Thème 2 : Science et Société

Conférence Présentation pour le renforcement des compétences

Jour 3 – 9 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Les plats à emporter et les notes seront bientôt disponibles

Renforcement des compétences et impact en sciences sociales et humaines

Organisé par: Research Impact Canada, le Conference Board et The Collaboration, CRSH

Orateurs: Dre Sandra Lapointe, professeure agrégée, philosophie, Université McMaster; Dr David Phipps, directeur exécutif, Services de recherche et d'innovation, Université York et directeur de réseau, Research Impact Canada

Plats à emporter et recommandations

  • La mobilisation des connaissances (GC) concerne les relations, les interactions et l'engagement.
  • Des courtiers de connaissances qualifiés aident à atteindre un KM efficace et utile.
  • Les courtiers du savoir, qui pourraient inclure les chercheurs, ont besoin d'excellentes compétences en communication et en relations de partenariat, y compris la capacité d'écouter et de reconnaître l'expertise des autres.
  • Accroître la capacité des institutions à aider leurs chercheurs à faire du KM.

De nouvelles façons de penser à la GC et à l'impact scientifique

  • KM ne consiste pas à combler un fossé ; il s'agit plutôt de boucler une boucle réunissant les gens dans un espace de collaboration partagé.
  • Les impacts académiques ne se limitent pas aux repères traditionnels comme les publications et les citations.
  • Il peut être difficile pour les universitaires en sciences sociales et humaines (SSH), en particulier ceux des sciences humaines, de traduire leurs connaissances dans les modèles d'impact actuels de l'innovation et de la croissance économique (par exemple, un universitaire spécialisé dans les romanciers du XVIe siècle). Une réflexion plus approfondie est nécessaire sur la manière dont ces universitaires peuvent mobiliser leurs connaissances plus larges en SSH par opposition à leur expertise spécifique.
  • Les établissements doivent créer davantage d'opportunités pour que les universitaires en sciences humaines puissent s'engager de manière significative dans la construction d'une société meilleure.
  • Les institutions développent la capacité de KM pour soutenir l'impact des bourses d'études et de la recherche engagées, comme en témoignent les membres de Impact de la recherche Canada.

Comment maximiser les impacts académiques

  • Rendez le processus de recherche ouvert et accessible, et faites appel à un large éventail de collaborateurs, y compris des jeunes et des aînés.
  • Les communautés devraient être autorisées à détenir des subventions de recherche et/ou à octroyer des fonds dans le cadre des subventions existantes.
  • Les bureaux de recherche recherchent des opportunités pour connecter les talents internes et externes à l'industrie et à d'autres parties prenantes.
  • La sensibilisation est importante. Connaissez votre public et comprenez son langage et le cadre dans lequel il utilisera les connaissances.
  • Afin de maximiser le potentiel d'assimilation des connaissances, les chercheurs devraient travailler avec les utilisateurs des connaissances pour faciliter l'adoption de nouvelles connaissances. (par exemple, en plus de rédiger une note d'orientation, co-animer une session expliquant la note aux décideurs).
  • Certains des travaux les plus percutants n'affecteront que les collaborateurs et n'auront aucune visibilité publique.
  • Les retombées de la recherche peuvent commencer bien avant la fin officielle d'un projet.
  • Les universitaires doivent sortir de leur zone de confort et avoir des conversations avec des personnes autres que leurs pairs (par exemple, donner des conférences dans des bibliothèques ou des centres communautaires). Les institutions peuvent jouer un rôle dans le soutien d'un plus grand nombre de ces opportunités d'engagement du public.
  • Les établissements ont besoin de systèmes d'incitation et de promotion qui reconnaissent et récompensent les professeurs et les étudiants pour toutes les formes d'impact, y compris les multiples formes d'engagement. (par exemple, la bourse de thèse de l'Université de la Colombie-Britannique comprend des activités d'engagement).
  • Les subventions du CRSH pourraient articuler plus clairement ce que signifient impact et GC, et créer davantage de modèles pour les soutenir.
  • Accroître la sensibilisation du public à l'importance de la recherche en SHS.

Les compétences futures sont des compétences SSH

  • Les employeurs veulent des employés capables de résoudre des problèmes, de faire des recherches et d'être créatifs.
  • Les compétences en SSH augmentent la probabilité que la technologie ou les connaissances soient acceptées et adoptées.
  • Les étudiants doivent être formés pour des emplois dans l'industrie et la société, pas seulement dans le milieu universitaire, en leur fournissant des compétences transférables et leur permettant d'apprendre sur le tas.

Le Collaboratif crée de vrais liens

  • La plate-forme numérique collaborative agit comme une passerelle vers une communauté de pratique réelle où les éducateurs de la maternelle à la 12e année peuvent trouver un soutien et des opportunités de collaboration avec des universitaires de leurs communautés.
  • Il offre des possibilités de GC créatif tout en améliorant les expériences d'apprentissage des élèves et en créant des synergies entre la maternelle à la 12e année et le postsecondaire ainsi qu'entre les secteurs.
  • Une communauté de pratique réussie est une communauté dans laquelle les éducateurs de la maternelle à la 12e année et les universitaires du postsecondaire sont considérés comme des pairs qui tirent parti des intérêts et des forces de chacun.
  • Les liens au sein d'une communauté de pratique sont établis par des animateurs formés (c.-à-d. pas un programme de jumelage informatique).
  • Le programme de formation des animateurs est conçu pour garantir que les étudiants diplômés acquièrent des compétences plus largement commercialisables et polyvalentes pour l'employabilité.

Flipboard discussion sur le flipboard

Conférence Présentation pour les futurs numériques

Jour 3 – 9 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Avenirs numériques : l'impact des menaces numériques sur la démocratie

Organisé par: Conseil de recherche en sciences humaines, Eloisa Martinez

Orateurs: Dre Elizabeth F. Judge, professeure de droit à la Faculté de droit, Université d'Ottawa; Barrie Kirk, directeur général, Centre d'excellence canadien pour les véhicules automatisés (CAVCOE); président, Institut canadien des véhicules automatisés (CAVI); Norman Mendoza, directeur de l'innovation commerciale et technologique, Ville d'Edmonton; Renee Sieber, professeure agrégée, École d'environnement et Département de géographie, Université McGill

Modérateur: Ursula Gobel, vice-présidente associée, Défis futurs, Conseil de recherches en sciences humaines

Plats à emporter et recommandations

Les opportunités et les risques de la gouvernance algorithmique

  • Le monde évolue de plus en plus vers une gouvernance algorithmique, qui implique une prise de décision automatisée basée sur une collecte massive de données. Ces processus automatisés pourraient être utilisés pour prendre des décisions concernant un large éventail d'activités humaines, y compris le crédit, l'assurance, l'adoption, l'emploi, la sélection du jury et la détermination de la peine, et les décisions de libération conditionnelle.
  • Les avantages potentiels de la gouvernance algorithmique seraient un système plus individualisé, comme la médecine personnalisée, qui pourrait atténuer les risques de décisions humaines arbitraires et subjectives. Cependant, les inconvénients potentiels de la gouvernance algorithmique seraient une situation de type kafkaïen, où la prise de décision sans visage supprimerait le meilleur de la prise de décision humaine (par exemple, la clémence, la flexibilité, la discrétion) et pourrait être basée sur des données inexactes ou des prémisses erronées.
  • La gouvernance algorithmique est une menace potentielle pour la démocratie (c'est-à-dire qu'elle peut reproduire le pire de la prise de décision humaine, refléter des préjugés, violer la vie privée, limiter la liberté et nous priver de notre capacité à influencer le gouvernement).
  • La création de transparence autour de ces algorithmes et de la manière dont ils prennent des décisions est entravée par la protection des secrets commerciaux pour les algorithmes en vertu des lois sur la propriété intellectuelle qui conduisent à une asymétrie informationnelle. "Les algorithmes en savent plus sur les gens que les gens ne connaissent les algorithmes."

Les opportunités et les risques des véhicules autonomes (VA)

  • Les AV disposeront de plates-formes de capteurs itinérants sophistiqués capables de surveiller les personnes dans le véhicule et dans la rue - des données pouvant être téléchargées en temps réel, analysées et finalement monétisées.
  • Cette surveillance à grande échelle de la population peut affecter la liberté d'expression (c'est-à-dire que la police utilise des véhicules audiovisuels itinérants non passagers avec des capacités de reconnaissance faciale).
  • Les véhicules audiovisuels et les taxis sans conducteur amélioreront la mobilité des personnes âgées et handicapées, leur permettant de mieux s'engager dans la société et les activités civiques comme voter.
  • La plus grande menace est le gouvernement fédéral. Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les gouvernements ne peuvent pas gérer les technologies perturbatrices :
    • Rythme du changement technologique
    • Portée du changement technologique
    • Culture du risque vs aversion au risque
    • Peu de frontières
    • Basé sur la plateforme / coûts marginaux quasi nuls
    • Essais et erreurs vs impact de l'incertitude sur la politique gouvernementale
    • Perturbation par des plateformes interactives de médias sociaux à grande échelle
  • Le Canada pourrait bénéficier de l'utilisation d'organisations non gouvernementales quasi autonomes (QUANGO) pour gérer les technologies perturbatrices. Les QUANGO au Royaume-Uni sont financés et supervisés par le gouvernement, mais une grande partie de la prise de décision est prise par l'industrie.
  • Plusieurs ministères fédéraux sont impliqués dans les politiques liées aux VA, mais il y a trop de dédoublements et pas assez d'harmonisation.

Le rôle des gouvernements dans les données ouvertes

  • Le Partenariat canadien de recherche géospatiale et de données ouvertes (Géopenser) examine les implications de l'augmentation des échanges bidirectionnels d'informations de localisation entre les citoyens et les gouvernements et la manière dont la technologie façonne et est façonnée par cet échange.
  • L'un des plus grands problèmes pour les décideurs politiques est de savoir comment garder les données ouvertes et accessibles à l'avenir.
  • Le Canada fait de bons progrès en matière de données ouvertes. Il copréside le Open Government Partnership qui vise à créer et pérenniser des données ouvertes.
  • Les données ouvertes sont censées rendre le gouvernement plus transparent et responsable, mais cela ne se produit pas toujours. Ça dépend de:
    • Disponibilité: Il ne suffit pas de publier des données. Vous devez apporter de la valeur. Des « info-médiaires » (peut-être des QUANGO) pourraient créer de la valeur, grâce à la littératie numérique du public. Vous ne pouvez pas non plus connecter les données ouvertes à la démocratie sans un régime juridique qui tient les gouvernements responsables de ce qui se trouve dans les données. La transparence n'est pas automatiquement synonyme de responsabilité.
    • Développement économique: Les données ouvertes sont de plus en plus opérationnalisées pour le développement économique. La justice et l'équité doivent être primordiales pour garantir que tous les citoyens en bénéficient.
    • Substitution: De plus en plus, le gouvernement accepte les données du public (c.-à-d. crowdsourcing) et substitue même des données publiques aux données qu'il avait l'habitude de collecter. Mais ces données sont accompagnées de leurs propres biais et hypothèses.
  • Plutôt que de regarder l'impact de la numérisation sur la démocratie, regardez l'impact de la démocratie sur la numérisation.
  • De nombreuses juridictions sont guidées par le principe « ouvert par défaut » qui met l'accent sur la quantité plutôt que sur la qualité : « il suffit de diffuser les données ». De nombreuses discussions reviennent sur l'idée de « publier avec un objectif » - publier les données ouvertes qui peuvent avoir l'impact le plus significatif.
  • Les données ouvertes sont devenues un outil pour regagner la confiance dans de nombreuses juridictions qui ont souffert de la corruption gouvernementale dans le monde. Pour des pays comme le Canada, les données ouvertes peuvent démontrer que la confiance dans le gouvernement est bien placée.
  • Les données ouvertes ne garantissent pas la responsabilité du gouvernement, mais elles peuvent fournir les preuves qui rendent le besoin de responsabilité plus difficile à ignorer.
  • Les municipalités tirent parti des données ouvertes pour fournir de nouveaux services ou améliorer les services. Par exemple:
    • La ville d'Edmonton a abandonné son application de transport en commun parce que les entreprises ont pu fournir aux usagers un bien meilleur service en utilisant des données de transport en commun en temps réel.
    • Un autre ensemble de données populaire d'Edmonton est une liste d'arbres entretenus par la ville qui portent des fruits comestibles. Les citoyens sont autorisés à cueillir les fruits à la fin de la saison, ce qui permet à la ville d'économiser du temps et de l'argent pour nettoyer les fruits pourris.
  • Les données ouvertes ne remplacent pas l'engagement total des citoyens, mais elles peuvent aider les gouvernements à améliorer les services publics.

