Les sujets suivants sont couverts dans le thème Science, affaires internationales et développement de la sécurité

  • Diplomatie scientifique et nouvel ordre mondial

  • La science à l'ère de la démondialisation

  • La cyber-sécurité; un sérieux défi mondial

  • Objectifs de développement durable 2030

  • Communauté internationale et changement climatique

Panel de conférence sur les droits de la personne

Jour 1 – 13 novembre 2019

Plats à emporter et recommandations : 

Droits de la personne pour les plans d'eau : mode ou voie vers les objectifs de développement durable ?

Organisé par: Université de Waterloo, Nancy Goucher

Orateurs: Peter Wood, gestionnaire de campagne nationale, Droits environnementaux, Fondation David Suzuki; Lynda M Collins, professeure, Centre de droit de l'environnement et de durabilité mondiale, Faculté de droit, Université d'Ottawa; Caleb Z. Behn, conseiller spécial – Eau, Assemblée des Premières Nations

Modérateur: Nancy Goucher, spécialiste de la mobilisation des connaissances, Water Institute de l'Université de Waterloo

Vente à emporter:

  1. L'octroi de droits individuels aux masses d'eau est une option politique pour la protection de l'eau. Les rapports juridiques avec la nature se réinventent. Plusieurs pays sont en train de promulguer des lois accordant des droits à la nature ou à l'eau.
  2. Les sociétés (entités non humaines) ont des droits de la personne au Canada. Dans une affaire judiciaire, quand la nature ne le fait pas, elle perdra toujours.
  3. L'idée n'est pas nouvelle. On le trouve dans de nombreuses cultures indigènes à travers le monde.
  4. Le droit humain à un environnement sain est un outil efficace. Donner des droits de personne à la nature va encore plus loin.
  5. La Charte canadienne des droits et libertés n'inclut actuellement pas de droits pour la nature, mais pourrait être un filet de sécurité constitutionnel pour la protection de l'environnement si les droits environnementaux étaient enchâssés.
  6. La Blue Dot par l'intermédiaire de la Fondation David Suzuki travaille à faire d'un environnement sain un droit personnel au Canada. Jusqu'à présent, 174 municipalités et 100,000 XNUMX personnes ont signé.
  7. Selon la race, les Canadiens ont un niveau différent de santé environnementale. Par exemple, certaines communautés autochtones manquent d'infrastructures essentielles pour maintenir une eau potable propre.
  8. Le système juridique canadien est perçu comme étant conçu pour l'atténuation des conflits, et non pour la justice. Il n'inclut pas les moyens d'incorporer les connaissances autochtones. Par conséquent, le savoir autochtone est jugé par la loi canadienne.

Actes:

  1. Choisissez des marqueurs biologiques de la santé de la nature à inscrire dans la loi, puis choisissez la composante humaine (marqueurs de santé basés sur la façon dont les gens vivent la nature), y compris les connaissances autochtones.
  2. Dans son projet global de maintenir notre présence sur Terre, le droit de l'environnement a échoué. Abandonnez l'idée d'avoir un domaine spécifique du droit : le droit de l'environnement ne fonctionne pas vraiment. Il doit être inclus dans tous les aspects du droit.

Ressources: 

  1. Les droits de la nature; David Boyd
  2. Droits de l'homme, protection de l'environnement et objectifs de développement durable; John H.Knox

conférencier

Panel de conférence pour l'IA

Jour 3 – 15 novembre 2019

Plats à emporter et recommandations : 

Intelligence artificielle : renforcer la résilience face aux cybermenaces

Organisé par: Université Simon Fraser

Orateurs: Zalina Gappoeva, architecte de sécurité principale, architecture de solutions de cybersécurité ; Dominic Vogel, fondateur et stratège en chef, Cyber.sc ; Zahra Zohrevand, membre senior du personnel technique, Oracle Labs

Modérateur: Uwe Glässer, professeur, sciences informatiques, Université Simon Fraser

Vente à emporter:

