Questions assez grandes

Publié le: avril 2020Catégories: Réponse à la COVID-19, Éditoriaux, Impacts sociauxMots clés:

Auteurs):

Peggy Schmeiser

Johnson Shoyama Graduate School of Public Policy, Université de la Saskatchewan

Maître assistant

Jennifer Poudrier

Université de la Saskatchewan

Professeur agrégé, Sociologie

doyen Chapman

Université de la Saskatchewan

Professeur, Anatomie et biologie cellulaire, Imagerie médicale

Anne Ballantine

Université de la Saskatchewan

Agente de planification et de facilitation de la recherche stratégique

Karen Bois

Université de la Saskatchewan

Membre adjoint du corps professoral, Sociologie

Joëlena Chef

Université de la Saskatchewan

Peggy Schmeiser, Jennifer Poudrier, Dean Chapman, Anne Ballantyne, Karen Wood et Joelena Leader

Il y a de nombreuses années, des membres de notre équipe de recherche étaient assis dans un jardin avec la Dre Rosemary Ommer, une universitaire admirée pour son approche multidisciplinaire novatrice de la recherche. Nous étions en train d'entreprendre notre propre étude sur les modèles politiques et institutionnels et les obstacles à la collaboration au sein de l'académie lorsque l'un d'entre nous, un scientifique synchrotron, a admis qu'avant le projet actuel, il n'avait jamais pensé à poursuivre des recherches avec quiconque des sciences sociales ou humaines. Le Dr Ommer a fait une pause et a ensuite répondu que c'était simplement parce qu'il n'avait pas encore posé une question assez importante.

Alors que nous traversons cette pandémie de COVID-19 - en tant que prestataires de soins de santé, techniciens de laboratoire, universitaires et professionnels travaillant à domicile, parmi tant d'autres - nous, qui nous engageons dans la recherche, nous demandons quelles contributions nous pourrions apporter pour relever ce défi sans précédent. . S'il y a une chose que cette crise montre, c'est qu'il y a une complexité dans ces problèmes épineux (pour reprendre l'expression de Horst Rittel et Melvin Webber en 1973 (1)) qui exige toute notre attention. Tous les aspects de nos vies sont touchés – santé, éducation, économie, transport, divertissement, sécurité alimentaire, travail, commerce, communications, entrepreneuriat, culture, logement, loisirs, et la liste continue. Comme Bruno Latour (2) nous l'a appris, nature et sciences sont indissociables et irrévocablement imbriquées dans notre monde social, nos vies et les interactions au sein de nos environnements.

Ce qui soulève des questions, ou devrait soulever des questions, sur la façon dont nous menons nos recherches. Poursuivons-nous nos recherches loin, métaphoriquement et physiquement, des autres chercheurs et producteurs de connaissances ? Supposons-nous pouvoir engendrer le genre de réponses et de preuves qui seront utiles aux gouvernements et aux décideurs de nos points de vue dans des ministères isolés?

Les théoriciens pourraient soutenir que nous sommes devenus une véritable manifestation de la « société du risque » articulée par Ulrich Beck (3). Que nous sommes nécessairement préoccupés par la peur et la sécurité tout en propageant de manière synchrone les dangers qui nous menacent dans cette société devenue expérience. Notre effort collectif pour lutter contre un microbe signifie que des millions de personnes ne peuvent plus payer de loyer, que les enfants ne peuvent pas aller dans les parcs et que de nombreuses procédures médicales sont suspendues. Pendant ce temps, les travailleurs à faible revenu, y compris les caissiers d'épicerie, le personnel de nettoyage, les caissiers de banque et les puéricultrices qui aident les autres à travailler, sont en première ligne avec les infirmières, les médecins et les épidémiologistes dans cette soi-disant guerre. Ils maintiennent nos communautés et nos vies ensemble. Peut-être qu'ils l'ont toujours fait, mais ce sont des temps sans précédent sans place pour la perception comme d'habitude. Nous vivons la société, la nature et notre place en son sein, différemment. Pour ceux qui voient un jour leur vie et leurs activités intellectuelles revenir à la normale (quoi que cela signifie…), il sera difficile (oserons-nous dire, irresponsable ?) de perpétuer plus longtemps les dichotomies présumées, démystifiées par Emily Martin et Bruno Latour, entre scientifiques connaissances, nos laboratoires et la société (4).

