Thème 1 : Science et politique

Présentation de la conférence

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Coordination fédérale-provinciale du financement de la recherche et de l'innovation

Organisé par: Université de Toronto, Emina Veletanlic et Creso Sá, PhD

Orateurs : Emina Veletanlic, Université de Toronto, étudiante au doctorat, CIHE-OISE et gestionnaire, Initiatives stratégiques, Impact Centre; Dr Marc Fortin, vice-président, Recherche et partenariats, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada; Dr David Moorman, conseiller principal, Politiques et planification, Fondation canadienne pour l'innovation; Dre Merli Tamtik, professeure adjointe, Département d'administration de l'éducation, fondements et psychologie, Faculté d'éducation, Université du Manitoba

Modérateurs: Dr. Creso Sá, professeur d'enseignement supérieur et directeur, CIHE-OISE,

Université de Toronto

Plats à emporter et recommandations

  • Les panélistes ont discuté d'un document publié en octobre par l'Impact Centre et le CIHE intitulé « A Delicate Balance: Federal-Provincial/Coordination territoriale du financement de la recherche et de l'innovation »
  • Les provinces et les territoires financent environ 30 % de la recherche postsecondaire. La réalité actuelle du financement est un « enchevêtrement non coordonné », avec un financement fragmenté, une trop grande complexité et une répartition inégale du financement entre les disciplines et les établissements.
  • La coordination est un problème de longue date. Même des rapports antérieurs sur le système canadien citaient cela comme un problème (p. ex., voir LeRoy et Dufour, « Partners in Industrial Strategy. The Special Role of the Provincial Research Organizations », 1983).
  • La coordination est un processus à multiples facettes. C'est "désordonné" et "difficile à mesurer et à suivre".
  • Un certain nombre d'éléments pourraient être utilisés pour promouvoir une meilleure coordination sur des questions politiques particulières, nous aidant ainsi à passer de la parole à l'action :
    • Améliorer l'élaboration des politiques sur les questions partagées par les organismes provinciaux et fédéraux de financement des sciences.
    • Inclure toutes les parties prenantes concernées dans la prise de décision.
    • Créez un lieu offrant des possibilités d'interactions significatives.
    • Examiner l'éventail et la cohérence des politiques et réfléchir à la manière d'assurer la complémentarité.
    • Examinez les instruments, les programmes et les interventions potentielles et comprenez comment les programmes se renforcent mutuellement.
    • Créer des instruments au niveau du système qui supervisent les efforts de l'ensemble.
  • La coordination est un énorme défi pour les systèmes fédéraux. Les barrières systémiques sont inhérentes au modèle fédéral : le fédéralisme code les barrières dans le système par l'existence de compétences fédérales/provinciales.
  • La gouvernance de l'éducation est explicitement mentionnée dans la Constitution comme relevant de la compétence exclusive des provinces, mais la recherche n'y est pas définie.
  • Un soutien financier vertical entre les systèmes provincial et fédéral est nécessaire.
  • Nous devons être inclusifs dans la consultation sur la politique scientifique. La politique scientifique ne reconnaît pas non plus les systèmes autochtones. Les collèges ne sont souvent pas consultés; ils doivent faire partie de la conversation.
  • Sur le plan administratif, nous ne sommes pas récompensés pour la coordination des politiques. Nous devons faire de la coordination des politiques une priorité.
  • Les organismes subventionnaires fédéraux et Santé Canada devraient revoir les programmes de financement, s'efforcer de combler les lacunes et travailler à promouvoir une plus grande coordination interministérielle.
  • Il n'y a pas de mécanismes dédiés pour permettre une collaboration plus efficace entre les organismes d'élaboration des politiques et de recherche subventionnaire.
  • La communauté de la recherche peut se faire plus entendre et plaider en faveur d'une plus grande coordination.
  • Le Canada a besoin d'un cadre national solide pour l'innovation et d'un plan stratégique. Nous avons actuellement des priorités concurrentes d'un bout à l'autre du pays.
  • Nous devons également envisager une coordination au-delà de nos frontières nationales. Nous devons définir nos ambitions pour la science sur la scène internationale.
  • Il y a également un dédoublement du processus d'examen par les pairs entre les provinces et les organismes subventionnaires fédéraux. Les Centres d'excellence de l'Ontario et le CRSNG font partie de ceux qui se coordonnent pour éliminer ce dédoublement grâce à des mécanismes qui permettent aux candidats de remplir une seule demande et de se soumettre à un seul processus d'examen.
  • Toute stratégie à l'avenir doit commencer par comprendre comment les ressources sont actuellement allouées.
  • Grâce à l'examen des sciences fondamentales, les défis au niveau fédéral sont bien connus, mais nous avons encore besoin de meilleures données sur les lacunes de couverture aux niveaux provincial et territorial.

discussion de conférence à table

Alyssa Daku

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Les régulateurs devraient-ils définir leurs tolérances au risque ? Un débat

Organisé par: Agence canadienne d'inspection des aliments, Alyssa Daku

Orateurs:

Contre l'établissement de normes de tolérance au risque :

  • Pierre Bilodeau, Directeur exécutif, Direction des sciences de la santé des végétaux, Agence canadienne d'inspection des aliments
  • Greg Paoli, Scientifique principal des risques, COO, Risk Sciences International

En faveur de l'établissement de normes de tolérance au risque :

  • Liane Sauer, Directeur général, Planification stratégique, Commission canadienne de sûreté nucléaire
  • Robert Wiersma, Gestionnaire, Gestion des risques pour la sécurité publique, Office des normes techniques et de la sécurité, Ontario

Modératrice : Alyssa Daku, Dirigeant principal des données et des risques, Agence canadienne d'inspection des aliments

Plats à emporter et recommandations

  • Bien que la fixation de tolérances au risque soit largement considérée comme une fonction politique essentielle et obligatoire pour les institutions de réglementation, la question de savoir si les régulateurs peuvent et doivent fixer des niveaux de tolérance au risque est une question controversée et largement débattue.
  • Reconnaissant que le risque zéro n'est pas réalisable (en pratique ou en termes de ressources), les régulateurs doivent distinguer les niveaux de risque qui ne peuvent être tolérés de ceux qui peuvent l'être et, ce faisant, prendre des décisions axées sur la valeur qui offrent le plus grand avantage pour la protection du public et de la manière la plus rentable.
  • Cependant, pour toutes les raisons qui prônent les avantages de l'établissement de niveaux de tolérance au risque, il existe tout autant de raisons démontrant leurs limites pour le régulateur, la mesure dans laquelle ils contribuent à atténuer le risque et les implications potentielles sur le commerce pour n'en nommer que quelques-unes.
  • Les régulateurs doivent aborder le sujet de la tolérance au risque au cas par cas en tenant compte des risques et avantages sociétaux, des exigences juridiques et politiques, des considérations éthiques et des ramifications économiques.

Définir le risque

  • Des tolérances au risque concrètes et mesurables fournissent une base pour des comparaisons utiles des risques et des options politiques qui servent tous les segments de la société et aident la société à faire des choix meilleurs et plus éclairés.
  • De telles évaluations peuvent également être proposées au public et créer des citoyens mieux informés des risques auxquels ils sont confrontés dans leur vie.
  • Les gens portent généralement leurs propres jugements intuitifs sur les niveaux de risque auxquels ils sont confrontés, ce qui est rendu plus explicite lorsque les organismes publics proposent leurs propres évaluations pour étayer ou infirmer ces jugements.
  • En créant une plus grande prise de conscience des problèmes et des jugements de valeur éthique que les régulateurs portent sur le risque, le processus décisionnel qui mène aux lois ou aux réglementations deviendra plus transparent, ce qui peut à son tour contribuer à l'acceptation par le public des restrictions de comportement. Si le public comprend comment ces tensions et ces jugements de valeur sont résolus, il est plus susceptible d'adhérer à toute décision.
  • Cependant, les décisions concernant le risque peuvent varier considérablement, tout comme leur définition, comme la différence entre les taux d'accidents de la route en fonction du nombre de personnes voyageant et du nombre de kilomètres parcourus.
  • Malgré les tentatives visant à favoriser la transparence, les niveaux de tolérance au risque établis peuvent être peu clairs ou inacceptables pour de nombreux observateurs, ce qui peut aller à l'encontre des efforts visant à gagner la confiance du public.

Défis liés à l'établissement de la tolérance au risque

  • En dépit d'une hypothèse tacite selon laquelle les normes universelles sont le seul moyen acceptable de gérer les risques, mais nous avons été en mesure de réussir et de progresser en tant que société en l'absence de telles normes
  • Des cas différents appellent des approches différentes pour définir la gestion d'un problème ; par exemple, avec les espèces envahissantes, il peut y avoir une demande qu'aucun niveau de présence d'organismes nuisibles ne soit acceptable, ce qui met les régulateurs dans la position difficile d'essayer de déterminer si ces organismes nuisibles sont en fait absents ou s'ils n'ont pas encore été trouvés ; en revanche, les études sur les maladies des plantes ou du bétail peuvent être renvoyées à des directives sanitaires établies, qui peuvent servir de base pour déterminer la gravité du risque qu'une maladie pose pour la santé.