  1. Le nombre de cyberincidents augmente à l'échelle mondiale et les secteurs de la finance et de l'assurance sont les principales cibles.
  2. Le système financier est particulièrement vulnérable en raison de son interconnectivité mondiale sans cesse croissante.
  3. L'intelligence artificielle (IA) et l'apprentissage automatique (ML) ne sont pas intrinsèquement positifs, ni meilleurs que les approches de sécurité traditionnelles ou plus intelligents que les humains, mais ce sont des outils qui peuvent compléter et augmenter notre façon actuelle de faire de la cybersécurité.
  4. Les analystes humains continueront d'être essentiels à la cybersécurité, mais l'IA doit également être utilisée dans les applications de cybersécurité car les attaquants l'utiliseront : seule l'IA peut rivaliser avec l'IA.
  5. Pour générer un battage marketing, certaines organisations de sécurité ajoutent l'IA et le ML à leurs produits d'une manière qui n'est pas utile et peut en fait être inférieure aux itérations précédentes sans IA.

Actes:

  1. Toute organisation qui utilise un fournisseur de cybersécurité qui a récemment ajouté l'IA à ses produits doit s'assurer que l'IA ajoute réellement de la valeur.
  2. Les startups et les petites et moyennes entreprises doivent prendre en compte et intégrer la cybersécurité dès leur création, ainsi qu'au début de tout développement de nouveau produit.
  3. Tous les niveaux de gouvernement doivent développer de manière proactive des initiatives de sécurité (ne pas attendre qu'ils soient attaqués).
  4. Les plus grandes agences gouvernementales peuvent avoir besoin d'intervenir pour soutenir les petites municipalités qui n'ont pas de financement pour développer ces systèmes.
  5. Les systèmes de sécurité de l'IA doivent être explicables à tous ceux qui en dépendent, afin qu'ils puissent faire confiance et comprendre comment réagir aux résultats.
Panel de conférence sur la sécurité nationale

Jour 3 – 15 novembre 2019

Plats à emporter et recommandations : 

Lignes dans le sable : la lutte pour la sécurité nationale dans un monde de technologie globalisé

Organisé par: Mike Pereira, David Johnston Research + Technology Park

Orateurs: Bill Munson, Université de Waterloo; Bessma Momani, professeure, Université de Waterloo; Patrick Rhude, direction, Nokia Security

Modérateur: Mike Pereira, Parc de recherche et technologie David Johnston

Vente à emporter:

  1. La technologie remet en question notre conception du lieu et de l'identité. En plus d'opportunités intéressantes, cela comporte des risques terrifiants que nous ne sommes pas prêts à affronter sur le plan politique.
  2. La faiblesse de la cybersécurité commence à poser de réelles menaces pour la cohésion sociale.
  3. L'un des défis de la cybersécurité est que nous ne la considérons pas comme un outil de guerre avec peu ou pas de réglementation ou d'engagement. Le public est également peu informé des menaces potentielles.
  4. Les grandes entreprises de collecte de données ne sont pas aussi inquiétantes que des pays comme la Corée du Nord, la Chine, la Russie et l'Iran qui utilisent le cyber d'une manière perturbatrice et destructrice du point de vue de la sécurité nationale.
  5. Les gens craignent la collecte et l'utilisation de nos données par l'État et ce que cela signifie pour notre vie privée, mais les entreprises technologiques ont plus d'informations sur les citoyens - des données qui sont souvent fournies volontairement.
  6. La politique de confidentialité du Canada accuse des décennies de retard par rapport à ce qu'elle devrait être.
  7. Nous pensons que ce qui se passe dans les domaines de la technologie et de la cybersécurité nous facilite la vie, mais l'impact cumulatif de cela pour les États voyous ou les adversaires est une menace réelle.
  8. La numérisation de tout - même les infrastructures traditionnellement lourdes comme les routes et les ponts - signifie que nous sommes de plus en plus vulnérables aux menaces à notre sécurité nationale.
  9. Le niveau de protection de nos infrastructures critiques est très faible. Nous ne sommes pas préparés aux menaces émergentes.