Lorsque nous avons poursuivi notre étude sur la collaboration universitaire et scientifique, il était clair que divers chercheurs étaient intéressés à travailler ensemble. Des catalyseurs tels que le financement public ont été identifiés et, heureusement, les gouvernements reconnaissent de plus en plus la nécessité d'approches interdisciplinaires, comme en témoignent les appels à propositions de recherche liés à la COVID-19. Mais ce qui est encore évident alors que notre équipe se lance dans une enquête de suivi sur les succès et les échecs de la recherche sur la «convergence» - le type de recherche qui couvre authentiquement les disciplines afin de répondre aux défis mondiaux à grande échelle - c'est que l'académie et les chercheurs sont souvent mal équipés pour penser et collaborer à des échelles suffisamment larges pour être vraiment efficaces et pertinents.

Le milieu universitaire et la société célèbrent certains modes d'enquête et ce qui pourrait être perçu comme des résultats plus applicables. Pendant ce temps, les perspectives théoriques et expérientielles de beaucoup sont réduites au silence. Les voix marginalisées de la majorité - celles qui sont touchées par les intersections du sexe, de l'âge, du statut d'Autochtone, de la langue, de la perte d'emploi, de la structure familiale, de la capacité physique - nous tous, à l'intérieur et à l'extérieur de l'académie, avons beaucoup à dire sur les inégalités et les injustices qui sont mis à l'écart ou se nourrissent de crises comme cette infection mondiale. Le monde a besoin de savoir, et peut raisonnablement s'attendre à ce que ceux qui ont la chance de disposer de temps, d'emplois financés par des fonds publics, de capacités de recherche et, oui, de liberté académique, utilisent nos ressources pour trouver des solutions globales à nos innombrables défis complexes. Maintenant que nous voyons, comme l'observe Donna Haraway (5), que la nature, la science et la société sont inextricablement imbriquées, nous devons reconnaître cette hybridité et y répondre.

Dans la communauté de la recherche, sommes-nous assez audacieux pour travailler et apprendre ensemble afin d'identifier collectivement les priorités à prendre en considération ? Sommes-nous prêts à risquer de rendre visibles les limites de nos perspectives disciplinaires et d'adopter de nouvelles méthodes qui permettent de nouvelles façons de penser et permettent à nos communautés de recherche de soutenir les délibérations publiques sur des politiques scientifiques et sociales efficaces qui ont jusqu'à présent échappé à nos poursuites isolées ? Pouvons-nous rassurer les Canadiens que nous les soutenons et que de grands esprits dotés de ressources privilégiées travailleront ensemble pour les soutenir à travers cette crise de la COVID-19 ainsi que d'autres, y compris les conflits mondiaux, l'insécurité alimentaire et hydrique, les changements climatiques et les inégalités sociales ?

Assez grandes questions en effet.

(Les contributeurs à cet éditorial collaborent actuellement à un projet de recherche visant à examiner la capacité de recherche, les modèles et les obstacles pour relever les défis mondiaux à grande échelle comme le COVID-19 dans les principales installations de recherche et les établissements universitaires associés au Canada. Le projet est dirigé par le Center for the Study of Science and Innovation Policy de la Johnson Shoyama Graduate School of Public Policy et est financé par le Sylvia Fedoruk Canadian Centre for Nuclear Innovation.)

Notes:
(1) Voir Horst WJ Rittel et Melvin M. Webber, « Dilemmas in a General Theory of Planning », Policy Sciences 4 (1973) : 155-169.
(2) Voir Bruno Latour, We Have Never Been Modern, (Cambridge, Harvard University Press, 1993)
(3) Voir Ulrich Beck, Risk Society: Towards a New Modernity, (Londres et New York, Sage, 1992)
(4) Voir Emily Martin, « Anthropologie et étude culturelle de la science », Science, technologie et valeurs humaines 23, no. 1. (1998) : 24-44 et Bruno Latour, La science en action : comment suivre les scientifiques et les ingénieurs à travers la société, (Cambridge, Harvard University Press, 1987).
(5) Voir Donna Haraway, « A Cyborg Manifesto : Science, Technology, and Socialist Feminism in the Late Twentieth Century », In Simians, Cyborgs and Women : The Reinvention of Nature, (New York ; Routledge, 1991) : 149-181 et Donna Haraway, «Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective», Feminist Studies 14, no. 3 (1988): 575–599.