Communiquer la tolérance au risque

  • La transparence peut également dépendre de l'application de preuves scientifiques pour justifier une norme particulière, ce qui laisse ouverte la possibilité que ces preuves puissent évoluer au fil du temps, nécessiter des modifications de ces normes et éventuellement saper la confiance du public dans l'organisation qui a établi la norme d'origine.
  • Les tolérances au risque reflètent également une évaluation de ce qu'il est techniquement possible de réaliser ; une norme industrielle qui peut être atteinte par 100 % des entreprises peut être trop faible pour atteindre le niveau de sécurité publique souhaité, mais l'élever peut entraîner d'autres problèmes pratiques qui grèvent les ressources réglementaires.
  • La distinction entre autoriser quelque chose et empêcher peut être basée sur une négociation subtile entre les régulateurs et la société pour permettre à des facteurs tels que les pratiques culturelles ou l'utilisation historique de déterminer le niveau de risque associé à des produits particuliers, tels que des remèdes de santé naturels qui pourraient autrement être considérés comme dangereux. .

conférence wuestion et période de réponse femme parlant au podium femme répondant à la question

Présentation de la conférence pour l'espace durable

Jour 3 – 9 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Comment le Canada peut créer une infrastructure spatiale nationale durable

Organisé par: Conseil consultatif de l'espace, Michelle Mendes

Orateurs: Kate Howells, Global Community Outreach Manager et coordinatrice nationale pour le Canada, The Planetary Society; Dr Gordon Osinski, titulaire de la chaire de recherche industrielle CRSNG/MacDonald, Detwiller and Associates Ltd/Agence spatiale canadienne en géologie planétaire, Université Western; Dr Michael Pley, président, Pley Consulting Inc. ; Dre Marie Lucy Stojak, directrice exécutive, Mosaic

Modérateur: Dr David Kendall, ancien président du Comité des Nations Unies sur les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (2016-2017)

Plats à emporter et recommandations

Les défis auxquels fait face le secteur spatial canadien

  • Le Canada a réduit la base universitaire et industrielle qui s'est développée entre 1960 et 2005. Il a également terni la marque du Canada sur la scène internationale en ne participant pas aux missions internationales.
  • En 1992, le Canada était le 8th nation classée en termes de pourcentage du PIB dépensé dans l'espace. Aujourd'hui nous avons 18 ansth.
  • On s'attend à d'importantes pertes d'emplois dans le secteur spatial canadien au cours des deux prochaines années en raison de l'évolution du marché commercial (c.-à-d., des grands aux petits satellites) et de la décision du Canada de laisser passer toutes les opportunités spatiales récentes. (c'est-à-dire que les deux prochaines missions sur Mars en 2020 n'auront pas d'instruments canadiens à bord.)
  • La science spatiale est guidée par de grandes missions pour répondre à de grandes questions comme notre place dans l'univers et l'origine de la vie. Notre manque de participation aux prochaines missions spatiales signifie que ce bassin d'étudiants talentueux continuera de quitter le Canada pour des emplois ailleurs.
  • La plupart des acteurs industriels de l'espace dépendent à la fois des marchés commerciaux et des marchés publics pour survivre. La stagnation des investissements dans l'espace et le manque d'espace actuel à long terme ont conduit les entreprises à dépendre encore plus des marchés commerciaux, ce qui rend difficile pour beaucoup de se développer.
  • Le secteur spatial mondial évolue radicalement et rapidement avec l'émergence du « NewSpace », qui englobe une industrie des vols spatiaux privés émergente à l'échelle mondiale, stimulée par les avancées technologiques telles que les petits satellites et de nouvelles opportunités commerciales telles que la vente de données spatiales.
  • Les entreprises canadiennes se tournent vers d'autres pays pour investir, ce qui augmente le risque que le capital, le PHQ et la R&D quittent le Canada
  • Soixante nations ont maintenant des plans spatiaux – le Canada n'en fait pas partie.

Un plan d'action pour le Canada

  • Le plus Rapport d'examen de l'aérospatiale (2012), le Livre blanc sur l'innovation aérospatiale (2015) et le Rapport du Conseil consultatif de l'espace (2017) exhortent tous le Canada à considérer l'espace comme un atout stratégique national.
  • Le Canada a un besoin urgent d'un cadre gouvernemental pour l'espace, ou d'un plan spatial à long terme avec des missions en préparation et un financement durable. Le dernier lieu spatial à long terme du Canada a été libéré en 1994.
  • Le Canada a besoin d'un portefeuille équilibré, de l'exploration spatiale à l'observation de la Terre, et sur une période de temps afin qu'il y ait toujours quelque chose en préparation.
  • Adopter de nouvelles politiques et réglementations pour encourager une croissance rapide de l'industrie spatiale et de l'économie. (par exemple, les États-Unis assouplissent leur cadre réglementaire pour le lancement et la rentrée).
  • Le Canada devrait envisager d'adopter une législation, comme d'autres pays l'ont fait, pour stimuler les sciences spatiales (p. ex. obliger certains organismes à consacrer une partie de leur budget aux sciences spatiales).
  • L'exploitation minière d'astéroïdes devrait être naturelle pour le Canada, compte tenu de notre longue histoire et de notre expertise dans le domaine minier. Associez-vous à des pays actifs dans cet espace (par exemple, le Luxembourg, les États-Unis).
  • Comme d'autres pays, le Canada a besoin de politiques et de règlements clairs qui favorisent l'achat de services et de produits spatiaux nationaux, et non le lancement ou l'exploitation de services déjà disponibles sur le marché.
  • La raison d'être du Canada pour investir dans l'espace ne devrait pas être motivée par ce que font d'autres pays; il s'agit plutôt d'investissements qui offriront une valeur réelle aux Canadiens. Cependant, nous pouvons apprendre des idées pertinentes dans d'autres pays. (Par exemple, les contrats de l'Union européenne exigent que les entreprises allouent un pourcentage de la valeur du contrat à la sensibilisation et à l'éducation.)
  • Le Canada doit investir davantage dans la sensibilisation et l'éducation. Un septembre 2018 Sondage Ipsos a constaté que les Canadiens sont peu conscients des réalisations spatiales du Canada au-delà du Canadarm et des astronautes.
  • À mesure que l'espace devient plus global, il est nécessaire de coordonner les activités (par exemple la sécurité des satellites). Le Canada doit participer ou les règles seront écrites par d'autres.
  • Envisagez d'établir un ministère fédéral distinct pour l'espace, comme cela a été fait au Royaume-Uni, avec des liens avec d'autres ministères.
Présentation à la conférence pour Approvisionnement Canada

Jour 3 – 9 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

La science et la prochaine génération : partenariats et infrastructure collaborative comme catalyseurs

Organisé par: Services publics et Approvisionnement Canada, Anne-Marie Thompson

Orateurs: Dr David Castle, vice-président à la recherche, professeur à l'École d'administration publique avec nomination auxiliaire à la Gustavson School of Business, Université de Victoria; Dr Martha Crago, vice-principale, Recherche et innovation, Université McGill; Dre Stacey Robinson, chercheuse scientifique à Environnement et Changement climatique Canada; professeur auxiliaire à l'Université Carleton; Dr Dan Wicklum, directeur général, Canada's Oil Sands Innovation Alliance (COSIA)

Modérateur: Dre Mona Nemer, conseillère scientifique en chef, gouvernement du Canada

La transformation des laboratoires fédéraux ouvre de nouvelles portes à la collaboration

Le troisième plus important dépensier en R&D au Canada – le gouvernement fédéral – veut collaborer davantage avec les deux plus grands dépensiers en R&D du pays, le milieu universitaire et l'industrie.

Le conseiller scientifique en chef du Canada a déclaré que l'engagement de 2.8 milliards de dollars du Canada pour renouveler l'infrastructure et les laboratoires de recherche fédéraux est une « occasion unique » de favoriser de nouvelles collaborations avec le milieu universitaire, le secteur privé et même avec d'autres ministères.

« L'idée n'est pas de construire de nouveaux bâtiments qui imitent les anciens, ou de déplacer les gens d'un endroit à un autre », a déclaré la Dre Mona Nemer aux délégués du CSPC. "Il y a bien plus que cela."

Le Dr David Castle, vice-président à la recherche à l'Université de Victoria (UVic), a souligné qu'il ne s'agissait pas d'une «rénovation» des laboratoires gouvernementaux. Au contraire, il a déclaré que cet investissement sans précédent « transformera la façon dont la science est pratiquée dans le pays ».

Modèles collaboratifs éprouvés

Les conférenciers ont fourni plusieurs exemples de modèles existants qui pourraient éclairer l'approche du gouvernement pour rendre son inventaire massif de laboratoires fédéraux plus collaboratif.

L'Alliance pour l'innovation dans les sables bitumineux (COSIA) du Canada a été un succès dans le secteur privé, grâce auquel les producteurs de sables bitumineux ont mis leurs ressources en commun pour améliorer la performance environnementale de l'industrie. La COSIA travaille avec un réseau de 40 membres associés, comprenant des universités, des petites et moyennes entreprises et des gouvernements pour identifier les besoins d'innovation les plus pressants du secteur.

« Au lieu que chaque entreprise développe une technologie et la garde pour elle-même, elle la partage, de sorte que nous pouvons essentiellement tirer parti de la capacité, des ressources et du financement et accélérer le rythme de l'innovation », a déclaré le directeur général de COSIA, le Dr Dan Wicklum.

La COSIA concentre son approche sur deux moteurs : identifier les défis réalisables auxquels sont confrontées les entreprises membres et fournir aux entreprises un accès à une infrastructure de test pour valider les nouvelles technologies.

Mais Wicklum a averti que cette « attraction du marché ne se produit pas par hasard. Vous devez vraiment y travailler de manière très délibérée afin que les innovateurs soient attirés. Notre principal outil pour briser cette barrière est cette articulation conjointe des besoins. »

La première étape consiste à demander aux entreprises ce dont elles ont besoin. Les membres de la COSIA ont identifié 90 lacunes ou besoins technologiques que l'alliance a condensés en 19 défis technologiques auxquels n'importe qui peut répondre, qu'il s'agisse d'entreprises externes, de chercheurs universitaires ou d'autres instituts de recherche.

Par exemple, COSIA a lancé le Carbon XPRIZE, qui accordera 20 millions de dollars aux équipes qui peuvent le mieux extraire le dioxyde de carbone du flux de gaz de combustion et le transformer en un projet précieux. « À moins que vous n'ayez des gens pour pousser ce nouveau secteur (carbone, captage et utilisation), cela ne se fera pas tout seul », a déclaré Wicklum.

Castle a déclaré qu'une approche similaire est nécessaire lorsque les laboratoires fédéraux collaborent avec des scientifiques non gouvernementaux. La première étape consiste à comprendre la culture de pratique de chaque communauté de recherche et à se demander si leur recherche est entravée par un manque d'accès à certaines infrastructures.

"Ensuite, travaillez en collaboration entre les personnes qui ont l'infrastructure et celles qui n'en ont pas ou développez des propositions conjointes pour obtenir quelque chose qu'elles partageront ensuite", a déclaré Castle. "Il faut commencer par la nature du travail scientifique qu'ils veulent faire, puis amener les gens à établir des priorités et à aligner les orientations."

Par exemple, Castle a déclaré que le laboratoire de physique des particules Triumf, vieux de 50 ans, à Vancouver, en Colombie-Britannique, "est un très bon exemple de la façon dont les universités, le gouvernement et le secteur privé utilisent une plate-forme très sophistiquée pour atteindre leurs objectifs individuels et mutuels".