Lecture connexe:

Présentation de la conférence pour le soutien des écosystèmes

Jour 3 – 9 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Qui parle pour la science ? De grands écosystèmes de recherche soutiennent la sensibilisation du public

Organisé par: RCIScience et Science Partout

Orateurs: Carrie Boyce, gestionnaire de programme, RCIScience; Dre Marianne Mader, directrice générale, Association canadienne des centres de sciences; Cara Marshall, directrice des communications, conseillère scientifique en chef du Canada; Anthony Morgan, diffuseur et PDG de Science Everywhere

Modérateur: Reinhart Reithmeier, professeur, biochimie, Université de Toronto

Plats à emporter et recommandations

Rendre la sensibilisation communautaire amusante

  • Connecter plus d'adultes à la science grâce à des programmes de sensibilisation communautaire, aux arts et à la comédie ; faites-en une partie naturelle et amusante de la culture. Parmi les idées : une comédie d'improvisation, une soirée peinture, une mise en scène, un Freestyle Social dans un pub.
  • Demandez aux scientifiques de se connecter avec des personnes dans des environnements non scientifiques où les gens se rassemblent (par exemple, les salons d'aéroport, les salles d'attente, les festivals de musique/d'art).
  • Des programmes efficaces peuvent encourager le débat dans des environnements où les gens se sentent en sécurité en acceptant de nouvelles idées et en changeant d'avis (le «Freestyle social» méthode employée par Science Everywhere).

Tirer parti de ce que font déjà les centres scientifiques

  • Les centres de sciences font déjà participer divers publics intergénérationnels à l'apprentissage informel des sciences (c'est-à-dire en dehors de l'école et de l'éducation formelle).
  • Les centres de sciences créent davantage de programmes axés sur les adultes, en particulier des opportunités interactives, qui peuvent soutenir la relation des adultes avec la science dans leur vie quotidienne
  • Les centres scientifiques évoluent pour devenir des centres communautaires et un lieu pour faciliter la discussion de sujets difficiles (par exemple, la crise des opiacés)
  • De plus en plus, lors de la conception de programmes, d'initiatives et de financements, les centres de sciences pensent d'un point de vue conjonctif et comment ils peuvent se soutenir mutuellement et s'associer à d'autres organisations.

Le rôle des scientifiques dans le partage de leurs recherches

  • Les scientifiques ont la responsabilité de partager avec le public les travaux de recherche financés par des fonds publics. Ils peuvent avoir besoin de soutien pour le faire.
  • Les scientifiques doivent fixer leurs objectifs et décider ce qu'ils essaient de mesurer ou de faire avant de procéder à l'engagement du public.
  • Cherchez des occasions d'utiliser la narration pour parler de votre science. Par exemple, le «Collisionneur d'histoire» Le podcast présente des scientifiques racontant des histoires personnelles sur eux-mêmes qui sont liées à la science.
  • Il n'y a pas de "grand public". Il existe plutôt des publics multiples et dynamiques à travers le pays. Les scientifiques doivent cibler leurs messages d'une manière qui résonne avec le public particulier auquel ils s'adressent.
  • Appliquez une optique d'équité, de diversité et d'inclusivité pour identifier qui est exclu de la conversation et qui bénéficierait d'un plus grand engagement dans les STIM.
  • Les scientifiques ne devraient pas se sentir obligés de contrôler le récit. Cherchez plutôt des occasions de co-créer le récit par le dialogue.
  • Les scientifiques devraient essayer d'être francs avec l'idée que la science est un processus, et non un point final, dans la communication de leurs recherches. En particulier, l'échec fait partie de la recherche et les scientifiques ne devraient pas avoir peur d'en parler car les gens comprennent l'échec au niveau humain.
  • Les programmes de mentorat peuvent responsabiliser et donner aux jeunes scientifiques les compétences nécessaires pour parler publiquement de leurs recherches.

Soutenir les activités de sensibilisation

  • Les organismes de financement ont tendance à financer la recherche, pas la sensibilisation. Si les chercheurs peuvent fournir des données concrètes sur les activités d'engagement communautaire, ils pourraient mieux démontrer l'impact de la sensibilisation et la nécessité de la financer.
  • Il existe une multitude de financements et de ressources disponibles pour impliquer les gens dans la science, mais la plupart sont destinés aux jeunes. Les possibilités de financer l'engagement des adultes de manière amusante sont limitées, voire pratiquement inexistantes.
  • Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour mesurer, et donc démontrer, la valeur et la connectivité de l'apprentissage informel en dehors du milieu universitaire.

L'impact de la sensibilisation en face à face

  • Malgré la croissance de différentes plateformes de communication scientifique, l'engagement en face à face reste un moyen exceptionnellement percutant de connecter les gens avec des histoires humaines. C'est un excellent moyen d'instaurer la confiance, qui est l'un des plus grands défis auxquels les scientifiques sont confrontés avec le public.
  • La sensibilisation en face à face prend beaucoup de temps, de ressources et d'énergie et doit être soigneusement réfléchie à l'avance.
  • Les conférences et la diffusion à sens unique ne permettent pas une conversation bidirectionnelle, ce qui permettrait au public d'explorer les nuances de sujets particuliers et de se sentir plus à l'aise avec les questions STEM.
haut-parleur actif
Présentation de la conférence sur les technologies perturbatrices

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Atténuation des perturbations : intégrer la recherche sociale, éthique et politique dans le développement de technologies génomiques perturbatrices

Organisé par: Génome Canada, Rob Annan

Orateurs : Sally Aitken, professeure et doyenne associée, Recherche et innovation, Faculté de foresterie, Université de la Colombie-Britannique et directrice du Centre for Forest Conservation Genetics; Shannon Hagerman, professeure adjointe, Université de la Colombie-Britannique; Bartha Knoppers, professeure, Université McGill, Chaire de recherche du Canada en droit et médecine et directrice du Centre de génomique et politiques; Jacques Simard, Chaire de recherche du Canada en oncogénétique et professeur titulaire, Département de médecine moléculaire, Université Laval

Modérateur: Eric Meslin, président-directeur général, Conseil des académies canadiennes

Plats à emporter et recommandations

  • Alors que le concept d'une technologie perturbatrice est apparemment simple, faire le point sur les caractéristiques et les implications spécifiques d'une telle technologie peut être extrêmement difficile.
  • Communiquer ces caractéristiques et implications peut être tout aussi difficile pour les personnes engagées dans ce travail, qui peuvent avoir peu ou pas de formation sur la façon d'atteindre un public en dehors de leur domaine d'expertise.
  • Les techniques utilisées pour évaluer la compréhension du public des technologies perturbatrices ne sont pas moins importantes que les technologies elles-mêmes.

Exemple 1 : Génomique et dépistage du cancer du sein

  • La recherche collaborative internationale multidisciplinaire sur les traits génomiques liés à la susceptibilité au cancer du sein a commencé au début des années 2000 et continue d'évoluer.
  • Le dépistage des patients de cette manière est entièrement différent de l'étude de la maladie en tant que sujet indépendant. Le but de cette enquête n'était pas la compréhension de la maladie elle-même, mais de faciliter son traitement.
  • La recherche s'articule autour de l'analyse de vastes collections d'informations sur les patients, ce qui signifie qu'une grande partie du travail porte sur les politiques de partage des données, les accords d'accès et l'harmonisation des fichiers de base de données.
  • Une initiative phare dans le domaine est la Alliance mondiale pour la génomique et la santé (GA4GH), une entreprise internationale qui rassemble plus de 500 organisations dans 71 pays pour développer des stratégies d'utilisation des données génomiques dans la recherche en santé humaine.
  • Les modèles de profilage et de prédiction des risques associés à la GA4GH sont perturbateurs dans la mesure où ils conduisent à reconsidérer la façon dont les outils cliniques sont classés et définis. Plus précisément, il n'est pas clair qui est responsable de l'utilisation de ces outils et où doit être placée la responsabilité de l'impact sur les patients.
  • Alors que les frontières internationales disparaissent en ce qui concerne la propriété et le partage des informations génétiques, la nature de l'octroi du consentement pour ces informations devient moins claire. Le système de soins de santé devrait assumer une certaine responsabilité pour aider les patients à évaluer ce défi, mais les patients eux-mêmes doivent devenir plus proactifs quant à la disposition de ces données.
  • Un nombre croissant de personnes fournissent des informations génétiques aux bases de données sans nécessairement avoir un intérêt direct dans le résultat, tel que le risque de contracter une maladie particulière.
  • Les institutions de recherche avaient l'habitude d'exercer la propriété sur les échantillons génétiques que vous manipuliez, mais la position juridique a depuis évolué vers la détention de ce matériel en fiducie.

