organisations qui ne respectent pas les normes de sécurité en ligne.
  • Les institutions peuvent aider en :
    • Se renseigner sur les risques auxquels certains groupes sont confrontés sur les réseaux sociaux.
    • Donner une formation et définir clairement les attentes concernant l'utilisation des médias sociaux pour leurs employés.
    • Fournir des réseaux de soutien à ceux qui pourraient être à risque d'être affectés négativement par les médias sociaux.

Autres façons dont le Canada peut exploiter l'EDI pour stimuler l'innovation

  • Réalisez que les gens n'ont pas besoin d'expérience en technologie pour être des PDG prospères.
  • Soutenir le réseautage, le mentorat et le parrainage des entrepreneurs immigrants et des femmes en reconnaissant que les opportunités entrepreneuriales sont diverses et vont au-delà de la technologie.
  • Fournir une meilleure intégration des services de soutien aux entreprises et aux immigrants, y compris des approches de « conciergerie » pour fournir des informations sur la gamme complète de programmes disponibles.
  • Développer de meilleurs systèmes de soutien sociétal pour les femmes ; par exemple, le Québec a un accès universel aux services de garde d'enfants et des taux plus élevés de participation des femmes à l'entrepreneuriat.
  • Veiller à ce que toutes les communautés aient un accès équitable à l'infrastructure numérique.
  • Le gouvernement doit dépenser plus d'argent - les investissements actuels dans le genre et la diversité sont minuscules par rapport, par exemple, à l'initiative Supercluster.
  • Les parcours d'emploi traditionnels (où les emplois sont affichés, comment ils sont rédigés, le processus d'entrevue, etc.) sont exclusifs pour de nombreux groupes et doivent être reconsidérés.
  • Les initiatives EDI doivent être appliquées à tous les niveaux. Il ne s'agit pas seulement d'avoir un fonds d'entrepreneuriat pour les femmes; nous devons nous assurer que TOUS les fonds d'entrepreneuriat fournissent un financement équitable aux femmes.
Panel de conférence Supergrappe canadienne des sciences de la vie

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Vers une supergrappe canadienne des sciences de la vie

Organisé par: CDRD, Barry Gee

Orateurs: Dr Raphael (Rafi) Hofstein, président et chef de la direction, MaRS Innovation; Cate McCready, vice-présidente, Affaires externes, BIOTECanada ; Dre Stéphanie Michaud, présidente et chef de la direction, BioCanRx; Karimah Es Sabar, PDG et associée, Quark Venture Inc. et présidente de la Table stratégique fédérale sur la santé et les biosciences

Modérateur: Gordon McCauley, président et chef de la direction, CDRD

Plats à emporter et recommandations

  • Le gouvernement fédéral investit près de 1 milliard de dollars dans le Initiative des supergrappes d'innovation pour assurer l'avenir à long terme de cinq industries stratégiques : les océans, le numérique, l'exploitation minière, l'intelligence artificielle, l'agroalimentaire intelligent et la fabrication de pointe.
  • Le secteur des sciences de la vie doit s'attaquer aux raisons pour lesquelles il n'est pas encore une supergrappe, à savoir le manque d'entreprises phares et l'alignement entre les organisations à travers le pays. Il doit donc se rassembler en tant que secteur pour développer une histoire unifiée sur la façon dont une supergrappe des sciences de la vie peut devenir pancanadienne et chef de file mondial.
  • Le Canada doit agir maintenant pour tirer parti de ses réussites, de ses capacités et des investissements qui ont déjà été faits dans les fondements d'une économie de l'innovation. Cela nécessitera une approche unifiée et des investissements audacieux. Sans action, le Canada continuera d'être un « pipeline hors bilan » fournissant des talents, des découvertes, des innovations et des entreprises pour le reste du monde.
  • Considérez le Canada comme l'incubateur pour tester et faire progresser les nouvelles technologies ; le marché de ces technologies est mondial, en particulier aux États-Unis
  • Le Canada a besoin d'un environnement politique en matière de santé qui considère que les soins de santé des Canadiens et la croissance du secteur des biosciences se renforcent mutuellement.
  • Les tables fédérales de stratégies économiques sont un modèle unique de collaboration entre l'industrie et le gouvernement. Ils sont dirigés par l'industrie, mais avec certains membres du gouvernement (p. ex., Innovation, Sciences et Développement économique, Santé Canada) et se concentrent sur des solutions dirigées par l'industrie.
  • La Table de la santé et des biosciences s'est fixé pour objectif de doubler les exportations du secteur à 26 milliards de dollars et de doubler le nombre d'entreprises de 900 à 1800 2025 d'ici 40, notamment en augmentant le nombre d'entreprises phares de 80 à XNUMX.