L'UVic examine actuellement comment son infrastructure de recherche, tant sur le campus qu'à l'extérieur, peut stimuler davantage d'occasions de faire de la recherche en collaboration avec le gouvernement fédéral. Par exemple, Castle a déclaré que l'UVic avait utilisé des fonds du Fonds d'investissement stratégique pour les établissements postsecondaires pour rénover un bâtiment de 25,000 XNUMX pieds carrés sur le campus qui abrite maintenant Ocean Networks Canada, financé par la FCI.

L'espace accueillera également deux laboratoires d'Environnement et Changement climatique Canada (EEEC), ainsi que le nouveau laboratoire Bureau international de la technologie du système mondial de données (ITO). Les autres partenaires canadiens de l'ITO sont le Centre canadien de données astronomiques du Conseil national de recherches (CNRC), le Réseau canadien d'information sur la cryosphère/Catalogue de données polaires (Agence spatiale canadienne, Service météorologique du Canada, Ressources naturelles Canada).

"Nous n'avons pas de conception particulière en tête pour ce que la science va devenir au fil des ans, nous utilisons simplement la géographie comme une opportunité pour voir quel type de fertilisation croisée peut se produire", a déclaré Castle.

Hors campus, il a dit qu'il y a une possibilité de transformer une partie de la recherche en sciences biologiques de l'UVic en partageant l'espace au nouveau centre d'inspection des aliments de l'Agence canadienne d'inspection des aliments. Centre pour la santé des plantes, qui sera construit au cours des cinq prochaines années à Sidney, en Colombie-Britannique.

ECCC s'associe également à l'Université Carleton pour gérer le plus grand laboratoire de toxicologie de la faune au Canada. Sur près de 6,000 15 mètres carrés, le National Wildlife Research Center (NRWC) abrite XNUMX laboratoires, des serres de recherche et une installation de stockage de spécimens d'animaux sauvages.

La Dre Stacey Robinson, chercheuse scientifique à ECCC, a déclaré que la conception physique de l'installation « permet de nombreuses conversations » entre son groupe et les chercheurs du département de biologie de Carleton, qui a un lien physique avec le NWRC.

"Ils ont également un grand jardin de recherche juste derrière mon immeuble afin que je puisse faire des expériences de mésocosme (extérieur) à grande échelle en collaboration avec d'autres à Carleton", a déclaré Robinson.

Exceptions à la règle du "cumul"

La géographie peut être un important catalyseur de collaboration, a fait remarquer la Dre Martha Crago, vice-principale, Recherche et innovation, McGill. Elle a appris cette leçon alors qu'elle travaillait comme vice-présidente de la recherche à l'Université Dalhousie à Halifax, une petite ville qui abrite cinq laboratoires fédéraux.

"Tout le monde travaille sur quelque chose à voir avec l'océan, il est donc irrésistible que tout le monde commence à travailler ensemble", a-t-elle déclaré.

Fait intéressant, ces collaborations initiales impliquaient davantage des personnes que des équipements. Cela a changé lorsque des chercheurs de Dalhousie qui demandaient un financement à la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) pour acheter de nouveaux planeurs océaniques ont appris que l'Institut océanographique de Bedford à Dartmouth voisin avait des planeurs qu'ils n'utilisaient pas.

« Pendant que j'étais à Dalhousie, j'ai aussi appris qu'il y avait un laboratoire du CNRC à environ 50 pieds des départements d'océanographie et de biologie marine et que personne ne parlait à personne... mais ensuite j'ai découvert qu'il y avait un équipement partagé. Comment cela a-t-il fonctionné ? »

À l'époque, Crago a déclaré qu'elle ne savait pas qu'il était possible de combiner le financement de la FCI avec le financement du gouvernement. «Je pensais que c'était empiler (un type de financement gouvernemental sur un autre). Mais ce n'était pas le cas. C'était autorisé. » En règle générale, les règles de cumul ne permettent d'utiliser qu'un seul programme fédéral et un seul programme provincial pour le même projet.

"Lorsque les VPR U15 ont entendu dire que vous pouviez associer l'équipement CFI à l'argent du gouvernement, leur mâchoire est tombée", a ajouté Crago. « Personne n'a compris ça. Ils (le gouvernement fédéral) pourraient être l'autre match au lieu du gouvernement provincial. Cela laisse la porte ouverte, tant que nous pouvons entrer dans le CNRC et ces autres laboratoires gouvernementaux.

Les ministères peuvent également contribuer en tant que partenaires au Fonds de recherche d'excellence Apogée Canada, comme cela a été fait avec l'Ocean Frontier Institute dirigé par l'Université Dalhousie. Crago a déclaré que les laboratoires fédéraux peuvent contribuer en argent, en nature, en temps et en personnel.

Le CNRC collabore depuis longtemps avec le milieu universitaire et prévoit en faire encore plus dans les années à venir. Par exemple, le CNRC de Boucherville, près de Montréal, collabore avec des chimistes de McGill à l'aide d'équipements achetés conjointement.

Cet été, le gouvernement du Québec a annoncé qu'il donnerait une partie du terrain occupé par l'Hôpital Royal Victoria à McGill, que Crago a déclaré que l'université voulait utiliser comme centre interdisciplinaire qui se concentrera sur la recherche pertinente pour les ministères fédéraux comme ECCC et Natural Ressources Canada.

« Pourrions-nous nous mêler dans cet espace et ne pas faire un bâtiment séparé (pour le gouvernement) avec une porte et un commissionnaire, mais avoir des laboratoires et des regroupements de personnes autour d'équipements partagés ?

Comment cogérer une infrastructure partagée

Lors du partage d'équipement, Robinson a déclaré qu'il était essentiel de déterminer qui sera chargé de l'entretenir. "Sur le plan du travail, comment cela fonctionnera-t-il pour qu'il n'y ait pas d'attente lorsque la prochaine personne viendra utiliser la machine pour faire son travail ?"

Le Canada peut se tourner vers d'autres pays pour obtenir des pratiques exemplaires en matière de gestion et d'entretien de l'infrastructure de recherche de base. Par exemple, les communautés de la physique et de l'astronomie se sont réunies à l'échelle internationale pour partager de grandes infrastructures sophistiquées et coûteuses telles que des accélérateurs de particules et des télescopes géants. Castle a expliqué comment les participants devaient élaborer des plans détaillés, s'étendant souvent sur des décennies, sur la manière dont les installations seront partagées et gérées entre les pays et divers groupes de recherche.

Un autre défi consiste à disposer de scientifiques et de techniciens capables de gérer une infrastructure de recherche à grande échelle. Par exemple, Castle a déclaré que l'UVic est en train d'embaucher quelqu'un, en collaboration avec Hitachi Canada, pour gérer l'équipement haut de gamme financé par la FCI dans son installation de microscopie avancée. "C'est emblématique d'un talent très important que nous devons développer."

Les délégués du CPSC ont également appris comment les laboratoires fédéraux feront partie du Navigateur de la FCI, un inventaire de toutes les principales infrastructures scientifiques au Canada qui est disponible pour des collaborations.

Pour aider à gérer la transformation des laboratoires fédéraux, le gouvernement a récemment nommé Georges Enei à titre de premier sous-ministre adjoint de l'Infrastructure fédérale des sciences et de la technologie.

discussions de conférence conférenciers salle de conférence

Présentation de la conférence pour Relier la science à la politique

Jour 3 – 9 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Relier la science à la politique au Canada : Comment puis-je faire?

Organisé par: Études d'Oiseaux Canada

Orateurs : Mark Daley, vice-président associé (Recherche), Université Western; Scott Findlay, professeur, Département de biologie à l'Université d'Ottawa; directeur des études supérieures à l'Institut de l'environnement; Amy Luers, directrice exécutive, Future Earth; Frederick John Wrona, scientifique en chef, Alberta Environment and Parks; Christopher Ragan, directeur de l'École de politiques publiques Max Bell de l'Université McGill; professeur agrégé, Département d'économie de l'Université McGill; Président de la Commission de l'écofiscalité du Canada

Modérateur: Silke Nebel, vice-présidente des sciences et de la conservation, Études d'Oiseaux Canada

Plats à emporter et recommandations

  • Les gouvernements créent de multiples systèmes de connaissances, par exemple en veillant à ce que les perspectives autochtones soient incluses.
  • Il est important de consulter largement et de devenir un conseiller de confiance.
  • Créer des panels d'experts et des revues des débats politiques.
  • Éliminer les barrières et améliorer la transparence dans le travail politique et introduire des preuves scientifiques.
  • Ne sous-estimez pas la valeur du réseautage et de l'établissement de relations.
  • Des groupes de politiques comme Preuve de la démocratie créent de grandes opportunités pour jeter des ponts entre la science et le développement des politiques.
  • Offrir une expertise et des outils qui peuvent faciliter le travail politique du gouvernement.
  • Ajuster les évaluations du corps professoral pour inclure la reconnaissance du travail politique et de l'engagement communautaire. Cependant, le défi est que les doyens supervisent actuellement les évaluations des professeurs, et bon nombre de nos universités ont organisé des contraintes de main-d'œuvre, ce qui signifie que le obstacle à la reconnaissance et à la valorisation de cela ne réside pas dans l'administration mais plutôt dans le corps professoral.
  • Les universités intègrent de nouveaux critères de titularisation pour aider à promouvoir d'autres travaux en dehors de la publication scientifique.
  • Les mouvements populaires changent la façon dont nous gérons le corps professoral. Nous devons aller au-delà des critères actuels comme accorder trop d'importance au fait d'être le premier auteur d'une publication.
Présentation de conférence pour la science informant la politique

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Une rue à double sens : la science informant la politique et la politique informant la science

Organisé par: L'Alliance nationale des organismes provinciaux de recherche en santé

Orateurs : Denise Amyot, présidente-directrice générale, Collèges et instituts Canada; Krista Connell, directrice générale, Fondation de la recherche en santé de la Nouvelle-Écosse; Necole Sommersell, gestionnaire, Évaluation et impact, Research Manitoba

Modérateur: Deborah Gordon-El Bihbety, présidente et chef de la direction, Recherche Canada : une alliance pour la découverte en santé

Plats à emporter et recommandations :

  • La recherche scientifique se concentre sur l'obtention d'une réponse claire fondée sur des preuves qui peut alimenter une prise de décision fondée sur des preuves.
  • L'élaboration des politiques doit tenir compte des enjeux actuels, de l'opinion publique et du climat politique.
  • Les décideurs peuvent être amenés à prendre des décisions avec des informations incomplètes.
  • L'élaboration de politiques a des délais plus courts que la recherche scientifique.
  • Les collèges et les instituts sont une ressource utile pour les décideurs. Ils ont tendance à se concentrer sur la résolution de problèmes réels affectant l'industrie ou les communautés. La recherche collégiale a tendance à travailler sur des délais plus courts, ce qui pourrait aider le gouvernement à réduire les risques liés aux décisions politiques.