Actes:

  1. Nous devons investir dans la protection de notre infrastructure et la rendre difficile à attaquer, non seulement de l'extérieur mais de l'intérieur.
  2. Nous devons cesser de reconnaître que nos systèmes de sécurité sont archaïques et vulnérables aux cybermenaces.
  3. Nous devons sérieusement envisager de mobiliser une cyber armée pour protéger notre sécurité nationale. Cela nécessitera d'inciter les recrues et de rendre l'adhésion attrayante pour les talents.
Panel de Conférence Collaboration Internationale

Jour 2 – 14 novembre 2019

Plats à emporter et recommandations : 

Recherche sans frontières : Études de cas d'organismes de financement sur la collaboration internationale 

Organisé par: UK Research and Innovation (UKRI) Amérique du Nord

Orateurs: Rainer Gruhlich, directeur, Bureau Amérique du Nord, Fondation allemande pour la recherche (DFG) ; Claire A. Hemingway, chargée de programme, Bureau des sciences et de l'ingénierie internationales, National Science Foundation (NSF) ; Jean-Christian Lemay, scientifique en résidence, Délégation générale du Québec à Londres; Chloë Somers, Directrice, UKRI Amérique du Nord ; Jennifer E. Decker, consule, conseillère principale, Bureau de l'innovation internationale, Conseil national de recherches du Canada, Allemagne (NRC Germany)

Modérateur: Monica Gattinger, professeure titulaire, École d'études politiques, directrice, Institut des sciences, de la société et de la politique publique, Université d'Ottawa

 Vente à emporter:

  1. Les avantages de la collaboration internationale comprennent : l'excellence travaillant avec l'excellence (scientifiques et infrastructure); partager les ressources de recherche et les grandes infrastructures; partager la formation aux compétences pour élargir le vivier de talents ; et l'accès aux futurs marchés.
  2. Défis à la collaboration internationale : mobilité ; les priorités descendantes ne correspondent pas toujours à la recherche ascendante ; Barrière de la langue; assurer l'appropriation, et non le « don », lorsque l'on travaille avec les pays du Sud.
  3. Quelques exemples de la façon dont la National Science Foundation encourage les collaborations internationales :
  1. Des programmes conjoints qui font appel à des efforts de recherche internationaux (p. ex., avec UKRI, Fonds de recherche du Québec, Instituts de recherche en santé du Canada, DFG) et des possibilités de financement qui accueillent des collaborateurs internationaux.
  2. Des ateliers qui permettent aux communautés de recherche de se connaître tôt dans le processus avant de s'engager dans des collaborations à grande échelle.
  3. Programme de bourses scientifiques de l'ambassade avec le département d'État américain
  4. Empreinte mondiale élargie en fermant des bureaux à l'étranger au profit d'une entreprise plus agile une approche qui voit des experts de la NSF déployés pour des expéditions à court terme dans des zones sélectionnées afin d'explorer les opportunités de collaboration.
  1. Voici quelques exemples de la manière dont UK Research and Innovation (UKRI) encourage les collaborations internationales :
  1. Nous développons actuellement une stratégie internationale pour mieux définir nos ambitions internationales. Parmi ses priorités : promouvoir le Royaume-Uni en tant que désignation de classe mondiale ; cibler les juridictions de recherche et d'innovation à haut rendement (p. ex., le Canada); relever les défis mondiaux (par exemple, grâce à la Fonds de recherche sur les défis mondiaux); et renforcer les capacités et les capacités de l'écosystème de recherche basé au Royaume-Uni.
  2. Tirer parti des budgets d'aide internationale pour soutenir les collaborations de recherche avec les pays du Sud. (par exemple, Fonds de recherche sur les défis mondiaux)
  3. Opportunités d'agences principales qui permettent un processus de candidature et d'examen par les pairs unique pour un projet conjoint ascendant impliquant des chercheurs principaux de deux pays (par exemple Opportunité d'agence chef de file UKRI-NSF SBE).
  1. Quelques pistes Les FRQ de Québec encouragent les collaborations internationales :
  1. Appel à projets conjoint (USA, France, Massachusetts, UK, etc.) et participation à des programmes multilatéraux (Trans-Atlantic Platform, ERA-NETs, ​​etc.)
  2. Accroître la capacité du réseau québécois des agents scientifiques à l'étranger. Deux scientifiques en résidence se sont joints aux 11 agents scientifiques des Délégations du Québec à l'étranger pour faciliter les partenariats en recherche et innovation.
  3. Soutien financier à des centres de recherche internationaux (ex. Observatoire international des impacts sociétaux de l'intelligence artificielle, FutureEarth)
  1. Comment le CNRC encourage les collaborations internationales :
  1. Connecter les capacités de R&D canadiennes et internationales pour résoudre les défis mondiaux de la recherche
  2. Sécuriser l'accès privilégié aux partenaires (p. ex., en s'associant à Affaires mondiales Canada (AMC) et au Service des délégués commerciaux)
  3. Personnes-ressources du CNRC à Allemagne et de Japon comme points d'entrée pour les chercheurs et les entreprises.
  4. Accès à des ressources pour réaliser des projets d'échange/collaboration/co-innovation (ex. initiative soutenir la R&D conjointe entre les entreprises au Canada et en Allemagne).
  1. Comment la DFG encourage les collaborations internationales :
    • Accent mis sur les chercheurs : la collaboration internationale améliore la qualité de la science.
    • Adopter une approche systémique en internationalisant le paysage de la recherche allemande (par exemple, en utilisant l'anglais dans les laboratoires).
    • Diplomatie scientifique : y compris les travaux sur l'élaboration de normes internationales, les politiques de recherche internationales et, avec les pays du Sud, sur l'établissement de programmes (par exemple, via le Conseil mondial de la recherche).