Exemple 2 : Génomique et foresterie

  • L'analyse génomique est apparue comme un moyen efficace de déterminer l'avenir des forêts, en particulier les effets du changement climatique.
  • La foresterie est une activité multidisciplinaire qui intègre la chimie, la biologie, la géologie et la météorologie. Les études génomiques des espèces d'arbres comptent parmi les innovations les plus récentes dans ce domaine.
  • Comme le changement climatique affecte la capacité des arbres à survivre dans leur environnement local, la recherche génomique recherche les facteurs qui permettraient à ces organismes de s'adapter et de prospérer.
  • Les stratégies les plus simples pour sauver les espèces consistent à les déplacer vers de nouveaux environnements mieux adaptés à leurs caractéristiques génétiques, notamment leur tolérance à des températures particulières et leur résistance aux ravageurs et aux maladies.
  • Dans une juridiction comme la Colombie-Britannique, la grande majorité des forêts se trouvent sur des terres publiques, ce qui fait de l'introduction de nouvelles espèces une question de sensibilisation et d'éducation du public.
  • Compte tenu de la longue durée de vie des populations d'arbres, il peut y avoir des implications sociales et éthiques importantes à la planification des forêts futures sur la base des connaissances génomiques.
  • Étant donné que ces nouvelles espèces peuvent affecter les paysages où les gens vivent et travaillent, ainsi que le bien-être économique de l'industrie forestière, les chercheurs établissent de nouvelles collaborations aux niveaux local, régional et national pour arriver à une stratégie satisfaisante pour aller de l'avant.
  • Les individus et les organisations qui seront affectés par cette technologie perturbatrice ne sont pas simplement des destinataires passifs d'informations scientifiques ; ils sont enrôlés comme participants à une application à long terme de cette technologie.
Présentation de la conférence Innovation inclusive

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

La logique de l'innovation inclusive : des intrants aux résultats

Organisé par: Université OCAD, Robert Luke

Conférenciers : Dominique Bérubé, vice-présidente, Programmes de recherche, Conseil de recherches en sciences humaines; Ken Doyle, directeur exécutif, TechAccess Canada; Malavika Kumaran, gestionnaire de recherche, MaRS Data Catalyst ; Dori Tunstall, doyenne du design, Université OCAD

Modérateur: Robert Luke, vice-président, Recherche et innovation, et professeur agrégé à la Faculté des arts libéraux et des sciences et à l'École d'études interdisciplinaires, Université OCAD

Plats à emporter et recommandations

  • L'innovation inclusive nécessite des intrants et des activités inclusifs et diversifiés, y compris un solide pipeline de R&D et de S&T, un financement et une capacité à rapprocher les cultures dans différents secteurs. Il a également besoin de personnes d'horizons et de disciplines divers qui mènent diverses activités en utilisant diverses approches et méthodes.
  • L'innovation inclusive signifie se concentrer sur l'ensemble des résultats de l'innovation, et pas seulement sur des paramètres facilement mesurables comme les brevets et les publications.

La diversité influence l'innovation

  • Les communautés noires, les communautés autochtones et les personnes de couleur (BIPOC) proviennent de contextes sociaux et politiques distincts, ont des relations différentes avec la terre et ont des histoires variées au Canada, y compris leurs expériences d'assimilation.
  • Les communautés ne sont pas homogènes. Ils comprennent des personnes et des groupes ayant des expériences, des cultures et des visions du monde différentes. La compréhension de ces différences aidera à définir les défis et les solutions potentielles de chaque groupe.
  • Élargir la définition de la diversité au-delà du BIPOC (par exemple, les défis spécifiques auxquels sont confrontées les femmes autochtones, par opposition aux peuples autochtones ou aux femmes en général).
  • Tenez compte d'autres facteurs divers tels que la langue, la géographie et l'âge.
  • La langue compte. Des termes comme innovation « nouvelle » ou « perturbatrice » peuvent avoir une connotation négative pour certaines personnes du BIPOC (« colonialisme 2.0 » ?)
  • L'innovation peut être motivée par la continuité culturelle ou par un désir de continuité culturelle.
  • Des modes de connaissance plus traditionnels peuvent stimuler l'innovation.
  • La diversité était initialement considérée comme un complément à l'excellence. Les preuves montrent désormais que la diversité est essentielle pour atteindre l'excellence scientifique.
  • La recherche nécessite un engagement significatif avec diverses parties prenantes dès le début.

Un sentiment d'appartenance est essentiel

  • Les femmes, LGBTQI+ et BIPOC ressentent souvent un niveau d'inclusion et d'appartenance beaucoup plus faible sur leur lieu de travail, ce qui peut les amener à démissionner.
  • Les salariés doivent réfléchir à leurs pratiques, se renseigner et agir sur le sentiment d'appartenance des salariés.
  • Les institutions qui soutiennent les entrepreneurs devraient s'efforcer de constituer divers réseaux de talents, de mentors et d'expertise.
  • Un individu au sein d'une organisation n'est pas en mesure de parler au nom de tout un groupe marginalisé. Cela peut également conduire à l'épuisement professionnel et contribuer à leur sens de l'altérité s'ils sont continuellement sollicités en tant que soi-disant perspective diversifiée.
  • Plutôt que d'embaucher une personne autochtone, par exemple, embauchez-en plusieurs pour vous assurer que des points de vue plus diversifiés sont entendus.
  • En plus de l'emploi, les organisations devraient rechercher d'autres opportunités pour entrer en contact avec diverses communautés.

La diversité ne se limite pas à fixer des objectifs

  • La diversité doit être intégrée dans une organisation à partir de la base ; il doit être intégré à sa mission, ses efforts de recrutement, sa culture, etc.
  • La promotion de la diversité vient de la compréhension des défis des personnes et des femmes BIPOC, de l'engagement et des collaborations communautaires respectueux, de la valorisation des espaces et des idées divers, de la transparence des opérations, de l'établissement de relations et d'activités qui facilitent la compréhension et le respect de la multiplicité de l'identité d'une personne.
  • Les centres d'accès à la technologie (TAC), par exemple, n'ont pas utilisé d'objectifs pour constituer une équipe diversifiée et un groupe d'utilisateurs diversifié. Au lieu de cela, les centres ont été organisés de manière à permettre à la diversité de se produire naturellement. Les bonnes pratiques incluent :
    • Ils sont « partenaires indépendants » et serviront tout innovateur ou entrepreneur qui le demande.
    • Ils collaborent avec tous les acteurs de l'écosystème de l'innovation, y compris l'industrie, les laboratoires gouvernementaux, les laboratoires privés, les universités, etc.
    • Ils travaillent sur toutes les questions d'importance économique.
    • Ils ont embauché leur équipe en fonction du mérite et de la diversité des compétences, car chacun doit jouer de nombreux rôles au sein de l'organisation.
    • Ils reconnaissent qu'une variété de perspectives est nécessaire pour résoudre les défis d'innovation des clients.
    • Les équipes de l'ATC s'engagent dans des recherches appliquées axées sur la demande.

Accroître l'accès au capital

  • Les femmes sont systématiquement non financées et/ou sous-financées et insuffisamment soutenues pour accéder au capital.
  • Le gouvernement fédéral relève ce défi avec un financement ciblé (par exemple, 1.4 milliard de dollars sur trois ans en financement pour les femmes entrepreneures par l'intermédiaire de la Banque de développement du Canada).
  • Les nouveaux financements ne seront efficaces que si les biais sont éliminés des processus de financement et des politiques d'innovation.

Des changements se produisent au sommet

  • Plusieurs initiatives d'équité, de diversité et d'inclusion (IDE) liées à la science ont été incluses dans le budget fédéral de 2018
  • Deux catalyseurs ont entraîné des changements à l'EDI dans les conseils subventionnaires au cours de la dernière décennie :
    • Des objectifs de diversité pour le programme des Chaires de recherche du Canada ont été mis en place à la suite d'une décision rendue en 2006 par le Tribunal canadien des droits de la personne. Mais la plupart des universités n'ont pas atteint ces objectifs, qui étaient des lignes directrices plutôt que des exigences.
    • En 2016, le gouvernement fédéral a mis en œuvre un plan d'action EDI, a transformé les lignes directrices en exigences et a remplacé les objectifs « d'aspiration » par des objectifs avec des délais stricts et des conséquences financières si les objectifs ne sont pas atteints.
  • Des changements positifs se produisent, mais il reste encore du travail à faire. Le gouvernement doit faire preuve de transparence dans ses processus à mesure qu'il avance sur cette question.
Conférence Présentation Sciences Participatives

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Organismes subventionnaires et sciences participatives au Canada

Organisé par: Fonds de recherche du Québec, Fanny Magini

Orateurs: Dr Marc Fortin, vice-président, Recherche et partenariats, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG); Ted Hewitt, président, Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH); Serge Marchand,Directeur scientifique, Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS); Louise Poissant, Directrice scientifique, Le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC); Dr Michael J. Strong, président, Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)

Modérateur: Véronique Morin, journaliste scientifique

Comment les conseils subventionnaires s'adaptent à la science participative

La science participative est devenue plus qu'un mot à la mode dans la recherche moderne. Dans un nombre croissant de domaines, cela devient la norme. Parallèlement, les conseils subventionnaires de la recherche du Canada et du Québec s'intéressent de plus en plus au renforcement du lien entre la science et la société.

Mais comment les conseils subventionnaires peuvent-ils soutenir la participation des citoyens non scientifiques à la recherche ?

Au CRSNG, il n'y a pas de programmes spécifiques qui ciblent la science participative ou citoyenne. Plutôt, Marc Fortin a suggéré que la valeur réelle provient de la convergence de la science académique traditionnelle et des connaissances citoyennes et communautaires.

« La science participative reconnaît que les connaissances scientifiques sont des connaissances largement diffusées… », a déclaré Marc Fortin, vice-président, Recherche et partenariats, CRSNG. "Il est utile de connecter les connaissances distribuées qui existent avec les citoyens et dans les communautés avec la science occidentale plus traditionnelle qui réside dans les universités ou d'autres organisations."

« Si nous pensons aux communautés autochtones », a-t-il ajouté, « elles ont une connaissance de leur territoire, de leurs ressources qui résident dans leurs communautés, de leur histoire. C'est une connaissance basée sur le lieu.

Le CRSNG explore avec une communauté autochtone du Nord comment ses connaissances peuvent contribuer à comprendre les effets du changement climatique et d'autres activités humaines sur ses ressources naturelles.

« Ils veulent documenter et analyser les changements, puis influencer la prise de décision avec ces connaissances », a déclaré Fortin.

Pour que de telles recherches soient soutenues, M. Fortin a déclaré qu'il incombe aux bailleurs de fonds de la recherche de réfléchir à la manière dont ils évaluent les demandes de subventions, non seulement des citoyens individuels, mais aussi des communautés, des organisations locales et d'autres « détenteurs du savoir ».

Certains efforts pour intégrer la science participative sont déjà en cours. Le CRSNG tient une consultation pour la refonte de son Programme de partenariats de recherche. Fortin a encouragé les délégués à visiter le site Web du CRSNG au cours des prochaines semaines pour examiner les changements proposés et fournir des commentaires sur les façons d'accommoder un plus large éventail de partenaires.

Élargir la définition de « partenaire de recherche »

Le président du CRSH, Ted Hewitt, a déclaré que l'engagement communautaire était une priorité de son conseil subventionnaire depuis sa création il y a 40 ans.

"L'engagement avec les communautés et les parties prenantes est une activité essentielle pour toutes les agences de financement car cela nous place à l'avant-garde de l'innovation et parce qu'il permet véritablement l'excellence dans la recherche et le talent au-delà des limites du milieu universitaire", a-t-il déclaré, ajoutant, "cela place également la recherche au service des citoyens ».

Le CRSH permet que les subventions soient détenues directement par des groupes communautaires et des organisations qui « maintiennent un objectif de recherche actif et ont la capacité de faire ce travail ». Il s'efforce également d'obtenir une diversité de points de vue sur les comités d'examen par les pairs, y compris les membres publics, privés et à but non lucratif.