Conseil pour les scientifiques lorsqu'ils contribuent à l'élaboration de politiques :

  • Consulter les citoyens et les consommateurs avant l'élaboration des politiques.
  • Incluez les populations sous-représentées et vulnérables dans vos consultations.
  • Adopter une approche multidisciplinaire pour assurer une compréhension holistique des défis et des solutions.
  • Politiques pilotes et ajustement et ajustement ou annulation.
  • Les communications sont essentielles pour développer et maintenir des relations entre les chercheurs et les décideurs.
  • Créez une preuve de concept et testez-la.
  • Découvrez comment vous partagez l'information et déployez l'application des connaissances.
  • Impliquer les parties prenantes dès le début de la conception du projet.
  • Mettre l'accent sur la diffusion de l'information.
  • Utilisez un champion pour relier les communications, sélectionnez quelqu'un qui est respecté, bien informé et qui comprend les environnements politique et scientifique.
  • Comprendre le pouvoir de la narration.

Lorsque vous vous renseignez sur l'élaboration de politiques, n'oubliez pas :

  • Ne soumettez pas aux décideurs politiques des choses qu'ils ne peuvent pas faire.
  • Assurez-vous de bien comprendre le programme politique actuel.
  • Ne devenez pas une menace. Le modèle push n'est pas aussi efficace que la compréhension de la culture et de l'agenda du gouvernement.
  • La politique d'information scientifique est un domaine complexe.
  • La communication fait partie intégrante du succès.
  • Les relations sont essentielles.
  • Assurez-vous que vos communications sont pertinentes, excellentes, accessibles et légitimes (REAL).
  • Répondre à l'agenda public et aux priorités, être pertinent et précis.
  • Il ne sert à rien de partager des preuves qui ne sont pas pertinentes ou qui sont accablantes.
  • Ayez d'excellents indicateurs, récits et histoires.
  • Les projets pilotes sont souvent un mécanisme pour recueillir plus d'argent et d'intérêt.
  • Gagnez d'abord les cœurs et soyez personnel, puis partagez les preuves.
  • Faire du lobbying signifie simplement développer des relations.
  • Concentrez-vous sur des objectifs communs, aidez les décideurs à prendre de meilleures décisions ou à faire un meilleur travail pour une province ou le pays.
  • Devenez un conseiller de confiance; ne vous concentrez pas uniquement sur vos besoins.
  • Comprendre le calendrier en matière de politiques politiques et comprendre le climat actuel et ce qui est à l'ordre du jour.
  • Tenir compte de l'opinion publique.
  • Vous pouvez utiliser l'opinion publique pour faire avancer votre programme.
Présentation de conférence pour la science informant la politique

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Une rue à double sens : la science informant la politique et la politique informant la science

Organisé par: L'Alliance nationale des organismes provinciaux de recherche en santé

Orateurs : Denise Amyot, présidente-directrice générale, Collèges et instituts Canada; Krista Connell, directrice générale, Fondation de la recherche en santé de la Nouvelle-Écosse; Necole Sommersell, gestionnaire, Évaluation et impact, Research Manitoba

Modérateur: Deborah Gordon-El Bihbety, présidente et chef de la direction, Recherche Canada : une alliance pour la découverte en santé

Plats à emporter et recommandations :

  • La recherche scientifique se concentre sur l'obtention d'une réponse claire fondée sur des preuves qui peut alimenter une prise de décision fondée sur des preuves.
  • L'élaboration des politiques doit tenir compte des enjeux actuels, de l'opinion publique et du climat politique.
  • Les décideurs politiques peuvent être amenés à prendre des décisions avec des informations incomplètes.a
  • L'élaboration de politiques a des délais plus courts que la recherche scientifique.
  • Les collèges et les instituts sont une ressource utile pour les décideurs. Ils ont tendance à se concentrer sur la résolution de problèmes réels affectant l'industrie ou les communautés. La recherche collégiale a tendance à travailler sur des délais plus courts, ce qui pourrait aider le gouvernement à réduire les risques liés aux décisions politiques.

Conseil pour les scientifiques lorsqu'ils contribuent à l'élaboration de politiques :

  • Consulter les citoyens et les consommateurs avant l'élaboration des politiques.
  • Incluez les populations sous-représentées et vulnérables dans vos consultations.
  • Adopter une approche multidisciplinaire pour assurer une compréhension holistique des défis et des solutions.
  • Politiques pilotes et ajustement et ajustement ou annulation.
  • Les communications sont essentielles pour développer et maintenir des relations entre les chercheurs et les décideurs.
  • Créez une preuve de concept et testez-la.
  • Découvrez comment vous partagez l'information et déployez l'application des connaissances.
  • Impliquer les parties prenantes dès le début de la conception du projet.
  • Mettre l'accent sur la diffusion de l'information.
  • Utilisez un champion pour relier les communications, sélectionnez quelqu'un qui est respecté, bien informé et qui comprend les environnements politique et scientifique.
  • Comprendre le pouvoir de la narration.

Lorsque vous vous renseignez sur l'élaboration de politiques, n'oubliez pas :

  • Ne soumettez pas aux décideurs politiques des choses qu'ils ne peuvent pas faire.
  • Assurez-vous de bien comprendre le programme politique actuel.
  • Ne devenez pas une menace. Le modèle push n'est pas aussi efficace que la compréhension de la culture et de l'agenda du gouvernement.
  • La politique d'information scientifique est un domaine complexe.
  • La communication fait partie intégrante du succès.
  • Les relations sont essentielles.
  • Assurez-vous que vos communications sont pertinentes, excellentes, accessibles et légitimes (REAL).
  • Répondre à l'agenda public et aux priorités, être pertinent et précis.
  • Il ne sert à rien de partager des preuves qui ne sont pas pertinentes ou qui sont accablantes.
  • Ayez d'excellents indicateurs, récits et histoires.
  • Les projets pilotes sont souvent un mécanisme pour recueillir plus d'argent et d'intérêt.
  • Gagnez d'abord les cœurs et soyez personnel, puis partagez les preuves.
  • Faire du lobbying signifie simplement développer des relations.
  • Concentrez-vous sur des objectifs communs, aidez les décideurs à prendre de meilleures décisions ou à faire un meilleur travail pour une province ou le pays.
  • Devenez un conseiller de confiance; ne vous concentrez pas uniquement sur vos besoins.
  • Comprendre le calendrier en matière de politiques politiques et comprendre le climat actuel et ce qui est à l'ordre du jour.
  • Tenir compte de l'opinion publique.
  • Vous pouvez utiliser l'opinion publique pour faire avancer votre programme.

photo de la conférence conférenciers assis période de discussions

tables rondes de la conférence conférenciers conférences-débats au déjeuner

discussions de conférence

Présentation de la conférence sur l'amélioration de l'edi

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Façonner la politique scientifique pour améliorer l'équité, la diversité et l'inclusion (EDI)

Organisé par: Fonds de recherche du Québec (FRQ), Fanny Eugène, EDI et conseillère stratégique

Orateurs: Mary-Rose Bradley-Gill, coprésidente, Science & Policy Exchange; Shirley Malcom, directrice, programmes d'éducation et de ressources humaines, American Association for the Advancement of Science; Denise O'Neil Green, PhD, vice-présidente, Équité et inclusion communautaire, Université Ryerson; Anne Webb, conseillère principale en politiques Équité, diversité et inclusion, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie

Modérateur: Maryse Lassonde, présidente, Conseil supérieur de l'éducation (gouvernement du Québec)

Plats à emporter et recommandations

  • Il existe de plus en plus de preuves montrant qu'un plus grand EDI renforce la recherche en la rendant plus rigoureuse, fiable et percutante.
  • Réparez le système, pas les gens. Changer une personne, un département, un programme ou un laboratoire à la fois est lent et beaucoup moins efficace que des approches plus systémiques. Construire des structures qui aident les gens à se renseigner sur ces questions.
  • Les obstacles à l'EDI sont vécus différemment selon les populations, les groupes d'âge et les contextes. Les obstacles peuvent inclure :
    • Préjugés involontaires et intentionnels
    • Microagressions
    • Environnements de travail hostiles, menaces stéréotypées
    • Indicateurs d'excellence biaisés
    • Peu de modèles
    • Norme de linéarité présumée des cheminements de carrière en recherche
    • Contributions aux services et à la sensibilisation sous-évaluées
  • Vous pouvez encourager les industries et les organisations à faire ce qu'il faut en encourageant, en reconnaissant et en récompensant les comportements positifs (par exemple, l'initiative Athena SWAN ou, dans un domaine différent, le système d'évaluation des bâtiments écologiques LEED).
  • L'EDI n'est pas un sport transactionnel ; c'est un sport relationnel où vous devez engager des communautés qui ont été historiquement marginalisées. Engager des professionnels de l'équité dans l'identification des défis et des solutions.