Actions suggérées:

  1. Élaborer une stratégie de recherche internationale en consultation avec d'autres acteurs de l'écosystème de la recherche pour assurer une approche coordonnée.
  2. La planification des subventions et le financement des voyages aident les chercheurs de différents pays à se rencontrer tôt dans le processus pour évaluer la compatibilité et développer la confiance (par exemple, le Prix ​​de partenariat BBSRC Canada, par exemple, la planification de la piste de subvention dans le programme NSF Navigating the New Arctic).
  3. Si un bailleur de fonds de la recherche fournit un financement de démarrage, il doit s'assurer qu'il existe un financement de suivi pour développer un projet international.
  4. Identifier ou établir des programmes de financement similaires entre les pays qui peuvent être mis à profit pour des projets collaboratifs (par exemple, les groupes internationaux de formation à la recherche du DFG et le programme Collaborative Research and Training Experience du Natural Sciences and Engineer Research Council - GIR/CRÉER)
Panel de conférence sur la diplomatie scientifique

Jour 2 – 14 novembre 2019

Plats à emporter et recommandations : 

Diplomatie scientifique dans un Arctique en mutation

Organisé par: Dr. Urs Obrist, Conseiller principal en science et technologie, Ambassade de Suisse au Canada

Orateurs: Robert Kadas, directeur adjoint, Relations nordiques et polaires, Affaires mondiales Canada; Xavier Grosmaître, Attaché scientifique et d'enseignement supérieur, Ambassade de France ; Anne Kari Ovind, ambassadrice de Norvège au Canada; Urs Obrist, Conseiller principal en science et technologie, Ambassade de Suisse au Canada; Hwasue Sung, agent politique et environnemental, ambassade de Corée du Sud au Canada; Robert Tibbetts, Affaires économiques, Ambassade des États-Unis au Canada

Modérateur: David J. Scott, président et chef de la direction, Savoir polaire Canada

Vente à emporter:

  1. La région arctique est connue pour sa stabilité politique et son haut niveau de coopération entre les pays : la coopération scientifique ouvre la voie à la coopération diplomatique.
  2. L'Arctique est une région d'importance mondiale, et la science arctique est une priorité pour les États arctiques et non arctiques.
  3. En 2019, le Canada a lancé le Cadre stratégique pour l'Arctique et le Nord.
  4. La connaissance de la région est essentielle pour vivre et opérer dans l'Arctique. Des problèmes complexes comme les microplastiques et le changement climatique nécessitent la participation à la recherche de plusieurs pays.
  5. Le Conseil de l'Arctique est l'arène principale pour aborder les questions arctiques.
  6. L'Arctique restera une priorité pour la Norvège, qui abrite 10 % de ses habitants. La station de recherche norvégienne de Ny-Alesund dans l'archipel du Svalbard se concentre sur l'internationalisation et exige que tous les chercheurs qui y sont basés acceptent de mettre à disposition des données et des métadonnées et de publier des articles de vulgarisation scientifique, communiquant leurs recherches au public.
  7. La France considère le changement climatique, et notamment son impact sur les régions arctiques, comme un enjeu global et une priorité. Ayant une longue histoire de recherche polaire et une expertise reconnue dans ce domaine, la France est désireuse de travailler en coopération avec d'autres pays pour mener des recherches arctiques.
  8. La Suisse est connue comme une nation arctique verticale, avec son écosystème montagneux sous pression et ses glaciers en voie de disparition. Pays non arctique enclavé, il possède une expertise dans l'étude des environnements extrêmes et un savoir-faire en matière de recherche et de coopération sur la cryosphère.
  9. La Corée du Sud est déterminée à devenir un partenaire pour façonner un avenir durable pour l'Arctique. Les nouvelles routes maritimes de l'Arctique offrent les avantages d'une réduction des délais de navigation.
  10. L'Arctique est une priorité pour les États-Unis, qui ont de nombreux et divers programmes en cours pour la recherche et la formation des étudiants. Elle voit dans la région de riches opportunités de coopération bilatérale et multilatérale.