Le conseil a plusieurs programmes qui accueillent des partenaires extérieurs au milieu universitaire, notamment :

De plus, le CRSH dirige un projet de 3.8 millions de dollars à l'AMS par le Comité de coordination de la recherche au Canada pour engager les organisations autochtones dans l'élaboration d'un plan de recherche stratégique qui identifie de nouvelles façons de faire de la recherche avec les communautés autochtones, y compris des stratégies pour accroître leur capacité et leur aptitude à s'associer à la communauté de recherche élargie.

« Une partie de cela impliquera d'explorer des moyens de faciliter la tâche des organisations autochtones à but non lucratif ayant un mandat de recherche pour demander et maintenir leur admissibilité à gérer le financement des subventions », a déclaré Hewitt.

Comment les patients dirigent la recherche

Dans le domaine de la recherche en santé, un nombre croissant de découvertes sont menées par les patients. Le nouveau président des IRSC a déclaré que dans son domaine de recherche sur la sclérose latérale amyotrophique (SLA), ce sont les patients qui ont alerté les scientifiques du lien entre la démence et la maladie neurodégénérative mortelle, déclenchant une correction du cours de la recherche.

« C'est l'implication des patients qui a fait avancer ce domaine. Nous avons maintenant des critères internationaux et des thérapies qui sont à l'étude pour cela », a déclaré le Dr Michael Strong.

L'histoire des IRSC en matière de participation des patients à la recherche et aux comités d'examen par les pairs remonte à 18 ans. Aujourd'hui, « cet engagement, cette capacité de travailler avec les populations de patients pour apporter des changements significatifs aux soins de santé, c'est ce qu'il y a de plus important (IRSC). C'est dans la fibre de ce que nous faisons.

Les patients, a-t-il ajouté, ont même un rôle dans la science plus fondamentale où les besoins des patients peuvent aider à définir les questions et les problèmes.

Strong a noté qu'il y aura d'autres possibilités de participation des patients dans le cadre de la refonte du nouveau plan stratégique décennal des IRSC. « Nous sommes déjà en train de changer nos mécanismes de financement… Nous allons maintenant faire en sorte que l'organisation communautaire devienne éligible pour faire (de la recherche), puis détenir et être responsable de ces subventions.

La « recherche axée sur le patient » change la façon dont la science se fait au Canada. Réseaux de recherche stratégique axée sur le patient (SRAP) reconnaître les patients comme des experts en la matière qui sont engagés en tant que partenaires à part entière dans des équipes comprenant des scientifiques, des décideurs, des bailleurs de fonds et des professionnels de la santé.

L'un des succès a été le partenariat du SPOR Diabetes Action Canada Network avec le Programme de mentorat pour les jeunes autochtones, un programme co-conçu par les aînés de la communauté. Dans le cadre de ce programme, les adolescents autochtones offrent aux enfants de la 7e à la 12e année un programme de santé parascolaire visant à réduire les facteurs de risque du diabète de type 2. L'initiative a entraîné une réduction de 12 % du diabète chez les enfants de ces communautés.

Embarquer des scientifiques universitaires

Le Dr Serge Marchand, directeur scientifique du FRQS, a reconnu que la recherche participative oblige les scientifiques universitaires à travailler de nouvelles façons, avec de nouvelles attentes, mais le résultat est une recherche qui répond aux besoins réels des patients et se concentre sur des solutions qui peuvent rendre les patients plus vit mieux.

« Pour les scientifiques qui s'inquiètent, oh je ne peux pas réorienter mon projet parce qu'un patient nous dit quoi faire. Mais vous serez surpris… vous n'avez qu'à changer un peu votre objectif et ensuite vous allez dans un endroit où tout le monde est content, pas seulement vous et quelques-uns de vos amis scientifiques », a rassuré Marchand.

Il a encouragé les scientifiques qui ont des expériences positives avec la recherche participative à partager leurs histoires avec leurs pairs. « Dites à vos collègues la valeur du processus et pourquoi cela fonctionne. Ensuite, la communauté scientifique sera ouverte à l'idée.

Par exemple, le FRQS a lancé le AUDACES programme, qui soutient des projets à haut risque avec un potentiel d'impact élevé et comprend la participation de chercheurs non universitaires. Dans un projet,

Un projet travaille sur de nouvelles façons innovantes de produire du foie gras éthique en utilisant des biomarqueurs pour identifier les canards et les oies qui sont génétiquement plus susceptibles de développer une stéatose hépatique. L'idée de la recherche est née de Fernande Ouelletea, une éleveuse d'oies et de canards de l'ouest du Québec qui souhaitait une alternative éthique au foie gras par gavage, qui utilise le gavage pour engraisser le foie d'un oiseau. Ouelletea fait maintenant partie d'une équipe de recherche qui comprend un chef new-yorkais et des universitaires québécois.1

La directrice scientifique du FRQSC, Louise Poissant, a déclaré que les citoyens ont un rôle important à jouer dans le processus de recherche en définissant les besoins de recherche, en co-concevant le problème, en co-construisant l'approche et la méthodologie, et parfois en tant que membre de l'équipe d'évaluation.

Bien que le FRQSC (l'équivalent québécois du CRSH) n'ait pas de programmes spécifiques qui voient les citoyens diriger la recherche, ils peuvent participer à des réseaux stratégiques et à des programmes d'équipes de recherche. Le FRQSC fournit également des fonds pour permettre la participation de non-scientifiques, y compris des membres de la communauté, des enseignants et des personnes sans abri.

« Nous appuyons également les infrastructures de recherche des instituts et des centres affiliés universitaires du secteur social qui travaillent avec des citoyens, souvent des patients », a déclaré Poissant.

Pour l'avenir, Mme Poissant a déclaré que le FRQSC mettait à jour ses programmes et ses processus pour faciliter l'intégration d'experts non universitaires, notamment en modifiant les indicateurs d'évaluation, en formant les membres des comités d'évaluation et en prolongeant la durée de certaines subventions pour permettre un engagement plus significatif.

Il n'est jamais trop tôt pour engager le public

Marchand a déclaré que les scientifiques ne devraient pas hésiter à expliquer même la recherche fondamentale aux patients. Communiquez clairement aux patients pourquoi cette recherche est importante et comment les différentes étapes du processus de recherche peuvent potentiellement mener à un nouveau diagnostic ou traitement.

« Si nous n'expliquons pas au public d'une manière qu'il peut comprendre, il pensera que nous prenons l'argent de ses impôts et que nous nous amusons dans le laboratoire », a déclaré Marchand, « mais si vous expliquez le long processus, tout le monde soyez heureux, j'en suis sûr.

Le public n'a pas toujours besoin de comprendre les subtilités de la recherche, a déclaré Hewitt. Souvent, le simple fait de partager votre enthousiasme peut être contagieux. "Nous devons exciter le public et les personnes qui financent la recherche afin qu'ils comprennent pourquoi nous sommes enthousiasmés par cela et pourquoi c'est important pour nous."

Ce niveau de sensibilisation et d'engagement ne s'est pas produit avec les organismes génétiquement modifiés, a averti Fortin, qui a été l'un des premiers chercheurs à travailler dans ce qui est devenu un domaine scientifique très controversé.

"Rétrospectivement, la communauté scientifique n'a pas réussi à partager nos connaissances et nous n'avons pas réussi à les impliquer... nous avons perdu la confiance d'un segment de la population parce que nous ne les avons pas contactés et impliqués dans une partie du travail."

Pour éviter de tels résultats à l'avenir, Fortin a déclaré que les bailleurs de fonds de la recherche ont la responsabilité collective de faire évoluer le système.

« Les conseils subventionnaires peuvent être des catalyseurs. Ils peuvent créer des politiques et de nouveaux programmes », a conclu Fortin. « Mais cela nécessite une discussion collective. Nous ne pouvons pas faire cela isolément.

1 http://www.frqsc.gouv.qc.ca/fr/la-recherche/la-recherche-financee-par-le…

conférence questions/réponses salle de conférence conférencier

discussions de conférence

Présentation de la conférence sur les fausses thérapies

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Fausses nouvelles, fausses thérapies : faire monter les enchères dans la lutte contre les thérapies par cellules souches non éprouvées au Canada

Organisé par: Réseau de cellules souches, Lisa Willemse

Orateurs : Harold Atkins, médecin, Programme de greffe de sang et de moelle osseuse de l'Hôpital d'Ottawa; Jennifer Molson, assistante de recherche, Ages Cancer Assessment Clinic, Hôpital d'Ottawa; Cate Murray, directrice exécutive et chef de l'exploitation, Réseau de cellules souches ; Amy Zarzeczny, professeure agrégée, Johnson Shoyama Graduate School of Public Policy, Université de Regina

Modérateur: Torah Kachur, chroniqueuse, CBC Radio One

Plats à emporter et recommandations

  • L'utilisation clinique des cellules souches a été témoin de progrès thérapeutiques tangibles, y compris un essai basé à Ottawa qui a traité avec succès des patients atteints de sclérose en plaques, ce qui a permis d'éviter à long terme l'activité de la SP.
  • La recherche sur les cellules souches est un domaine prometteur qui, avec du temps et des efforts, devrait faire progresser notre compréhension de la biologie humaine et améliorer les options cliniques pour un large éventail de conditions.
  • La traduction clinique de la recherche sur les cellules souches est un processus extrêmement complexe qui nécessite une surveillance scientifique et éthique rigoureuse pour protéger le bien-être des participants ainsi que le potentiel à long terme du domaine.
  • Bien que la plupart des recherches sur les cellules souches restent limitées et en soient encore aux premiers stades d'application, certaines cliniques commerciales de cellules souches promettent des résultats qui offrent des progrès bien plus importants aux patients. Ces affirmations ne sont souvent pas étayées par des preuves évaluées par des pairs.
  • L'ampleur du marché international des interventions à base de cellules souches non éprouvées est difficile à mesurer, bien que des recherches récentes suggèrent qu'il se développe rapidement, y compris aux États-Unis et au Canada. Cette tendance soulève un certain nombre de préoccupations, notamment les risques potentiels pour les patients, dont certains ont été lésés par des thérapies à base de cellules souches non éprouvées.
  • Des chercheurs, y compris des membres du Stem Cell Network, s'efforcent de sensibiliser aux préoccupations associées à la disponibilité généralisée d'interventions à base de cellules souches non éprouvées et d'éclairer l'élaboration de politiques dans ce domaine.
  • Il existe une variété d'options politiques et de mécanismes disponibles pour résoudre les divers problèmes soulevés par le marché canadien des interventions à base de cellules souches non éprouvées, y compris les stratégies fondées sur l'information, la réglementation des médicaments et des dispositifs médicaux, la protection des consommateurs et la réglementation de la publicité véridique, les réglementation professionnelle et poursuites judiciaires.
  • Le marché croissant des interventions à base de cellules souches non éprouvées est une situation complexe et répondre aux nombreuses préoccupations qu'il soulève nécessitera l'implication de diverses parties prenantes, notamment des chercheurs, des cliniciens, des organismes de réglementation et des patients.