Actions proposées par la Table santé et biosciences (septembre 2018 rapport )

  • Accélérer l'adoption de l'innovation en ayant recours à l'approvisionnement fondé sur la valeur dans l'ensemble des systèmes de santé du Canada et en créant une agence d'approvisionnement en innovation.
    • Un système d'approvisionnement réglementaire agile et rationalisé, y compris entre les provinces, les territoires et le gouvernement fédéral, pourrait accroître l'accès aux innovations fondées sur la valeur qui mettent l'accent sur de meilleurs résultats pour les patients à long terme, plutôt que sur des économies à court terme.
    • Renforcer le système de santé avec la technologie et inciter les systèmes de santé publics à être les premiers à adopter la technologie.
    • Parlez aux clients (par exemple, les hôpitaux) et aux régulateurs (par exemple, la FDA) avant de développer un prototype pour vous assurer que vous développez quelque chose dont le marché a besoin et qu'il est prêt à acheter.
    • Cherchez des occasions d'utiliser des prototypes fabriqués au Canada dans le cadre d'essais cliniques canadiens.
  • Concevez des réglementations agiles en adoptant les meilleures pratiques internationales, en éliminant les doublons entre les juridictions et en réduisant les délais d'examen.
    • Santé Canada a établi une norme de référence en matière de réglementation qui risque de devenir moins efficace à moins qu'elle ne devienne plus agile (c.-à-d. en répondant à l'arrivée de nouveaux produits biologiques contre le cancer et des CAR-T)
    • Le Canada est aux prises avec plusieurs défis en matière de capacité : volume, talent, exigences technologiques, rapidité et pression croissante pour répondre aux attentes en matière de sécurité et de durabilité. Il n'est pas réaliste de s'attendre à ce que Santé Canada relève seul ces défis; les gouvernements provinciaux doivent intervenir et mieux travailler ensemble.
    • Santé Canada a commencé à améliorer ses liens (c'est-à-dire le partage de données) avec la FDA aux États-Unis
    • Le Canada doit faire preuve de créativité pour accélérer les changements réglementaires et législatifs. Cela exigera que le système de réglementation (Santé Canada) travaille davantage en collaboration avec des collègues au sein des ministères et entre eux (p. ex., Environnement et Changement climatique Canada).
  • Exploitez la technologie numérique en créant une stratégie nationale de santé numérique comprenant une plateforme de santé numérique interopérable.
    • Le Canada a besoin d'une infrastructure nationale de données sur la santé robuste, interconnectée et centrée sur le patient afin d'améliorer la collecte et l'analyse des données pour une prise de décision éclairée. Cela pourrait d'abord être «sandboxé» dans certaines régions.
  • Développer et attirer des talents en équipant les Canadiens pour des emplois hautement qualifiés, en éliminant les obstacles à l'embauche et en rationalisant les programmes de compétences du gouvernement.
    • Le plus Institut exécutif de l'Académie CDRD est un nouveau programme conçu pour répondre aux besoins en leadership des entreprises canadiennes des sciences de la vie.
    • En plus de former des étudiants, BioCanRx forme des chercheurs universitaires à la conception expérimentale préclinique et aux soumissions réglementaires afin de renforcer leurs compétences pour faire passer les découvertes du laboratoire à la clinique.
    • La formation universitaire doit être de plus en plus interdisciplinaire. (p. ex., le programme postdoctoral du CDRD exige que les participants travaillent dans plusieurs disciplines; 96 % des diplômés occupent des emplois pertinents dans l'industrie, et environ 85 % d'entre eux restent au Canada).
  • Créer des entreprises phares en mobilisant des capitaux de stade avancé (par exemple, des fonds de pension publics), en développant des entreprises à fort potentiel et en élargissant les incitations fiscales à la recherche et au développement.
    • Pour faire évoluer les entreprises et créer des sociétés phares, nous devons en établir les bases. Dans des secteurs comme les dispositifs médicaux, par exemple, cela signifie générer autant de données que possible sur une technologie pour s'assurer qu'elle correspond aux besoins des régulateurs, de l'industrie et des prestataires de soins de santé.
  • Assurez-vous que les bonnes compétences et talents sont disponibles. Le Canada a besoin d'une masse critique d'activités pour attirer et retenir les talents, en particulier l'accès aux talents au niveau de la direction.
    • Attirer des talents du Canada et de l'étranger qui deviendront nos futurs PDG, y compris des expatriés canadiens.
    • Faciliter la reconnaissance des titres professionnels des immigrants.
    • Si une mise en œuvre à grande échelle n'est pas possible, mettez l'idée en bac à sable pour démontrer aux autres que cela fonctionne.
Panel de conférence sur les médicaments innovants

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Mettre des médicaments innovants entre les mains des patients atteints de la maladie d'Alzheimer

Organisé par: Hoffmann-La Roche Ltée.