Actions suggérées:

  1. Les panélistes ont exprimé leur engagement à poursuivre l'engagement de leurs gouvernements pour renforcer la coopération bilatérale et multilatérale dans le domaine des sciences de l'Arctique.
Panel de conférence pour l'agenda de l'innovation inclusive

Jour 2 – 14 novembre 2019

Plats à emporter et recommandations : 

Du point de vue d'une nouvelle génération de professionnels autochtones, à quoi ressemblerait un programme d'innovation inclusif ?

Organisé par: DIGITAL MI'KMAQ, Marni Fullerton et Chris Googoo

Orateurs: Aaron Prosper, président, Dalhousie Student Union; Chris Googoo, chef de l'exploitation d'Ulnooweg et directeur de Digital Mi'kmaq; Tyler Sack, chef de produit groupe, Orenda Software Solutions ; Evan Syliboy, membre de la Première Nation Millbrook; Stephenie Bernard, membre, Treaty Education Committee, Nouvelle-Écosse

Modérateur: Marni Fullerton, directrice, Digital Mi'kmaq
Vente à emporter:

  1. L'idéologie est ancrée dans tout ce que nous faisons. L'inclusion, c'est accepter une idéologie différente. Par exemple, comment l'intelligence artificielle peut-elle être utilisée pour rapprocher les deux visions de la vision à deux yeux, qui intègre les modes de connaissance indigènes et occidentaux ?
  2. L'idéologie est construite sur la mythologie et l'IA se résume à la formation de données. Ces ensembles de données peuvent inclure un génocide culturel et manquent d'épistémologie et d'observations enracinées dans les cultures autochtones.
  3. Micmac numérique aide à créer un programme d'innovation plus inclusif en combinant la science, la culture, l'éducation et les compétences numériques dans des programmes destinés aux jeunes autochtones.
  4. Il y a des idées préconçues sur les peuples autochtones dans la science. (Par exemple, Evan Syliboy est un ingénieur qui crée des programmes pour Digital Mi'kmaq.) Être inclusif signifie uniformiser les règles du jeu pour les étudiants autochtones.
  5. Le droit autochtone tel qu'il est enseigné à la faculté de droit est vraiment le droit canadien tel qu'il s'applique aux peuples autochtones. Ce n'est pas une loi autochtone et elle n'inclut pas les pédagogies autochtones.

Actes:

  1. Pour bien comprendre et mettre en œuvre l'inclusion, les Canadiens doivent comprendre l'histoire autochtone. Commencez par lire le INSTITUTIONNELS produit par la Commission de vérité et réconciliation du Canada.
  2. Dans les écoles, soyez conscient de l'identité des gens. À quoi ressemble un Mi'kmaq dans les plans de cours? Créer un programme pour répondre aux besoins des élèves. Célébrez les erreurs et ayez un état d'esprit de croissance. Honorez le passé.
  3. Tenez compte de ce que les élèves viennent avec : certains viennent de foyers sans ordinateur ni Wi-Fi, et peuvent avoir des parents sans diplôme d'études secondaires.
  4. Tendre la main aux peuples autochtones. Allez dans leurs communautés et apprenez à les connaître. Découvrez comment, à bien des égards, nous sommes pareils.
  5. Allez au-delà de l'inclusion des voix/visages autochtones. Les coutumes et les connaissances autochtones doivent être incluses dans les pédagogies et les politiques.