Recherche à un stade précoce et thérapies non éprouvées - les racines du tourisme des cellules souches

  • Il y a beaucoup d'enthousiasme et d'espoir légitimes autour de l'avenir de la recherche sur les cellules souches. Cependant, les représentations trop optimistes du potentiel de la recherche encore à un stade précoce par les chercheurs et les médias risquent d'encourager des attentes publiques irréalistes quant au moment où les traitements à base de cellules souches devraient être disponibles pour les patients. Ces attentes servent probablement à alimenter la demande d'interventions à base de cellules souches non éprouvées et peuvent amener certains patients à croire qu'au lieu de faciliter le développement de thérapies sûres et efficaces, la réglementation fait obstacle au progrès clinique.
  • Tout comme les médias sociaux ont contribué à susciter l'intérêt du public et à renforcer la crédibilité des interventions non éprouvées à base de cellules souches, ces mêmes technologies numériques pourraient être utilisées pour diffuser des informations précises sur les limites et les dangers de ces traitements.
  • Les membres de la communauté de la recherche, ainsi que les médias, ont un rôle important à jouer dans le renforcement de la communication scientifique et la garantie d'un compte rendu précis et mesuré des développements de la recherche et de leurs implications potentielles.
séance du comité de conférence
Présentation de conférence pour l'improvisation

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Atelier : Improvisation pour la communication scientifique

Organisé par: LitScientiste, Alan Shapiro

Orateurs : Dr Jeff Dunn, professeur, Département de radiologie, Université de Calgary; directeur du programme d'études supérieures, École de médecine Cumming; Dre Monica Granados, boursière Mitacs Politique scientifique canadienne; María Cortés Puch, responsable du programme des réseaux nationaux et régionaux pour le réseau des solutions de développement durable des Nations Unies

Modérateurs: Mitchell Beer, président de Smarter Shift ; Éditeur de The Energy Mix; Nikki Berreth, co-fondatrice, Science Slam ; Propriétaire, STEAM Communication ; Alan Shapiro, cofondateur et directeur de Science Slam Canada, spécialiste de la communication scientifique chez LitScience

Plats à emporter et recommandations

  • L'improvisation offre une multitude d'outils et de stratégies pour améliorer les présentations et promouvoir l'engagement avec des publics non scientifiques. Contrairement aux approches traditionnelles de prise de parole en public, l'improvisation aide également les chercheurs à répondre à des facteurs inattendus, tels que des questions difficiles (c'est-à-dire liées au changement climatique) et des publics imprévisibles.
  • Considérez l'improvisation comme un terrain d'entraînement pour améliorer les présentations scientifiques et réduire votre anxiété.
  • L'atelier a utilisé trois exercices de groupe (« jeux ») pour illustrer les résultats d'apprentissage (par exemple, comment mettre l'accent sur le positif et gérer les défis plus efficacement).
  • Les activités ont été conçues pour aider les scientifiques à se sentir plus à l'aise pour parler en public, accepter l'échec et écouter. Ils comprenaient :
    • Apprenez à écouter véritablement : écoutez les membres de votre public et préparez-vous à suivre un récit changeant pour vous sentir plus à l'aise avec des événements ou des environnements changeants. Adaptez et ajustez les messages à la personne ou au public auquel vous vous adressez, et soyez positif et solidaire dans vos communications.
    • Apprenez à soutenir vos collègues dans une conversation : comprenez ce que votre partenaire dit et ajoutez à l'histoire plutôt que d'avoir un message préparé. Un message préparé dans ce jeu a abouti à un récit brisé.
    • Embrassez l'échec et apprenez à récupérer : lorsque les joueurs ont été éliminés ; ils ont quitté le jeu et ont été invités à revenir, les aidant à comprendre qu'il est important de revenir dans le jeu. Le jeu a également aidé les participants à comprendre qu'échouer peut provoquer des rires, que les conséquences sont généralement minimes et qu'il est important de continuer et de "reprendre le jeu".
    • Gagner en confiance
    • Réduire l'anxiété liée aux performances
  • L'improvisation vous apprend à réfléchir et à vous adapter à votre environnement.
  • Apprendre à être spontané et à rester dans l'instant sont des compétences importantes en communication scientifique.
  • L'improvisation permet aux scientifiques d'accéder à une large communauté d'horizons divers, mais il reste nécessaire d'atteindre les groupes marginalisés.
  • La communication n'est pas une réflexion après coup; elle doit être intégrée dans le projet scientifique.
haut-parleur levant la main
Présentation de la conférence pour Bridging Science

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Faire le pont entre la science et les systèmes de connaissances autochtones : meilleures pratiques

Organisé par: Bureau du scientifique en chef de Ressources naturelles Canada

Orateurs: Leah Braithwaite, directrice exécutive, ArcticNet; Dre Solange Nadeau, sociologue forestière principale, Service canadien des forêts à Ressources naturelles Canada; Scot Nickels, directeur, Inuit Qaujisarvingat : le Centre du savoir inuit; Rachel Olson, présidente et l'une des directrices fondatrices, The Firelight Group

Modérateur: Dre Donna Kirkwood, scientifique en chef, Ressources naturelles Canada

Plats à emporter et recommandations

Comprendre la valeur des connaissances autochtones (IK)

  • Définition de l'UNESCO : les connaissances locales et autochtones font référence aux compréhensions, aux compétences et aux philosophies développées par des sociétés ayant une longue histoire d'interaction avec leur environnement naturel. Les connaissances locales éclairent la prise de décision sur les aspects fondamentaux de la vie quotidienne.
  • IK concerne également la pratique, les valeurs et les systèmes de croyance.
  • Les IK peuvent ajouter à la science occidentale en tant que système de connaissances. Il est plus local et comprend une expérience terrestre, ainsi que des générations de changements observés sur le paysage.
  • La connaissance de la recherche/science est une partie fondamentale des CA, et n'en est pas séparée. Les scientifiques occidentaux séparent souvent les IK de cette manière, mais pas les Inuits. Le savoir inuit est, comme tout savoir, basé à la fois sur le « traditionnel » et le moderne. Il s'agit de connaissances importantes qui reflètent le point de vue unique du peuple inuit et qui peuvent aider à améliorer la façon dont la recherche et la science sont menées.
  • « Intégrer » (c.-à-d. intégrer les connaissances CA) n'est pas un mot ou une activité que la plupart des peuples autochtones soutiennent. L'accent devrait être mis sur l'autodétermination et sur la prévention de l'appropriation des connaissances par le milieu universitaire, ce que « intégrer » implique souvent.

Le rôle des peuples autochtones dans la définition des stratégies de recherche

  • Malgré des décennies de recherche et de surveillance, les résultats en matière d'équité sociale pour les Inuits sont encore relativement médiocres (p. ex., éducation, santé, développement économique). Une solution consiste à améliorer l'autodétermination des Inuits dans la recherche et à officialiser la participation des Inuits à tous les aspects de la recherche.
  • L'augmentation de l'observation, de la surveillance et de la recherche ne génère pas nécessairement des résultats positifs pour les peuples autochtones sans leur participation.
  • La recherche sur le territoire inuit est encore dominée par des chercheurs non inuits et du Sud.
  • Les Inuits ont pris l'initiative d'élaborer le Stratégie nationale inuite sur la recherche (NISR) lancé en mars 2018. Ses cinq domaines prioritaires sont :
    • Faire progresser la gouvernance inuite en recherche
    • Améliorer la conduite éthique de la recherche
    • Harmoniser le financement avec les priorités de recherche inuites
    • Garantir aux Inuits l'accès, la propriété et le contrôle des données et de l'information
    • Renforcer la capacité de recherche dans l'Inuit Nunangat
  • La stratégie nécessitera une coordination et des partenariats avec le gouvernement et le milieu universitaire afin de mettre en œuvre ses domaines, objectifs et tâches prioritaires.

Contributions d'ArcticNet à la transformation de la façon dont la science nordique est menée

  • Le réseautage et les partenariats avec les Inuits ont été l'une des principales réalisations d'ArcticNet au cours des 14 dernières années. (près de 1,100 XNUMX Inuits engagés).
  • Depuis le début, les Inuits ont été impliqués dans la gouvernance et la gestion du réseau à tous les niveaux, y compris au sein du conseil d'administration, du comité de gestion de la recherche et dans les projets de recherche.
  • L'engagement est cependant un processus, et l'augmentation de la collaboration entre les scientifiques universitaires et l'amélioration de la capacité des communautés inuites à mener des recherches et à s'associer à la communauté de recherche élargie sont en cours.
  • ArcticNet a maintenant des projets élaborés et codirigés par des organisations inuites. Lors de l'appel de propositions de 2018, des projets ont été proposés pour la première fois par des chercheurs universitaires inuits.
  • L'amélioration du processus de mobilisation des connaissances par le biais de projets directs par des partenaires inuits mène à une utilisation plus rapide des résultats dans la prise de décisions locales et régionales (p. ex., élaboration d'une stratégie de sécurité alimentaire au Nunatsiavut).
  • La vision d'un renouvellement proposé d'ArcticNet est de s'aligner sur le NISR en continuant à renforcer la collaboration universitaire-nordique et en soutenant un nouveau programme de recherche « Nord par Nord » dirigé par les Inuits.

Conseils aux chercheurs travaillant dans les communautés autochtones

  • Travaillez sur des questions pertinentes pour la communauté ou l'organisation locale.
  • Même si vous trouvez quelque chose de pertinent pour la communauté, il se peut qu'elle n'ait pas le temps ou les ressources pour s'engager avec vous ou qu'elle ne veuille pas le faire pour d'autres raisons (par exemple, l'histoire du colonialisme). Soyez efficace et ne faites pas perdre de temps aux gens.
  • Concevoir et mettre en œuvre la recherche en collaboration avec la communauté à chaque étape.
  • Élaborer un accord de recherche indiquant clairement la nature de la collaboration. L'accord devrait également donner aux communautés autochtones le contrôle et l'accès aux données, ainsi que la propriété intellectuelle dans certains cas. Revoyez continuellement l'accord au fur et à mesure que vous avancez.
  • N'oubliez pas que certaines communautés ont déjà des protocoles ou des guides sur la façon de faire de la recherche avec des chercheurs non autochtones ; d'autres non.
  • Soyez flexible et ouvert au changement.
  • Fais tes devoirs. Apprenez tout ce que vous pouvez sur la communauté préalablement vous y arrivez, à la fois grâce à la recherche et au mentorat, le cas échéant.
  • Écouter. Il y a beaucoup d'informations contenues dans les histoires locales. C'est le nombre d'Autochtones qui transmettent leurs connaissances.
  • Donnez un crédit approprié lorsque IK est fourni.
  • Définissez des attentes claires sur ce qui se passera avec la recherche dès le début et assurez-vous que les gens comprennent que vous êtes un chercheur et non un décideur (c'est-à-dire, pas la personne qui mettra en œuvre les changements).
  • Ne vous contentez pas de prendre ce dont vous avez besoin de la communauté. Prenez le temps de réfléchir aux nombreuses façons dont vous pouvez redonner. Intégrez cela dans votre processus et envisagez des moyens d'accroître l'éducation, la formation et la capacité des Autochtones.
  • Soyez respectueux et faites confiance aux connaissances de la communauté.