Étude de cas de l'EDI : les organismes subventionnaires de recherche du Québec, les Fonds de recherche du Québec

  • En 2018, les FRQ ont nommé leur première conseillère EDI (Fanny Eugène) et un comité EDI a été formé, composé des trois fonds de recherche du Québec, pour s'assurer que les principes EDI sont appliqués et évalués au sein de son personnel, de ses communautés et de ses programmes.
  • À compter de cette année, les FRQ mettent en place une formation sur les préjugés implicites pour le personnel responsable des comités d'évaluation et invitent tous les examinateurs à suivre une formation sur les préjugés implicites.
  • Le plus Pôles Stratégiques soutenues par le FRQNT (sciences naturelles, mathématiques et génie) sont actuellement évaluées sur leurs efforts vers l'EDI.
  • Les boursiers des FRQ bénéficient : d'un congé parental payé pour les boursiers; les frais de déplacement hors Québec des stagiaires postdoctoraux et de leur famille; garde d'enfants lors de conférences et d'explorations de terrain pour les chercheurs ; congé de maternité payé pour les étudiantes soutenues par des bourses du FRQNT.
  • La Stratégie québécoise de la recherche et de l'innovation et la Stratégie pour l'égalité entre les hommes et les femmes prévoient chacune des mesures spécifiques pour favoriser les carrières scientifiques auprès des filles et des femmes.
  • Les FRQ et le ministère de l'Économie et de l'Innovation du Québec ont lancé le Projet SAGA, un projet de l'UNESCO qui examine les politiques et les mesures visant à promouvoir l'égalité des sexes dans les sciences et la technologie, de la petite enfance à l'âge adulte. Le groupe québécois, composé de participants du gouvernement, de l'industrie et du milieu universitaire, a identifié 97 mesures pour soutenir l'égalité des sexes dans les STEM (rapport attendu d'ici la fin de 2018).

Étude de cas EDI : Initiatives aux États-Unis

  • La population des États-Unis ne ressemble pas à la population des STEM. Les taux de participation sont faibles chez les femmes et les groupes minoritaires (c'est-à-dire les Noirs, les Latinos, les Autochtones).
  • L'élargissement de la participation des femmes et des groupes sous-représentés fait partie du mandat de la National Science Foundation (NSF), en grande partie à la suite de la loi sur l'égalité des chances dans les sciences et l'ingénierie (1980).
  • La NSF a eu deux programmes EDI principaux qui favorisent le changement structurel : AVANCER (pour faciliter l'avancement des femmes aux plus hauts échelons de la direction universitaire), et la Alliances pour l'enseignement supérieur et le professorat (AGEP) (pour les doctorants, postdoctorants et professeurs issus de minorités sous-représentées). La nouvelle transversale de la NSF COMPREND vise à soutenir des modèles qui peuvent conduire à un changement structurel.
  • L'AAAS héberge le Modification de la tige, de l'équité et de la réussite (SEA), un programme de prix et de reconnaissance adapté du Royaume-Uni qui adopte une approche de désignation de type LEED pour soutenir la transformation institutionnelle. Les éléments clés sont des auto-évaluations fondées sur des preuves qui peuvent conduire à des récompenses institutionnelles et départementales ; développement d'une communauté SEA Change et d'un institut SEA Change pour soutenir la recherche et la formation des institutions liées à l'EDI.

Étude de cas sur l'EDI : les organismes des trois conseils du Canada*

  • Les efforts ciblés précédents visant à accroître les opportunités pour les femmes et les filles en sciences et en génie n'ont pas eu l'impact espéré au cours des 20 dernières années. Les initiatives actuelles adoptent une approche plus systémique pour améliorer l'EDI au sein de la recherche et parmi les chercheurs.
  • Sur la base d'objectifs communs, les trois organismes ont élaboré un plan d'action EDI qui combine leurs efforts et s'appuie sur les meilleures pratiques internationales pour intégrer les considérations et l'analyse de l'EDI dans les politiques, les processus, les programmes et les indicateurs d'excellence. Le plan d'action a deux principales priorités communes : un accès équitable aux opportunités de financement et la manière dont les candidats sont traités une fois qu'ils sont dans le processus de candidature.
  • Les actions sont promues, financées, mises en œuvre et suivies. Par exemple, du personnel supplémentaire est embauché pour les initiatives EDI, et des ressources et des outils sont mis à la disposition des examinateurs pour les sensibiliser davantage aux préjugés.
  • Élaboration d'outils et de systèmes pour recueillir et surveiller les données sur la participation des groupes sous-représentés aux programmes de financement, à l'examen par les pairs et, à l'avenir, aux comités.
  • Formation sur la sensibilisation aux préjugés dispensée aux examinateurs et au personnel de l'agence.
  • Des programmes de financement spécifiques incluent désormais des recommandations liées à l'EDI en matière de personnel et de recherche.
  • Les sites Web des agences comprennent des conseils et des ressources liés à l'EDI, ainsi que des analyses dans la recherche, les équipes de recherche et les institutions.
  • Les agences intègrent Analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) dans l'évaluation et l'examen des politiques.
  • Pour certains organismes, une proportion de titulaires de bourses qui sont des personnes sous-représentées est un indicateur de rendement pour la surveillance et la présentation de rapports au Parlement.
  • La liaison et l'harmonisation des considérations EDI avec les bureaux de recherche universitaires ont été renforcées.
  • Institué de nouvelles exigences pour les universités participant au programme des chaires de recherche du Canada.
  • Des travaux sont en cours sur la conception et la mise en œuvre d'un programme Athena SWAN conçu au Canada. Un programme pilote de cinq ans, annoncé dans le budget de 2018, sera annoncé au début de l'année prochaine.
  • Les trois conseils participent à des formulaires publics pour consulter et engager des experts externes et des détenteurs de connaissances sur les initiatives EDI de l'agence.

* Conseil tripartite : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, Instituts de recherche en santé du Canada, Conseil de recherches en sciences humaines, Génome Canada et la Fondation canadienne pour l'innovation

Étude de cas EDI : Université Ryerson

  • En 2012, Ryerson a nommé son premier vice-président/vice-recteur à l'assistance d'EDI.
  • Plus tard, l'université s'est rendu compte que l'EDI était une question importante qui devait être élevée pour aider à orienter la stratégie, la planification et la prise de décision pour l'ensemble de l'organisation. En réponse, en 2017, l'université a nommé son premier vice-président, équité et inclusion communautaire. Cette personne fait partie de l'équipe de direction du président et relève directement du président.
  • Trop d'initiatives EDI sont conçues et mises en œuvre sans l'aide de professionnels EDI. En février 2018, Ryerson et le CRSNG ont convoqué une table ronde à Toronto impliquant les organismes fédéraux de financement de la recherche, les FRQ, des professionnels de la recherche, des leaders universitaires et des professionnels de l'EDI pour discuter de la façon de concrétiser l'EDI. Parmi les thèmes qui ressortent de la table ronde :
    • Persistez à surmonter les obstacles à l'EDI
    • La formation doit être repensée et dispensée de différentes manières "afin qu'elle puisse coller"
    • L'EDI fait partie de l'excellence, pas l'EDI malgré l'excellence
    • La responsabilisation à l'échelle du système est primordiale
    • Les dirigeants jouent un rôle essentiel pour réfléchir à ces problèmes et les résoudre
    • Avoir ces conversations difficiles autour de l'EDI ; ne les évite pas

Le point de vue des étudiants sur l'EDI

  • Les institutions peuvent aider à promouvoir les questions EDI en fournissant un financement et une visibilité aux groupes locaux qui travaillent dans cet espace.
  • Le Science & Policy Exchange a organisé un SPE Café en mars 2018 : Breaking Gender Barriers in STEM (la plupart des participants étaient des étudiantes diplômées). Le groupe a produit un rapport qui a identifié sept obstacles liés au genre :
  1. Planning familial : Standardiser et encourager les congés parentaux, politiques créatives
  2. Critères d'excellence/mérite : réviser les critères pour tenir compte des préjugés inconscients tout au long de la vie
  3. Pratiques de recrutement : Transparence radicale
  4. Discrimination à l'extérieur de l'embauche (harcèlement aux plus inconscients) : Postes durables pour le suivi de l'inclusion et de la diversité
  5. Modèles de rôle et mentorat : Formaliser les programmes de mentorat, donner du crédit
  6. Manque d'hommes dans la conversation : Leadership par le haut, plus de formation sur l'équité et la diversité
  7. Pressions sociétales et préjugés inconscients que nous avons tous : Soutenir financièrement et socialement les conversations et le dialogue
  • Le rapport a également formulé 20 recommandations pour surmonter ces obstacles :
  1. Sensibilisation et transparence autour des droits au congé parental.
  2. Créer des plans de congé parental pour les étudiants/postdoctorants exclus de la couverture par des subventions spécifiques.
  3. Créer des politiques pour mieux accommoder les familles – par exemple, des subventions pour la garde d'enfants pour les étudiants et les stagiaires postdoctoraux.
  4. Réfléchissez à des solutions créatives pour favoriser un environnement familial.
  5. Réviser les critères utilisés pour juger du mérite pour tout type de candidature et de nomination afin de refléter la réalité selon laquelle les groupes sous-représentés ne sont pas sur un pied d'égalité et de valoriser différents types de mérite (comme le mentorat).
  6. Inclure des discussions sur les préjugés implicites contre les femmes et les candidats issus de minorités parmi les membres du comité d'embauche avant le début du processus d'embauche.
  7. Au niveau du département, mettre en œuvre des rapports écrits pour chaque candidat présélectionné qui doivent contenir des explications sur la décision finale.
  8. Au niveau institutionnel, adopter une politique de transparence pour les embauches et les promotions en publiant annuellement des statistiques.
  9. Envisager la possibilité d'un quota de genre ou d'un système de récompense pour l'embauche ; explorer différents systèmes de mise en œuvre
  10. Créez des politiques de harcèlement claires et accessibles qui sont appliquées.
  11. Tenir le corps professoral responsable et être transparent sur les mesures disciplinaires.
  12. Annoncez clairement le processus de signalement des abus.
  13. Établir des positions durables pour suivre les progrès en matière d'équité, de diversité et d'inclusion.
  14. Améliorer les politiques de formation en matière d'équité et offrir une formation à jour.
  15. Recueillir et publier des données sur leurs politiques et pratiques, sur la base d'objectifs clairs et d'indicateurs de réduction du harcèlement, des préjugés et de la discrimination.
  16. Incorporer la formation/discussion sur l'équité, la diversité et l'inclusion dans le programme de base de chaque département pour les étudiants et les professeurs
  17. Réévaluer le langage traditionnel utilisé en référence aux récompenses et opportunités prestigieuses.
  18. Soutenir financièrement et socialement les conversations, le dialogue et les groupes spécialisés qui identifieront et proposeront des solutions ciblées pour les besoins spécifiques du groupe.
  19. Inclure les élèves dans les discussions sur l'équité, la diversité et l'inclusion.
  20. Tous les dirigeants doivent s'engager, y compris et surtout les hommes

discussions de groupe

Présentation de conférence pour les défis canadiens

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

L'eau à l'interface science-politique : Défis et opportunités pour le Canada

Organisé par: L'Université de Waterloo, Tatjana Milojevic et Nancy Goucher

Orateurs: Philippe Van Cappellen, titulaire de la Chaire d'excellence en recherche du Canada en écohydrologie; Steve Cobham, gestionnaire des relations canado-américaines à la Direction générale des affaires internationales, Environnement et Changement climatique Canada; Nicola Crawhall, directrice, Affaires publiques de Westbrook ; Gail Krantzberg, professeure d'ingénierie et de politique publique à l'École de pratique et de technologie du génie Walter G Booth, Université McMaster; Alain Pietroniro, directeur exécutif du Service hydrologique national au sein du Service météorologique du Canada, Environnement et Changement climatique Canada