Orateurs: Christin Bexelius, PhD, dirige les activités liées aux payeurs pour soutenir les programmes d'essais cliniques de phase III de Roche à Bâle, en Suisse ; Andrew R. Frank MDBSc.HFRCP(C), neurologue cognitivo-comportemental ; directeur médical, Programme Mémoire Bruyère, Hôpital Élisabeth Bruyère; Dre K. Jennifer Ingram MD, FRCPC, fondatrice, directrice médicale et chercheuse qualifiée au Kawartha Centre – Redefining Healthy Aging; Pauline Tardif, chef de la direction, Société Alzheimer du Canada

Modérateur: Soeren Mattke (MD, DSc), chercheur principal à l'USC et directeur du Center for Improving Chronic Illness Care

Plats à emporter et recommandations

Alzheimer et modes de traitement

  • La maladie d'Alzheimer est un continuum : 60 à 80 % des démences sont Alzheimer.
  • Des traitements symptomatiques sont actuellement disponibles : Ces médicaments ne modifient pas la progression de la maladie mais gèrent les symptômes de la maladie d'Alzheimer.
  • Les traitements modificateurs de la maladie (DMT) ralentiraient ou arrêteraient la progression de la maladie.
  • Il faut deux ans pour obtenir un bon diagnostic. Les médecins excluent toutes les autres possibilités avant de parvenir à un diagnostic d'Alzheimer.
  • On se rapproche d'un DMT dans la maladie d'Alzheimer. Nous comprenons comment diagnostiquer les premiers stades. Nous avons des leaders d'opinion qui étudient comment mettre en œuvre un DMT lorsqu'il existe une thérapie. Une partie de la solution consiste à adapter les méthodes utilisées dans le traitement et la gestion d'autres maladies.
  • Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas payer pour la détection précoce. C'est une maladie invisible.
  • Imaginez l'impact sur les soins de longue durée s'il y avait un médicament pour arrêter la maladie.
  • Établissez les normes pour qui a besoin d'un test de diagnostic au bon niveau.

Le côté sociétal du traitement de la maladie d'Alzheimer

  • Nous parlons de personnes.
  • Les DMT seront probablement les plus utiles aux premières phases de la maladie.
  • La stigmatisation et le manque de connaissances conduisent les gens à éviter de demander un diagnostic ou des soins de déficience cognitive.
  • Les DMT seront utiles à certains, mais pas à d'autres. Expliquer qu'un DMT peut ne pas vous convenir sera un défi pour les cliniciens.
  • Il y aura une rafale médiatique autour des DMT lorsqu'ils seront disponibles.
  • Le système de santé canadien devra couvrir les coûts des DMT et des diagnostics, et accélérer leur disponibilité.
  • La stigmatisation sera affectée par les traitements, mais peut ne pas être atténuée.

Jour 1 et au-delà : lorsqu'un traitement devient disponible, comment le système de santé doit-il réagir ?

  • La détermination de l'adéquation d'un DMT pour une personne sera liée à des biomarqueurs. Les TEP et les ponctions lombaires peuvent trouver des biomarqueurs chez les personnes pré-symptomatiques.
  • Les ponctions lombaires sont plus abordables. L'éducation, la diffusion et la formation seront nécessaires pour permettre aux fournisseurs de soins primaires d'effectuer cette procédure. Si le coût de la TEP diminuait, beaucoup de gens préféreraient cela.
  • Des traitements oraux et intraveineux sont à l'étude. Les traitements oraux sont plus faciles à administrer, mais échouent tous. Les injections intraveineuses seraient administrées sur une base mensuelle, ce qui nécessiterait une infrastructure à travers le pays.
  • IV viendrait probablement en premier mais serait plus cher ; la médecine orale peut être moins chère.
  • Le facteur limitant le débit dans la délivrance d'un DMT est la capacité d'augmenter la ponction lombaire et la capacité du PET.

Prise en charge par des médecins généralistes

  • La nécessité est la mère de l'innovation.
  • Les soins privés seront fortement impliqués dans le diagnostic et la gestion des soins de la démence.
  • Les tests cognitifs peuvent être dispensés en cabinet, si une formation est dispensée au personnel.
  • Les médecins de premier recours au Canada peuvent le faire, sont intéressés à le faire et le feront.
  • Le Canada est bien placé pour montrer au reste du monde que la main-d'œuvre en soins primaires peut et s'occupera des personnes atteintes de démence.
  • Nous ne pouvons pas évoluer assez rapidement si nous ne nous appuyons que sur des spécialistes. Les médecins de premier recours sont sur le point de pouvoir assurer ces soins. Les soins primaires peuvent le faire, si nous les aidons.