Comment les établissements postsecondaires, les organismes subventionnaires et les gouvernements peuvent aider

  • Un paysage de recherche mieux coordonné éliminera l'obstacle d'avoir à présenter une demande à plusieurs ministères ou organismes gouvernementaux différents pour effectuer des recherches auprès des communautés autochtones. Le nouveau Comité tri-conseil de coordination de la recherche du Canada pourrait s'avérer utile à cet égard.
  • De nouveaux fonds sont nécessaires pour couvrir les coûts propres à la recherche dans la communauté autochtone, y compris l'établissement de relations et la mise en œuvre locale des résultats de la recherche.
  • Accorder des subventions directement aux communautés autochtones afin qu'elles s'approprient les résultats et contrôlent l'ensemble du processus.
  • La recherche rédigée dans la langue de la région peut capter plus de nuances et doit être encouragée (elle peut alors être traduite en anglais).
  • Les trois conseils devraient inviter les peuples autochtones à siéger à leur comité d'éthique de la recherche.
discussions de conférence
Présentation de la conférence sur la démence

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Le défi de la démence : faire face à la marée montante

Organisé par: Académie canadienne des sciences de la santé, Eleanor Fast

Orateurs: Carrie McAiney, PhD, professeure agrégée, École de santé publique et des systèmes de santé, Université de Waterloo; Isabelle Vedel, MD, PhD, professeure adjointe, Département de médecine familiale, Université McGill

Modérateur: Howard Bergman, MD, FCFP, FRCPC, FCAHS, président, Groupe d'experts pour l'évaluation des données probantes et des pratiques exemplaires pour l'élaboration d'une stratégie canadienne sur la démence, Académie canadienne des sciences de la santé (ACSS)

Plats à emporter et recommandations

  • 1 baby-boomer sur 8 au Canada développera probablement la démence.
  • Le système de santé doit être prêt à effectuer des tests de diagnostic pré-symptomatiques.

Rapport de l'Académie canadienne des sciences de la santé

  • Pour faire avancer les priorités fédérales dans le cadre du 2017 Loi sur la stratégie nationale relative à la maladie d'Alzheimer et aux autres démences, l'Académie canadienne des sciences de la santé (ACSS) a été invitée à fournir une évaluation fondée sur des données probantes et faisant autorité sur l'état des connaissances. Le rapport devrait être publié en janvier 2019 par le Groupe d'experts de l'ACSS pour l'évaluation des données probantes et des pratiques exemplaires en vue de l'élaboration d'une stratégie canadienne sur la démence.
  • Le rapport :
    • Mettre en évidence les défis, résumer les réponses des politiques publiques, identifier les meilleures pratiques fondées sur des données probantes et émergentes
    • S'appuyer sur la riche expérience canadienne, notamment en examinant plusieurs stratégies provinciales
    • Reconnaître qu'il s'agit d'un enjeu social, sanitaire et sociétal
    • Veiller à ce que la participation des personnes atteintes de démence et de leurs soignants se fasse de manière significative et respectueuse
    • Assurer un équilibre équitable des investissements dans la recherche
    • Créer, rechercher et utiliser des preuves et des meilleures pratiques pour mettre en œuvre la stratégie
    • Assurez-vous que la mise en œuvre est flexible

Mobiliser les personnes atteintes de démence

  • L'engagement des personnes atteintes de démence prend diverses formes : décisions en matière de soins, planification pour l'avenir, prise de décisions dans leur vie quotidienne, défense des droits des personnes atteintes de démence, conseils pour la création de programmes et de services et recherche.
  • Certains veulent être impliqués dans leur vie quotidienne et leurs plans de soins, d'autres peuvent vouloir être impliqués dans le plaidoyer, etc.
  • Dans la recherche, ils doivent être engagés en tant que partenaires et non en tant que participants.
  • L'engagement doit être authentique et significatif.
  • Souvent, nous nous tournons vers les autres – les gardiens – pour être des mandataires.
  • Nous devons comprendre les impacts de l'engagement et veiller à ce que la diversité soit prise en compte.
  • La clé est d'impliquer la personne atteinte de démence et de faire ce que nous pouvons pour améliorer son bien-être.

Un plan de mise en œuvre pour les soins aux personnes atteintes de démence

  • La capacité limitée à s'adapter, à innover et à s'améliorer est un défi pour la mise en œuvre efficace d'une stratégie sur la démence.
  • Le cycle d'un plan de mise en œuvre de la démence devrait être : élaborer un plan, mettre en œuvre un plan, évaluer les processus et l'impact, et adapter si nécessaire.
  • Une étude de cas québécoise :
    • Régime Alzheimer lancé en 2009
    • 40 GMF (2012-2016) ont été impliqués
    • Les groupes de médecine ont reçu un soutien (par exemple, les gestionnaires de projet, les lignes directrices et la formation)
    • Les processus (durabilité) et l'impact (qualité des soins, utilisation des services) ont été évalués
    • Le plan a été adapté et étendu à toute la province
  • La relation fédérale/provinciale est un défi important : les provinces sont responsables de la gestion et du déploiement du système de santé, et une Stratégie canadienne sur la démence est nationale.

Prendre soin des personnes atteintes de démence

  • Les personnes qui prodiguent des soins à domicile aux personnes atteintes de démence font partie d'une main-d'œuvre non réglementée. Nous devons améliorer la formation, les compétences et les salaires, afin qu'ils sachent comment élaborer un plan de soins efficace avec la personne.
  • Il y a une certaine innovation dans les bonnes pratiques sur la façon d'impliquer les personnes atteintes de démence : demandez aux personnes atteintes de démence ce dont elles ont besoin.
  • L'innovation doit être stimulée dans la pratique clinique et au sein du gouvernement. Les ministères ont tendance à privilégier les approches et les mesures normalisées qui peuvent être mesurées et comparées.
  • Il y aura différentes réponses à ce que sont les impacts et les avantages de toute stratégie.
  • Nous devons considérer différents niveaux d'impacts : le niveau de l'individu et ce qui est le plus bénéfique pour lui, pour sa famille, tant au niveau organisationnel qu'au niveau du système.
  • Nous devons mesurer les choses qui comptent pour divers groupes, qui varient d'un groupe à l'autre.
  • Deux groupes doivent être pris en compte dans toute politique ou intervention : les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et leurs aidants familiaux.
Panel de conférence sur la désinformation et la science

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Fait scientifique ou science-fiction ? Comment la science peut-elle être entendue à une époque de désinformation ?

Organisé par: Parc de recherche et de technologie David Johnson, Université de Waterloo

Orateurs : Rita Celli, animatrice d'Ontario Today, CBC Radio One; Erika Dyck, professeure, Département d'histoire et Chaire de recherche du Canada en histoire de la médecine, Université de la Saskatchewan; Conway Fraser, directeur général, Fraser Torosay; Heather MacDougall, professeure agrégée, Université de Waterloo

Modérateur: Mike Pereira, directeur, David Johnston Research + Technology Park, Université de Waterloo

Plats à emporter et recommandations

  • Des progrès dans la communication scientifique peuvent se produire lorsque les défenseurs partagent et interagissent véritablement avec leur public. Comparez directement ce que les partisans peuvent démontrer de manière vérifiable avec ce que les opposants offrent comme opinions ou sentiments.
  • Contrer la mésinformation et la désinformation peut être aussi simple que de recueillir plus d'informations de manière large et systématique, plutôt que de ne regarder que les récits qui renforcent ce que vous savez ou croyez déjà.
  • Dénoncer les « fake news » peut être contre-productif, conduire à un durcissement des positions et réduire la capacité à partager des idées.
  • La langue est importante, surtout s'il s'agit de la terminologie hautement technique de la science, qui peut véhiculer différentes significations dans différents contextes. Des chercheurs bien intentionnés utilisant un jargon peuvent induire involontairement en erreur un public en empêchant les gens de comprendre le vrai sens des conclusions scientifiques.

Stratégies de communication

  • Une histoire sans faits peut être une rhétorique engageante qui peut facilement attirer l'attention, tandis que des faits sans récit clair échouent souvent à trouver un public. Ce contraste explique pourquoi le déni du changement climatique continue de capter une part considérable de l'imagination du public - ses partisans racontent simplement de meilleures histoires.
  • Adopter le style de communication agressif et en roue libre associé au déni climatique pourrait être un moyen d'améliorer le profil des positions scientifiques au sein de cette controverse, bien que de nombreux chercheurs puissent être mal à l'aise avec cette approche.
  • Les problèmes de mauvaise communication de la science ont une longue histoire, remontant aux campagnes anti-vaccins montées dans les années 1850 qui ont persisté parce que la communauté médicale n'a pas fait grand-chose pour éduquer un public nerveux sur leurs bienfaits pour la santé.
  • Les efforts visant à traiter les informations incorrectes ou trompeuses peuvent avoir pour effet de renforcer l'impact de ces informations. Une meilleure réponse, bien que moins satisfaisante, pourrait être de simplement l'ignorer complètement.

L'état du journalisme

  • La prolifération électronique des canaux de communication a radicalement modifié la nature de ceux qui racontent des histoires sur la science, ce qui signifie qu'une grande partie du contenu facilement accessible provient de sources qui ne sont ni contrôlées ni responsables.
  • Les rangs des communicateurs institutionnels ont gonflé en même temps que les salles de rédaction à travers le pays ont été évidées, ce qui a créé un cadre sans précédent de «gardiens» de l'information avec des agendas dédiés aux intérêts acquis plutôt qu'aux intérêts publics.
  • La couverture journalistique équilibrée d'histoires scientifiques complexes a été sapée par une emphase éditoriale sur les tendances de l'audience, ce qui conduit de plus en plus les organes de presse à placer leurs ressources sur des comptes qui recueillent le plus d'abonnés plutôt que de rendre justice au sujet.
  • Les comptes rendus journalistiques qui adoptent les tendances comme priorité ont tendance à prendre des connotations de crise et de calamité, ce qui peut ne pas transmettre correctement les informations nécessaires et même déformer ses implications.
conférencier parlant
conférence questions-réponses
conférence

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Culture de la communication : points de vue des scientifiques et méthodes des formateurs pour mieux interagir avec le public et les décideurs

Organisé par: École de journalisme et de communication Carleton, Kathryn O'Hara

Orateurs : Dr John C. Besley, Professeur Ellis N. Brandt, Michigan State University; Sarah Everts, journaliste professeure agrégée à l'Université Carleton (à compter de janvier 2019); Jim Handman, directeur général, Centre canadien des médias scientifiques

Modérateur: Kathryn O'Hara, professeure auxiliaire de recherche, École de journalisme et de communication, Université Carleton

Plats à emporter et recommandations

Pourquoi les scientifiques doivent communiquer :

  • Parce que la science gouvernementale et universitaire est financée par l'État.
  • Il est de votre obligation morale de partager vos recherches.
  • Si les contribuables comprennent votre travail, ils peuvent le valoriser davantage et être plus disposés à le financer.
  • Si vous ne parlez pas en tant qu'expert, une personne moins qualifiée le fera.
  • Vous avez la possibilité d'éclairer le discours public et de créer des opportunités de débat éclairé.
  • Les décideurs qui apprécient et comprennent votre travail sont plus susceptibles de mettre en œuvre des politiques fondées sur des données probantes.
  • Comprendre les objectifs des « utilisateurs des connaissances » est essentiel pour garantir des résultats positifs.
  • Le public s'intéresse à votre travail.
  • Engager plus de jeunes peut en inspirer davantage à poursuivre des carrières dans les STEM.
  • Il existe une certaine association entre les citations plus élevées et les scientifiques qui s'engagent dans les médias sociaux, écrivent des blogs et font des interviews avec les médias.