Modérateur: Homa Kheyrollah Pour, chercheur scientifique, Université de Waterloo

Plats à emporter et recommandations

Comportementale

  • Historiquement, les préoccupations concernant la pollution de l'eau se concentraient sur les facteurs de stress ponctuels, tels que les effluents d'une usine, qui étaient relativement faciles à identifier et à traiter.
  • Nous en apprenons maintenant davantage sur l'impact des facteurs de stress non ponctuels tels que l'enrichissement en nutriments et leurs effets peuvent être aggravés par le changement climatique et l'interaction avec d'autres facteurs de stress.
  • Ce sont des « problèmes épineux » parce que les solutions impliquent des compromis entre l'écologie, l'économie et les parties prenantes - il n'y a pas de solution parfaite.

Opportunités

  • Les groupes limitrophes qui facilitent l'interface science-politique peuvent réduire le coût pour les chercheurs de communiquer avec les décideurs. Cela ne signifie pas que nous devons créer de nouvelles organisations – il en existe plusieurs actuellement (par exemple, la Commission mixte internationale (CMI)). Il est important que ces organisations restent aussi neutres et fondées sur des preuves que possible. Ils peuvent se rendre un mauvais service s'ils ne restent pas neutres).
  • Les solutions d'aujourd'hui nous obligent à faire des compromis.
    • Aucune solution unique ne satisfera toutes les parties prenantes ou ne ramènera l'écosystème à des conditions vierges.
  • Des personnes (et des compétences) sont nécessaires pour combler le fossé entre la science et la politique.
  • Personnaliser la science pour qu'elle soit pertinente pour la politique.
    • Les organisations limitrophes peuvent aider à traduire pour permettre à la science d'être plus facilement pertinente.
    • Réduire les coûts de traduction pour les universitaires.
  • Des métriques et des outils sont nécessaires pour comprendre la science-politique.
    • Par exemple, évaluation des services écosystémiques (la perte de zones humides peut coûter des centaines de millions/an)
    • La mesure des services écosystémiques peut être utilisée pour faire une évaluation économique et déterminer le coût de remplacement d'un système d'eau.
  • Les économies d'échelle fonctionnent dans la surveillance de l'eau douce au Canada. Par exemple, il existe des partenariats provinciaux/fédéraux où les provinces paient le gouvernement fédéral pour mener des opérations de surveillance.
  • Au niveau fédéral, la surveillance de l'eau est opérationnelle – il n'y a pas beaucoup de temps pour se réunir avec des scientifiques pour développer de nouveaux systèmes innovants.
  • Les réalités fiscales et un profil relativement bas dictent souvent une résistance à l'augmentation de la surveillance de l'eau. Existe-t-il d'autres options ? Le problème n'est souvent pas visible pour le public jusqu'à ce qu'il y ait une crise ou un événement extrême. Les mémoires publiques sont relativement courtes.
  • Les calendriers scientifiques et politiques sont différents : la science peut dire que si nous apportons un changement maintenant, nous verrons le résultat dans des années ou des décennies. Les politiciens sont davantage motivés par des cycles électoraux à plus court terme. En tant que telles, les approches de gestion adaptative peuvent être utiles pour permettre l'élaboration de politiques basées sur les meilleures données scientifiques disponibles et mises à jour une fois de plus connues.
  • L'élaboration des politiques doit être plus agile et moins linéaire (problème, analyse, décision, financement). Approche de manière plus souple.
  • L'élaboration et la mise en œuvre des politiques de l'eau en Ontario sont compliquées par le nombre d'acteurs impliqués (c.-à-d. municipaux, provinciaux, fédéraux). La tendance à déléguer les responsabilités de l'eau aux communautés locales et aux propriétaires privés est problématique en termes d'accès à la science et au savoir.
    • Le programme de protection des sources d'eau en Ontario est un exemple intéressant de l'interface science-politique. La science a été utilisée pour élaborer des politiques de protection des sources. Désormais, les responsables de la gestion des risques sont chargés de travailler avec les propriétaires fonciers pour déterminer comment mettre en œuvre ces politiques au cas par cas. Leur travail consiste à :
      • Informations sur les courtiers : science et réglementation
      • Communiquer les risques pour l'eau potable liés aux activités locales
      • Négocier entre les parties prenantes
  • Avoir un membre du personnel dédié à l'eau au niveau municipal nécessite beaucoup de ressources. Pouvons-nous soutenir ces budgets?
  • Le Canada doit investir dans la surveillance et la science. Le lac Érié est en détresse en raison de la prolifération d'algues qui se forment en raison de l'augmentation des apports de phosphore (engrais). Le Canada a fourni peu de données de surveillance pour appuyer une compréhension canado-américaine de ce problème. Le Canada s'appuie sur des modèles informatiques et des données extrapolées des États-Unis.
  • Former les décideurs aux sciences et vice versa. Chaque groupe doit mieux se comprendre. Les décideurs politiques posent différentes questions – pourquoi devrions-nous agir en ce moment ? Les scientifiques posent des questions sur le fonctionnement du monde et les relations entre les facteurs. Ils expérimentent, apprennent en faisant, réduisent l'incertitude, améliorent la compréhension avec une certitude de plus en plus grande. Une action préventive est très difficile à prendre pour un décideur politique car nous avons déjà tellement de problèmes en mode crise. Améliorer la compréhension mutuelle des pressions et des points de vue des uns et des autres peut aider à identifier une voie commune à suivre.
  • Si un scientifique ou un ingénieur veut avoir un impact, il doit acquérir des compétences non techniques, des politiques et des instruments juridiques afin que son incertitude puisse être prise en compte.
  • Cherchez des opportunités pour que la politique évolue plus rapidement. Les microbilles en sont un bon exemple et se sont produites pour plusieurs raisons :
    • Les scientifiques ont fait un excellent travail pour communiquer les résultats et l'impact.
    • Le problème était tangible et l'impact sur les gens était clair (et concernait également les enfants). Les gens se sentaient trompés par les entreprises auprès desquelles ils achetaient des produits et l'industrie était prête à agir sous la pression du public.
  • Offrir aux scientifiques et aux décideurs des opportunités de se connecter plus fréquemment (par exemple, les asseoir ensemble dans la même partie du bureau).
Conférence Présentation pour tirer parti des connaissances scientifiques

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Nouvelles façons d'informer les politiques en tirant parti des connaissances scientifiques : deux modèles liés aux collaborations public-universitaire

Organisé par : Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), Chantal Barton

Orateurs : Bipasha Baruah, Chaire de recherche du Canada sur les enjeux mondiaux des femmes, Western University; Ian Clark, chef de la Division de la recherche économique, de l'intégration scientifique et de la sensibilisation, Ressources naturelles Canada; Ioanna Sahas Martin, directrice de la recherche et des connaissances sur l'aide internationale, Affaires mondiales Canada ; Maïka Sondarjee, candidate au doctorat CRSH, Université de Toronto

Modérateur : Madeline Johnson, agente du service extérieur, Affaires mondiales Canada

Plats à emporter et recommandations

La collaboration entre les universitaires et le gouvernement est essentielle

  • Les fonctionnaires ont la chance de travailler dans une fonction publique où l'élaboration de politiques fondées sur des données probantes et le travail avec des partenaires externes sont valorisés.
  • Un manque d'information et de connaissances n'est pas le problème. Au contraire, les gens ne savent pas toujours comment accéder à ces informations ou les utiliser. Les responsables gouvernementaux doivent accéder facilement aux informations et comprendre comment les transformer en politiques.
  • Les universitaires doivent être davantage axés sur les politiques et les organismes gouvernementaux doivent valoriser davantage la recherche.
  • Les chercheurs externes et les décideurs gouvernementaux s'appuient sur des capacités différentes, mais c'est la collaboration entre les deux qui produit la recherche de la plus haute qualité et la plus précieuse et renforce le mieux la base de données factuelles pour les politiques.
  • Il est essentiel de favoriser des collaborations de plus en plus efficaces entre eux.
  • Pour ce faire, les chercheurs et les décideurs ont besoin de plus d'occasions d'interagir et d'établir des partenariats.

Obstacles à l'engagement académique dans le secteur public

  • Le milieu universitaire et le gouvernement, surtout au Canada, n'ont pas d'antécédents d'employés qui se déplacent entre eux. Nous devons créer davantage d'opportunités pour de tels échanges.
  • Les États-Unis et le Royaume-Uni sont des exemples de sociétés où les barrières entre les deux secteurs sont plus poreuses.
  • Le système d'incitations académiques peut être un obstacle à l'engagement extérieur, bien que cela soit en train de changer. Tout travail d'application des connaissances doit être valorisé.
  • Les chercheurs en début et en fin de carrière ont plus d'occasions de s'impliquer, car les chercheurs en milieu de carrière se concentrent souvent sur des activités chronophages qui mènent à la permanence (c'est-à-dire la publication dans des revues à comité de lecture) et à la création d'une famille.
  • Les décideurs politiques devraient reconnaître cette réalité et cibler les universitaires en début et en fin de carrière, tandis que les établissements universitaires devraient créer davantage d'opportunités et d'incitations pour que les chercheurs en milieu de carrière collaborent avec le secteur public.
  • Mobiliser la collaboration du gouvernement par le biais du processus de passation de marchés (c.-à-d. l'approvisionnement) peut être difficile, fastidieux et long.