Pourquoi les scientifiques ne communiquent-ils pas ?

  • Certains scientifiques ne pensent pas que ce soit nécessaire et ne savent pas comment.
  • Certains scientifiques ont besoin de formation pour apprendre à être plus accessibles, clairs, concis et conversationnels. Evitez le « dumping » d'informations.
  • Certains scientifiques craignent d'être mal cités par des journalistes qui ne sont pas des experts en science.
  • Certains scientifiques ne pensent pas que cela aura un impact.

En tant que groupe, les scientifiques doivent :

  • Participez à des activités et racontez des histoires pour partager ce que nous savons sur les questions scientifiques. Commencez votre « pyramide d'histoires » par ce qui est intéressant dans votre travail, pourquoi c'est important et quel est son impact ; évitez de vous concentrer sur les méthodes scientifiques.
  • Reformulez les questions qui vous sont posées pour vous assurer que vous comprenez ce qui est demandé.
  • Comprendre les délais des médias. Si vous ne les recontactez pas le jour même, vous risquez de perdre l'occasion de raconter leur histoire.
  • Recherchez les journalistes qui vous contactent pour vous assurer que leur média est la bonne plateforme pour partager votre expertise.
  • Travaillez pour intéresser les gens à la science, le cas échéant.
  • Démontrer qu'ils se soucient de leurs communautés.
  • Démontrer leur savoir-faire.
  • Soyez ouvert à la formation.

La formation aidera les scientifiques à :

  • Comprendre la différence entre la communication scientifique et non scientifique et comment communiquer efficacement ce qu'ils font avec différents publics.
  • Comprenez que le public est parfois intimidé par les experts ou a du mal à poser une question à un expert.
  • Reconnaître que les scientifiques ne sont pas la seule voix dans la société et que leurs concitoyens se soucient des communautés et ont des idées à partager qui méritent considération et respect.

Panel de conférence sur les technologies émergentes

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Les implications sociales des technologies émergentes : les questions les plus importantes sont-elles les moins étudiées ?

Organisé par: Fédération des sciences humaines et sociales, Peter Severinson

Orateurs: Eric M. Meslin, Ph.D., FCAHS, président et chef de la direction, Conseil des académies canadiennes; Jaigris Hodson, professeur adjoint d'études interdisciplinaires, Université Royal Roads; Dominique Martin, professeur, École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal

Modérateur: Peter Severinson, analyste des politiques, Fédération des sciences humaines et sociales

Plats à emporter et recommandations

  • Trop souvent, les implications sociales et éthiques (intentionnelles et non intentionnelles) des nouvelles technologies transformatrices sont négligées. Cela nécessite de réfléchir aux conséquences potentielles immédiates, ainsi qu'à moyen et long terme.
  • Les mots comptent : le mot « implication » est souvent considéré comme intrinsèquement mauvais, même s'il peut être positif ou négatif.
  • Les décisions concernant les technologies en développement rapide doivent être prises rapidement.
  • Comprendre comment la société est affectée par les technologies émergentes aide à faire face aux risques, mais cela peut également débloquer des avantages potentiels ; par exemple, former les travailleurs à utiliser efficacement les nouvelles capacités, à prendre des décisions intelligentes sur la façon dont la technologie peut résoudre les problèmes de société et à s'assurer que les avantages des nouvelles technologies sont partagés dans notre société diversifiée.
  • Les révolutions technologiques ont entraîné de grands changements sociétaux dans le passé, mais les nouvelles technologies comme l'intelligence artificielle (IA) sont considérées comme ayant un impact encore plus important sur la vie des gens.

Commencer la conversation

  • N'attendez pas une crise pour entamer des conversations sur une nouvelle technologie et sa réglementation potentielle. Ce dialogue peut commencer même au début de la phase de recherche.
  • Un financement dédié est nécessaire pour explorer les questions éthiques, juridiques et sociales autour d'un projet ou d'une initiative.
  • Ces conversations et décisions peuvent se produire à plusieurs niveaux : au niveau individuel (par exemple, quelqu'un décide de ne plus utiliser Facebook) ; le niveau organisationnel (par exemple, les entrepreneurs considérant les implications de leurs technologies) ; et le niveau politique (par exemple, les réglementations sur les données de l'Union européenne).
  • Beaucoup dans le secteur privé, en particulier dans l'IA, sont conscients de la nécessité d'avoir ces conversations et sont ouverts et transparents sur les effets potentiels de leurs technologies.

L'enseignement technologique doit évoluer

  • La littératie numérique ne signifie pas seulement savoir coder ou utiliser un téléphone intelligent.
  • Lors de l'enseignement de la technologie, incluez les sciences sociales et humaines afin que les gens comprennent à la fois comment utiliser la technologie et réfléchissent de manière critique aux conséquences de cette utilisation sur différents segments de la société (par exemple, de nombreuses personnes considèrent les algorithmes comme neutres et ils ne le sont pas).
  • Enseigner les questions éthiques, juridiques et sociales dans le cadre du programme de sciences de base.
  • De plus en plus, la façon dont nous éduquons les gens les divise en deux camps :
  1. Les personnes qui savent comment fonctionne la technologie mais qui sont mal équipées pour l'utiliser d'une manière qui ne cause aucun dommage (que ce soit délibérément ou par inadvertance).
  2. Les personnes qui reçoivent une formation comprennent les conséquences de l'utilisation de la technologie et sont donc plus susceptibles de l'utiliser de manière positive, mais ne comprennent pas comment utiliser la technologie elle-même.
  • Inclure des exemples de technologies qui ont eu des impacts éthiques et sociaux positifs.
  • À tous les niveaux d'enseignement (à partir de l'école primaire), enseignez qu'il est impossible de faire de la bonne science sans une bonne éthique.
  • Le programme d'études à tous les niveaux devrait apprendre aux gens à reconnaître leurs propres préjugés et comment ces préjugés peuvent influencer le développement technologique.

Briser les silos

  • Comprendre les implications sociales des technologies émergentes nécessite une approche interdisciplinaire.
  • Intégrer d'autres modes de connaissance, y compris les connaissances traditionnelles et communautaires (p. ex., autochtones).
  • Utilisez des défis d'équipe basés sur des projets, par opposition à l'apprentissage magistral traditionnel, pour favoriser les compétences interdisciplinaires.
  • Les scientifiques sous-utilisent les opportunités d'intégrer la technologie dans leurs recherches, y compris les technologies de plateforme comme l'IA. Les organisations et les établissements universitaires devraient envisager des moyens de rendre la technologie plus accessible aux scientifiques.

Assurer une diversité de points de vue

  • L'éthique n'est pas monolithique. Ils varient selon les cultures et au sein des cultures.
  • En même temps, une morale commune est acceptée lorsque nous décidons de vivre dans une communauté, une région ou un pays spécifique.
  • L'éthique est compliquée. L'Occident n'a pas le monopole de l'illumination.
  • Les plus vulnérables seront affectés de manière disproportionnée et négative par les nouvelles technologies (par exemple, les entreprises peuvent s'appuyer davantage sur des algorithmes que sur la surveillance humaine lors de l'embauche, en particulier pour les emplois de niveau inférieur).
  • Des voix diverses issues de milieux, de disciplines et de secteurs socioéconomiques et culturels différents mèneront à des conversations plus significatives sur les implications sociales.

panel conférence 2018 discussions de conférence

Panel de conférence pour les obstacles à la connaissance

Jour 2 – 8 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Making Science Matter : Surmonter les obstacles à la mobilisation des connaissances et à la communication scientifique

Organisé par: Sean Young-Steinberg, directeur, opérations et développement des affaires, NIVA Inc.

Orateurs: Dre Aline Dimitri, directrice exécutive, Direction des sciences de la salubrité des aliments et chef adjointe de la salubrité des aliments, Agence canadienne d'inspection des aliments; Jim Handman, directeur général, Centre canadien des médias scientifiques; Purnima Sundar, directrice de la mobilisation des connaissances, Centre d'excellence de l'Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents

Modérateur: Anton Holland, président et chef de la direction, NIVA Inc.

Plats à emporter et recommandations

Contexte expliquant pourquoi ce sujet est important :

  • Communiquer efficacement un sujet complexe adapté à une grande variété de publics, avec des messages clairs, simples et pertinents, n'est pas une tâche facile.
  • Il est de plus en plus reconnu que la mobilisation des connaissances scientifiques, que ce soit de la découverte à la prise de décision, des résultats au financement ou de la recherche à la réglementation, est une activité essentielle pour de nombreuses personnes présentes à cette conférence, mais qui est trop souvent négligée.
  • Peu importe si vous essayez d'atteindre les utilisateurs finaux, les décideurs ou le public, ce type de communication nécessite un dévouement sans relâche pour comprendre les besoins de votre public et vous assurer que vous disposez des stratégies et des outils nécessaires pour vous engager, les informer et les motiver.
  • L'augmentation récente du financement de la recherche scientifique dans ce pays est encourageante. Cependant, à plus long terme, la communauté scientifique doit se soucier de s'assurer que les Canadiens comprennent : ce que toutes ces nouvelles activités vont accomplir, comment sont-elles impliquées dans les résultats et pourquoi devraient-elles soutenir l'utilisation continue de l'argent des contribuables pour eux ? ?
  • Il existe désormais un énorme potentiel pour produire un grand volume de nouvelles connaissances et informations scientifiques importantes qui peuvent nous aider à mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons, ainsi que de nouvelles technologies innovantes qui améliorent notre qualité de vie et des moyens de réduire la l'impact que les humains ont sur la planète.
  • Bien que ces efforts aient tous un grand mérite en eux-mêmes, sans la capacité de transmettre efficacement ces connaissances aux personnes qui sont en mesure de prendre des décisions ou de modifier leurs comportements, peu ou pas d'action n'en sortira jamais.