Développer la formation académique

  • Les universitaires doivent se former pour plus que de simples professeurs d'université – d'autant plus qu'il n'y a pas beaucoup d'emplois dans ce domaine.
  • La formation académique doit inclure une formation pour communiquer des idées complexes à un public général.
  • Les universitaires doivent apprendre à écrire pour un public axé sur les politiques, à appliquer leur travail aux domaines politiques et à valoriser la rédaction de politiques et les partenariats politiques.

Les décideurs politiques doivent accueillir et valoriser les chercheurs universitaires

  • Les chercheurs ont des compétences variées, au-delà de leur domaine de recherche spécifique, qui peuvent être appliquées à différents domaines et idées. Les chercheurs doivent pouvoir articuler ces compétences, et les décideurs doivent les comprendre et les valoriser.
  • Les ministères doivent offrir aux universitaires, en particulier aux jeunes chercheurs, davantage d'occasions d'interagir avec les décideurs.
  • L'intégration de jeunes chercheurs crée des relations à long terme et donne au gouvernement l'accès à un bassin de cerveaux extraordinaires qui peuvent être intégrés à d'autres projets de recherche.
  • Un petit investissement monétaire peut donner des résultats élevés lors de l'embauche de jeunes chercheurs.
  • Les chercheurs externes aident à fournir des recherches de haute qualité qui incluent des recommandations solides et fondées sur des preuves.
  • Faire appel à des chercheurs extérieurs peut offrir un point de vue différent, aidant les décideurs politiques à identifier de nouveaux problèmes ou à acquérir une nouvelle perspective sur des problèmes plus anciens.
  • Des perspectives extérieures peuvent également aider les gouvernements à briser les silos ministériels. Souvent, il peut être plus facile pour un étranger d'expliquer pourquoi et comment les questions politiques sont multiministérielles.
  • Les besoins de recherche à court terme sont difficiles à satisfaire dans les ministères compte tenu de l'accent mis sur les pressions et les priorités quotidiennes. Pour respecter ces délais plus courts, les ministères doivent modifier leurs priorités, apporter des changements organisationnels ou accroître leurs efforts de recrutement pour recruter davantage de chercheurs. Il peut être plus facile et plus abordable de faire appel à un chercheur extérieur pour un tel projet.
  • Les universitaires sont plus agiles que les scientifiques du gouvernement – ​​en plus des projets à court terme, ils peuvent aborder un plus large éventail de sujets de recherche avec des horizons plus longs.
  • De plus en plus, les universitaires appliquent une approche multidisciplinaire à leurs recherches.
  • Beaucoup de données sont collectées par le gouvernement mais ne sont pas utilisées. Les chercheurs universitaires pourraient aider à l'analyse des données.

Les décideurs apportent des forces à la collaboration

  • La communauté politique apporte des connaissances d'initiés et une perspective sur les nouvelles priorités gouvernementales. Ils veillent à ce qu'une optique politique soit mise en œuvre tout au long de la collaboration.
  • L'implication des utilisateurs finaux de la recherche permet de s'assurer que les bonnes questions à explorer sont posées dès le début.
  • Certains ministères, comme Ressources naturelles Canada (RNCan), peuvent adopter une approche intersectorielle pour identifier les lacunes dans les connaissances.
  • Au sein de RNCan, il existe une variété de groupes de travail d'experts dont les ressources et l'expertise peuvent être mises à profit pour mettre en œuvre et guider la collaboration.
  • Les employés du gouvernement peuvent aider à naviguer dans les processus d'approvisionnement délicats.
  • Les décideurs politiques peuvent s'assurer que les résultats de la recherche ont une pertinence politique réelle et produiront des recommandations réalistes et pouvant être mises en œuvre par la haute direction.

Comment les universitaires en profitent

  • L'interaction avec le gouvernement peut donner aux chercheurs un aperçu des processus d'élaboration des politiques et des utilisations tangibles de leurs recherches dans ce contexte, les aider à établir de nouveaux liens et à établir des relations, et contribuer à des décisions plus éclairées sur les recherches futures.
  • Les chercheurs peuvent apprendre à communiquer leur recherche d'une nouvelle manière et à la cadrer dans un contexte réel.
  • L'accessibilité des communications ne consiste pas à « abrutir » la recherche. Il s'agit plutôt de la capacité de traduire l'information à différents publics.
  • Certaines découvertes dans le milieu universitaire semblent initialement sans rapport avec le monde politique, mais peuvent en fait être très utiles dans un large éventail de contextes politiques, si elles s'appliquent correctement à ces contextes.

Exemples de modèles de collaboration efficaces

  • Le plus Défi d'idées de politique internationale (IPIC), un partenariat entre le CRSH et Affaires mondiales Canada (AMC), donne aux étudiants diplômés et aux chercheurs émergents la possibilité d'éclairer les politiques prioritaires avec des preuves que les décideurs comprennent et peuvent mettre en pratique.
  • L'IPIC est un moyen unique de tirer parti des connaissances scientifiques dans le monde politique et nous avons besoin de plus de programmes comme celui-ci.
  • Le programme de recherche économique et politique de RNCan travaille avec des universitaires pour renforcer la prise de décision fondée sur des données probantes, combler les lacunes dans les connaissances sur les propriétés émergentes de RNCan, renforcer la capacité de répondre aux défis à long terme et transversaux et améliorer les partenariats avec des experts en recherche externes.
Présentation de conférence pour l'écosystème

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Comment une meilleure collaboration fédérale-provinciale peut-elle renforcer l'écosystème de la recherche au Canada?

Les organisateurs: Les Amis des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le programme du Prix international Henry G. Friesen

Orateurs: Krista Connell, directrice générale, Fondation de la recherche en santé de la Nouvelle-Écosse; Dre Janet Rossant, PHD FRS FRSC, présidente et directrice scientifique, Gairdner Foundation; Marc LePage, président-directeur général, Génome Canada; Dr David Naylor, lauréat du prix Friesen 2018; professeur de médecine et président émérite de l'Université de Toronto; Dre Mona Nemer, conseillère scientifique en chef, gouvernement du Canada; Dr Michael J. Strong, président, Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)

Modérateur: Dr Gilles Patry, directeur général, U15

"Notre plein potentiel scientifique ne sera réalisé qu'avec une stratégie d'« Équipe Canada » hautement collaborative » : David Naylor

Le budget fédéral de 2018 a donné un coup de pouce tant attendu à la science au Canada. Mais si le pays veut tirer le meilleur parti de ces nouveaux investissements, il a besoin que le gouvernement fédéral, les provinces et les territoires fassent un meilleur travail pour coordonner le financement et les priorités de la recherche.

C'est le principal message que les délégués de la CPSC ont entendu du Dr David Naylor, qui a présidé un groupe d'experts qui a produit en 2017 l'examen des sciences fondamentales du Canada, également connu sous le nom de rapport Naylor.

Bien que ce rapport fondateur se soit principalement concentré sur les questions fédérales liées au financement, à l'organisation et à la surveillance de la science extra-muros, il comprenait également plusieurs observations liées à l'interaction du soutien fédéral et provincial/territorial (FPT) à la recherche, à l'innovation et au développement des talents, notamment :

  • Interaction FPT très limitée et élaboration de stratégies partagées entre les hauts fonctionnaires sur les dossiers de la science et de l'innovation
  • Déséquilibre évident du soutien financier à la recherche à Ottawa, dans les provinces et dans les établissements
  • Points de friction particuliers : p. ex., partage des installations et des coûts administratifs (également appelés coûts indirects), programmes fédéraux nécessitant un financement de contrepartie provincial ou territorial sans arbitrage collaboratif
  • Faible alignement sur les défis communs tels que l'infrastructure de recherche/l'infostructure
  • Absence de vision partagée et de plan d'action national pour le développement des talents à forte intensité de recherche

Au Canada, la recherche est une compétence partagée entre les gouvernements fédéral et provinciaux, une compétence dans laquelle le gouvernement fédéral a traditionnellement joué un rôle majeur. Mais comme l'a noté le Dr David Naylor, « la variation interprovinciale est dramatique en termes de financement de la recherche ».

La solution, a déclaré Naylor, consiste à rendre la science « véritablement nationale » grâce à une plus grande coordination fédérale-provinciale-territoriale [FPT], ainsi qu'à une meilleure coopération entre les provinces et les territoires, le gouvernement fédéral contribuant à la fois en tant que facilitateur et bailleur de fonds.

« Vous entendez souvent dire que le Canada dépasse son poids [quand il s'agit de science], mais la réalité est que nous réduisons ce poids de plus en plus en créant des divisions », a déclaré Naylor. "Ce régionalisme est de plus en plus inutile, en particulier dans des domaines comme la science, l'érudition et la recherche où nous devons nous unir pour avoir un impact maximal."

Naylor a déclaré que les provinces « s'irritent souvent » lorsqu'un programme fédéral dans lequel elles ont peu ou pas contribué les oblige à contribuer un montant disproportionné du financement de contrepartie pour quelque chose qui peut ne pas s'aligner sur les priorités provinciales. Un autre point d'éclair concerne les coûts indirects de la recherche.

« Les institutions, et les provinces qui soutiennent ces institutions, sont souvent placées dans une position de remplacement autour des subventions fédérales, pour garder les lumières allumées et entretenir les bâtiments et les bibliothèques », a déclaré Naylor.

Les domaines qui bénéficieraient d'une collaboration accrue comprennent le financement harmonisé des grands projets scientifiques comme l'infrastructure numérique, ainsi qu'une vision commune et un plan d'action national pour développer les talents et soutenir les chercheurs à toutes les étapes de leur carrière.

"Malgré des plaintes occasionnelles selon lesquelles nous avons trop de docteurs et de chercheurs, le fait est que ce pays sous-emploie des chercheurs et des scientifiques" par rapport à de nombreux pays pairs de l'OCDE, a déclaré Naylor.

Possibilités de collaboration FPT

La conseillère scientifique en chef du Canada, la Dre Mona Nemer, a convenu que l'avenir du Canada en tant que pays innovateur dépend de liens plus solides entre tous les paliers de gouvernement, y compris les municipalités. Elle a identifié trois défis spécifiques nécessitant des solutions :

  1. Comment élaborer des plans d'action nationaux dans différents domaines (par exemple, utilisation des données dans la recherche en santé)
  2. Le développement du talent
  3. Définir la « grande science » et déterminer comment les coûts opérationnels peuvent être soutenus de manière durable

« Le développement des talents est une question particulièrement délicate », qui bénéficierait d'une plus grande coordination FPT, a déclaré Nemer. Elle a fait remarquer que les établissements d'enseignement postsecondaire augmentent le nombre de leurs étudiants. Cela génère plus de candidats au doctorat, ce qui augmente la demande d'espace physique, plus de professeurs et, en fin de compte, plus de financement fédéral pour la recherche.