Scientifiques : comment mieux communiquer votre travail

  • L'impératif de communication : si votre public ne comprend pas l'information que vous lui donnez ou ne la trouve pas pertinente, elle n'a que peu de valeur.
  • Il existe 3 règles d'or de la communication :
  1. Connaissez votre public (ou vous n'aurez pas de public):
    • Connaître leurs intérêts, leur éducation, leurs préjugés, etc.
    • Qu'est-ce qui motive mon public ? Gagner de l'argent, faire des choix, rester en sécurité, etc.
  2. Votre message doit être facile à comprendre et à retenir. Devrait être applicable à notre compréhension actuelle du monde.
  3. Raconter une histoire:
    • Utilisez une construction d'histoire : qu'est-ce qui a été fait ? Où/pourquoi a-t-il été fait ? Et après? Quel est l'impact ?
    • Concentrez-vous sur les intérêts de votre public.
    • Illustrez votre histoire.
    • Les gens ont tendance à se souvenir : des analogies, des histoires, des applications pratiques, quelque chose qui fait rire ou réfléchir.
  • Les scientifiques sont confrontés à des défis lors de la communication de leurs travaux :
    • Il y a une peur de l'opportunité unique : n'essayez pas de tout entasser dans une seule interaction – l'auditeur sera submergé.
    • La science effectue souvent un zoom avant à dessein : effectuez un zoom arrière pour voir comment votre travail s'inscrit dans une image plus large.
    • Submerger quelqu'un d'informations l'amènera à chercher des réponses ailleurs (Google), plutôt que de vous faire confiance, la source fiable.
  • Tirer profit des réseaux sociaux et du micro message implique :
    • Inciter les gens à en savoir plus, les intéresser
    • Informations de superposition
    • Communiquer à différents niveaux selon le public
  • Saisir l'opportunité. Innovez dans la communication de votre message, améliorez la présentation visuelle et utilisez des infographies. Instaurer la confiance entre les scientifiques et leurs interlocuteurs.
  • En tant que scientifique, simplifiez votre message. Si vous ne le faites pas, les médias le feront et pourraient mal interpréter.

Organisations communiquant la science

  • Soyez conscient de l'« écart savoir-faire » : ce que nous savons n'influence pas toujours ce que nous faisons.
  • La mobilisation des connaissances consiste à mettre la recherche en action.
  • Créer des résumés de recherche qui répondent aux besoins de connaissances des personnes qui les utilisent ; par exemple, différents usages et niveaux d'éducation.
  • Des « documents prêts à l'emploi » peuvent être élaborés et partagés afin que les décideurs puissent accéder aux informations dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin.
  • Créer des ressources d'apprentissage : p. ex., des vidéos Web aidant les jeunes à soutenir leurs pairs, élaborées à partir de données probantes et en partenariat avec des jeunes et des praticiens.
  • Évaluez l'impact : utilisez l'analyse Web, suivez les activités de mise en œuvre (par exemple, changement de politique) et créez une enquête annuelle.

Les ingrédients d'une bonne histoire scientifique

  • Une bonne histoire nécessite :
    • Un bon conteur
    • Un sujet vraiment cool ou pertinent : par exemple, les dinosaures et le changement climatique
  • Un bon conteur :
    • N'utilise pas de jargon
    • Montre son enthousiasme
    • Utilise des analogies
  • Utilisez le personnel pour attirer les gens : il n'y a pas de "je" dans l'équipe, mais il y a un "je" dans la science. Raconte ton histoire.
  • Même les scientifiques sont aussi des personnes – c'est un grand message !
Panel de conférence sur la culture scientifique

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

L'état de la culture scientifique au Canada

Organisé par: Le Centre des sciences de l'Ontario

Orateurs : Dr Eugenia Duodu, PDG, Visions of Science; Dre Mona Nemer, conseillère scientifique en chef, gouvernement du Canada; Dre Molly Shoichet, professeure d'université et conseillère principale du président sur l'engagement en sciences et en génie, Université de Toronto; Dr Maurice Bitran, PDG et directeur scientifique, Centre des sciences de l'Ontario.

Modérateur: Dr Maurice Bitran

Plats à emporter et recommandations

  • Les initiatives d'alphabétisation scientifique sont des efforts collectifs, relevant un défi national qui ne sera pas résolu par des individus ou même des groupes particuliers, mais plutôt par des efforts largement partagés pour définir cet aspect de notre caractère social.
  • Le Centre des sciences de l'Ontario enquête annuelle sur la littératie scientifique au Canada montre qu'une majorité de personnes souhaitent en savoir plus sur la science et la technologie, qu'elles considèrent comme nécessaires pour résoudre de nombreux problèmes différents auxquels la société est confrontée.
  • L'enquête a également révélé qu'environ la moitié des personnes interrogées pensaient que la société se détournait de la science et que les conclusions concernant des problèmes majeurs tels que le réchauffement climatique restaient floues.
  • De tels résultats suggèrent que là où la culture scientifique est faible, les gens sont incapables d'évaluer des sujets complexes qui ont un fondement scientifique.
  • Bien que de telles enquêtes puissent montrer que les Canadiens trouvent les scientifiques dignes de confiance, ce même niveau de confiance ne s'étend pas à la science que ces personnes représentent.
  • Ce manque de confiance peut être enraciné dans l'absence d'une culture nationale qui exprimerait les valeurs associées à la science. En revanche, le Canada a établi une culture riche et dynamique autour d'activités telles que le hockey, qui trouvent leur expression dans tout, des médias populaires aux images sur nos billets de banque.

Communiquer les sciences

  • Engager un public dans une matière scientifique, en particulier des classes pleines de jeunes, signifie développer un attrait émotionnel autant qu'intellectuel.
  • Lors de la communication scientifique, il est tout aussi nécessaire de transmettre ce qui est important pour les scientifiques que de transmettre ce qui est important pour les personnes extérieures aux cercles scientifiques.
  • Une communication scientifique réussie passe par la construction d'un vocabulaire utilisant un langage clair et commun.
  • Les programmes parascolaires destinés aux enfants issus de milieux défavorisés peuvent encourager l'engagement dans la science, peut-être en tant que cheminement de carrière ou au moins en leur permettant de participer à des échanges tout au long de la vie autour de questions scientifiques.
  • Il est également important d'étendre les efforts de culture scientifique et de développer des moyens créatifs d'impliquer les adultes dans l'éducation scientifique dans les lieux où se déroule leur vie quotidienne et dans la langue qu'ils comprennent. C'est cette population qui élève la prochaine génération et affecte les politiques par le biais du vote.

La science tout autour de nous

  • Les compétences sociales et humaines, ainsi que les efforts académiques dans les arts et les sciences humaines, peuvent sembler être distincts des disciplines de la science et de la technologie, mais toutes ces activités partagent un accent fondamental sur la méthodologie.
  • En plus d'inciter les gens à s'informer sur les sciences dans des cadres formels tels que les salles de classe ou informels tels que les centres scientifiques, les défenseurs de la communication scientifique devraient opérer là où les gens mènent leur vie quotidienne, tels que les centres commerciaux ou les aéroports.
  • Une approche communautaire de la culture scientifique établirait des collaborations entre les membres de la communauté scientifique et la communauté sociale au sens large pour illustrer le rôle des connaissances scientifiques et des méthodes scientifiques dans la vie quotidienne.
  • La société devrait s'appuyer sur cette confiance pour élever l'estime accordée aux carrières dans les sciences, la technologie et l'éducation, qui sont toujours considérées comme moins souhaitables que les pratiques traditionnelles telles que le droit.
  • Les jeunes issus de communautés à faible revenu et socialement marginalisées sont confrontés à encore plus d'obstacles pour s'engager dans la science et la technologie dans le cadre de leur vie.
  • Une exposition précoce est nécessaire pour créer une appréciation d'un sujet tout au long de la vie. Tout comme nous cultivons chez les jeunes étudiants une compréhension de la musique même s'ils ne deviendront peut-être jamais musiciens, nous devons aussi cultiver une compréhension similaire de la science.
homme parlant à la conférence
Panel de conférence sur les voies autochtones

Jour 1 – 7 novembre 2018

Plats à emporter et recommandations : 

Intégrer les modes de connaissance indigènes dans la recherche appliquée

Organisé par: Collèges et instituts Canada, Anna Toneguzzo

Orateurs: Bronwyn Hancock, vice-présidente associée, Développement de la recherche, Collège du Yukon; Émilie Parent, candidate au doctorat, Université de Montréal; Pitseolak Pfeifer, étudiant à la maîtrise, études nordiques, Université Carleton; Dre Krista Robson, présidente du comité d'éthique de la recherche et professeure, Red Deer College; Gabriel Snowboy, président, Nihtaauchin Chisasibi Centre of Sustainability

Modérateurs: Ursula Gobel, vice-présidente associée, Défis futurs, Conseil de recherches en sciences humaines, Manon Tremblay, directrice, Recherche autochtone, Conseil de recherches en sciences humaines

Plats à emporter et recommandations

  • Il y a un appétit insatiable pour la recherche dans l'Arctique.
  • La recherche et la science ont peu fait pour améliorer les indicateurs socio-économiques des Inuits.
  • Essayez des choses, de petits projets, approfondissez les relations au fil du temps. Les relations de personne à personne sont importantes (plus qu'institutionnelles). La cohérence est la clé.
  • Les chercheurs ont la responsabilité de se présenter à la table préparés : le personnel et les étudiants du Collège du Yukon sont tenus de suivre un cours pour approfondir leurs connaissances de base sur l'histoire et les relations au Canada. Ils doivent connaître le contexte actuel des relations avec les cultures autochtones, les impacts du colonialisme et pourquoi la recherche peut être un gros mot. Les étudiants doivent obtenir leur diplôme avec cette compétence de base.
  • En tant que Canadiens, nous avons la responsabilité de comprendre la vérité et la réconciliation, ainsi que l'autodétermination et l'autonomie gouvernementale.
  • Le Collège du Yukon a un personnel dévoué qui travaille avec les chercheurs pour les aider à développer des relations conjointes, à apprendre comment établir des partenariats et comment profiter aux communautés dans lesquelles ils travaillent, par exemple en impliquant les écoles locales dans la recherche.
  • Les silos créés dans notre environnement universitaire sont un obstacle à la capture du potentiel de connexion. L'établissement de relations et la confiance prennent du temps.
  • La recherche doit être dans sa propre langue. Engagez des locuteurs de la langue locale. Demandez aux membres de la communauté de valider la recherche. L'application des langues locales nécessite un financement pour l'engagement, la traduction, le temps nécessaire pour établir des relations et l'analyse de la recherche.
  • Apprenez des protocoles pour établir des relations. Les relations commencent bien avant le début de la recherche et durent longtemps après.
  • La solution ne peut pas être de demander aux participants autochtones de se conformer aux méthodologies de recherche.
  • Les comités d'éthique, les comités de recherche et d'autres organismes doivent également établir des relations avec les communautés.
  • Étude de cas – concevoir un projet lié à la santé avec une communauté autochtone :
    • Travailler avec une communauté, trouver une solution qui fait partie de sa mémoire collective - par exemple, ramener l'agriculture à une communauté qui la pratiquait dans le passé, la communauté dirigeant et créant une meilleure sécurité alimentaire, réduisant les coûts alimentaires et produisant des aliments plus sains disponibles localement.
    • Innovation sociale : laisser les gens dire aux chercheurs ce qui est important pour eux ; dans ce cas, leur lien avec le territoire.
  • Les collectivités du Nord innovent en incorporant de nouvelles technologies à leurs habitudes.
  • Nous devons adopter une approche différente pour introduire de nouvelles méthodes : prendre ce que les gens savent déjà des histoires pour les éduquer et relier les deux pour garder les gens intéressés par de nouvelles idées. Combinez les histoires qu'ils racontent avec de petits projets ; par exemple, inspirer les anciens à continuer de parler, et à nous de parler pour eux.