Des initiatives récentes créent des opportunités pour une meilleure collaboration, a déclaré Nemer. La Stratégie sur l'infrastructure de recherche numérique, par exemple, a permis de renforcer les liens entre Ottawa et les provinces et a ouvert la porte à une meilleure planification stratégique, y compris le financement des grandes infrastructures.

Le fait d'avoir un conseiller scientifique national ainsi que des conseillers scientifiques provinciaux peut également améliorer à la fois la communication et la coordination, a-t-elle ajouté. "Cela sort ces conversations du domaine politique."

Le Dr Michael Strong, le nouveau président des IRSC, encourage les délégués à lire un nouveau rapport de l'Université de Toronto sur la coordination FPT du financement de la recherche et de l'innovation. Un équilibre délicat identifie 7 objectifs de coordination, que Strong décrit comme des défis logistiques qui peuvent être surmontés avec un meilleur engagement :

  • Éviter ou minimiser les doubles emplois et les chevauchements
  • Éviter les incohérences du programme
  • Minimiser les conflits bureaucratiques
  • Assurer la cohérence et la cohésion
  • S'accorder sur les priorités
  • Améliorer l'efficacité de l'allocation des fonds
  • Promouvoir une perspective globale et « pangouvernementale » sur la question politique

Un domaine dans lequel ces approches fonctionnent est l'initiative de la Stratégie de recherche axée sur le patient des IRSC, qui a établi des réseaux nationaux de recherche collaborative dans tout le pays. Les réseaux SRAP impliquent des chercheurs, des patients, des décideurs, des centres de santé universitaires, des organismes de bienfaisance en santé et d'autres intervenants.

« La SRAP est probablement l'un des programmes les plus novateurs que nous ayons mis en place dans ce pays pour réunir des partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux - de véritables partenaires où nous examinons les problèmes liés aux résultats des soins de santé et comment nous pouvons apporter des changements dans en temps réel qui sont significatifs pour la population », a déclaré Strong, ajoutant:« Nous sommes dans cinq ans dans une expérience de 10 ans où nous commençons déjà à voir des résultats.

Les bourses de recherche sur l'impact sur le système de santé des IRSC sont un autre exemple de collaboration FPT efficace, a déclaré Strong. Les bourses offrent aux doctorants et aux boursiers postdoctoraux la possibilité de travailler avec des agences provinciales de la santé et d'autres acteurs de la santé non universitaires pour appliquer leurs recherches à des défis critiques en matière de soins de santé.

Un autre succès a été l'Alliance nationale des organismes provinciaux de recherche en santé (NAPHRO), qui facilite la coordination, la communication, l'alignement et la convergence stratégiques et un leadership de qualité grâce à des efforts interprovinciaux et nationaux. Strong a déclaré que le groupe a identifié des obstacles, par exemple, qui permettront aux provinces et au gouvernement fédéral de commencer à planifier dès maintenant les besoins futurs en ressources humaines de chaque région.

« Nous examinons également les outils qui, pour la toute première fois, nous permettront d'avoir les paramètres qui mesurent les besoins au sein de notre population et de faire des projections prospectives appropriées », a déclaré Strong, ajoutant que ces données aideront les IRSC à établir les priorités futures.

L'une de ces priorités est de s'assurer que les étudiants réalisent les opportunités d'une carrière dans la recherche au-delà du milieu universitaire. "Je ne présenterai aucune proposition à notre gouvernement pour un financement qui n'intègre pas le développement des capacités."

La nécessité d'un cadre national

Si le Canada veut remporter de futurs prix Gairdner ou Nobel, il a besoin « d'un cadre cohérent pour le financement de la recherche qui voit les organismes subventionnaires financer toutes les recherches - des découvertes fondamentales à l'application », a déclaré la Dre Janet Rossant, qui dirige la Fondation Gairdner.

« Nous avons une structure de financement perturbatrice et dispersée au Canada et les chercheurs canadiens sont très bons pour gérer cette mosaïque, mais au prix de demandes de subventions qui pourraient se chevaucher et d'un manque de vision nationale claire », a-t-elle déclaré aux délégués.

Les investisseurs de recherche actuels et potentiels, y compris l'industrie et la philanthropie, devraient faire partie de cet exercice de vision, a déclaré Rossant. L'Institut Perimeter à Waterloo, en Ontario, par exemple, est un modèle de collaboration entre l'industrie, le gouvernement et les fondations pour soutenir la recherche fondamentale.

Les partenariats public-privé sont courants aux États-Unis. En septembre, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, et sa femme Priscilla Chan ont versé 13 milliards de dollars pour créer l'initiative Chan Zuckerberg, qui a pour objectif de guérir, de prévenir ou de gérer toutes les maladies « du vivant de nos enfants ». .

"Ce sont de grosses sommes d'argent investies dans la biologie fondamentale de la cellule unique", a déclaré Rossant. « Cette idée de créer des liens entre les donateurs, les gouvernements et les défenseurs peut nous aider à nous réunir dans des partenariats qui peuvent s'étendre au-delà de nos frontières nationales pour repousser les limites des connaissances actuelles et nous faire avancer. Mais cela demande de la vision et du leadership.

Le moment est venu, a-t-elle ajouté, « d'examiner de plus près un partenariat véritablement intégré entre tous les ordres de gouvernement et d'autres partenaires, d'élaborer un processus stratégique pour identifier les projets d'importance nationale et internationale où le Canada peut prendre l'initiative et où nous verra les prochains Gairdner et lauréats du prix Nobel.

Le rôle des programmes nationaux

Au lieu de parler de programmes fédéraux, l'accent devrait être mis sur les programmes nationaux qui mobilisent de multiples partenaires de partout au pays dans le domaine de la recherche et de l'innovation, a déclaré le Dr Marc LePage, président-directeur général de Génome Canada, un programme national qui reçoit environ 170 millions de dollars par année. – 70 millions de dollars d'Ottawa, le reste provenant des provinces, de l'industrie et des fondations.

Pour y arriver, il faut « des bottes au sol ». Génome Canada compte six centres régionaux à travers le pays.

« Ils sont complètement séparés de Génome Canada », a déclaré LePage. «Ils ont leurs propres conseils. Ils sont ancrés dans leurs communautés. Leur travail consiste à organiser leurs communautés, à établir des liens avec leurs gouvernements provinciaux et, ensemble, nous essayons de développer des programmes qui sont cohérents à l'échelle nationale et très ancrés localement.

Génome Canada est en mesure de répondre à ces besoins régionaux – tout en mobilisant davantage de financement et d'infrastructure – en soutenant un large éventail de recherches en génomique, y compris la santé, l'agriculture et l'agroalimentaire, la foresterie, les pêches et l'aquaculture, l'environnement, l'énergie et l'exploitation minière.

« Nous sommes le seul pays où nous avons ce programme intégré », a déclaré LePage. Cette intégration a donné lieu à des technologies génomiques développées pour la santé maintenant utilisées dans l'agriculture et la foresterie, « et beaucoup plus rapidement que d'autres nations concurrentes », a déclaré LePage.

Cependant, il a averti que les technologies transformatrices telles que la génomique ou l'intelligence artificielle nécessitent une capacité de recherche dans toutes les régions en raison des implications sociales et économiques de ces nouvelles technologies.

"Nous devons regarder à l'échelle nationale - comment pouvons-nous être compétitifs à l'échelle mondiale, mais nous devons également regarder à l'échelle régionale pour nous assurer que nous avons un accès complet et une distribution complète de la capacité", a déclaré LePage.

Tout n'est pas question d'argent

Les gros problèmes de l'écosystème de la recherche au Canada sont le « résultat d'une approche décousue, ad hoc, progressive et souvent dysfonctionnelle », a déclaré Krista Connell, qui a apporté une perspective provinciale à la discussion en tant que PDG de l'entreprise de recherche en santé de la Nouvelle-Écosse, âgée de XNUMX ans. Fondation.

Elle a expliqué que les provinces, le gouvernement fédéral et les organismes fédéraux élaborent des plans de recherche indépendamment les uns des autres, ce qui a créé différentes approches en matière de processus de financement, d'examen par les pairs et de concours, ainsi que des délais qui se chevauchent.

Connell est également membre fondateur de NAPHRO, créé en 2013 pour aider les provinces à mieux comprendre l'écosystème de recherche fédéral et à identifier les défis et solutions communs. L'un des succès a été l'adoption d'une approche unifiée de la mesure des impacts de la recherche en santé, en utilisant le cadre de l'Académie canadienne des sciences de la santé (ACSS) pour mesurer le rendement de l'investissement dans la recherche en santé.

« Les membres de NAPHRO ont collectivement mis en commun leur expertise en évaluation et nous avons développé un processus pour mettre en œuvre et améliorer ce cadre de recherche en santé », a déclaré Connell.

NAPHRO a été formé en 2002, mais il a fallu plusieurs années avant que ses membres soient largement reconnus pour leur expertise, leurs contributions et leurs liens solides avec les gouvernements provinciaux. Aujourd'hui, NAPHRO contribue régulièrement aux panels du CSPC. Il a également été consulté dans le cadre de l'examen des sciences fondamentales du Canada.

Connell a exhorté les acteurs fédéraux à engager NAPHRO pour comprendre les défis et les priorités provinciales. Plus important encore, s'engager dès le début dans l'élaboration de nouveaux programmes nationaux pour assurer l'alignement sur les priorités régionales.

Ces discussions ne se limitent plus à la recherche en santé. Connell a noté que de nombreux membres de la NAPHRO élargissent leur mandat pour inclure davantage de domaines de recherche.

« Avoir des conversations avec nous contribuera grandement à faire face aux tensions FPT… Il est essentiel de comprendre que nous ne voulons pas seulement être à la table, nous devrions être à la table car nous pouvons grandement améliorer les choses.

discussions de conférence conférenciers période de discussion

discussions entre panel discussions en conférence conférencier

Présentation de la conférence

Jour 3 – 9 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Les plats à emporter et les notes seront bientôt disponibles