L'EDI à tous les niveaux : inégalités et sous-représentation dans les STIM

Auteurs):

Emma Anderson

Échange scientifique et politique

Coordonnatrice du forum public

Génie des bioressources à l'Université McGill

Candidat à la maîtrise

Kaitlyn Easson

Échange scientifique et politique

Vice-présidente relations avec les membres

Programme intégré en neurosciences à l'Université McGill

Doctorant

Kaitlin Kharas

Réseau de politique scientifique de Toronto

Trésorier

Médecine de laboratoire et pathobiologie à l'Université de Toronto

Doctorant

Jina Koum

Réseau de politique scientifique de Toronto

Bénévolat

Université Western

Titulaire d'un doctorat

Catherine Cimon Paquet

Échange scientifique et politique

Bénévolat

Psychologie à l'Université du Québec à Montréal (UQAM)

Doctorant

*Tous les auteurs ont contribué de manière égale 

En tant que membres de deux organisations de politique scientifique dirigées par des étudiants, Échange scientifique et politique et les terres parsemées de Réseau de politique scientifique de Toronto, nous nous sommes réunis pour réfléchir à l'état actuel de l'équité, de la diversité et de l'inclusion dans la recherche et l'éducation STEM, et aux changements systémiques nécessaires pour apporter des améliorations significatives.

Diversité en STEM

Les Noirs, les Autochtones et les personnes de couleur (BIPOC), les femmes et d'autres groupes marginalisés continuent d'être sous-représentés dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM), ainsi que dans les postes de direction au sein du milieu universitaire et de l'industrie. Ce problème peut être présenté comme un parcours d'obstacles en verre cela crée d'autres obstacles à l'inclusion à des niveaux successifs de la trajectoire de carrière STEM, de l'éducation de la petite enfance aux promotions de carrière. Dans le milieu universitaire, par exemple, les femmes ne représentent que 12 % des professeurs à temps plein en STIM au Canada, Sont Moins payé, et obtenir moins postes de professeur principal et de direction. De même, la sous-représentation et les disparités salariales existent pour les professeurs autochtones, noirs et de diverses races. Tout en examinant les moyens de surmonter les obstacles structurels à l'inclusion et à la diversité dans le milieu universitaire, il est crucial de centrer les discussions sur l'intersectionnalité. Les structures systémiques peuvent créer de plus grandes inégalités pour les personnes ayant de multiples identités marginalisées et, en fin de compte, affecter différemment plusieurs groupes sous-représentés ; par exemple, les femmes BIPOC sont confrontées plus de pouvoir et des disparités salariales que les femmes blanches, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du milieu universitaire.

Une plus grande diversité et l'équité salariale dans les STEM sont essentielles pour soutenir une société inclusive et équitable. Au-delà de l'égalité des chances, une plus grande diversité peut conduire à meilleure prise de décision et résolution de problèmes, créativité et innovation accrues et préjugés réduits. Comme le souligne le CRSNG, « Le plus grand potentiel du Canada ne peut être réalisé que lorsque tout le monde est bien accueilli dans le laboratoire, la salle de classe et le terrain. Nous bénéficions tous du large éventail de perspectives et de talents qui améliorent notre recherche et notre société… Le Canada ne peut pas se permettre de laisser les talents de côté. »

Cependant, même si les initiatives actuelles en matière d'équité, de diversité et d'inclusion (IDE) du gouvernement fédéral, comme la Plan d'action EDI des trois organismes et les terres parsemées de Programme pilote Dimensions, ainsi que les plans d'action EDI institutionnels, sont des étapes positives vers l'amélioration de l'EDI dans les STEM, ils ne s'attaquent souvent pas aux racines de l'inégalité. À savoir, ces initiatives ne s'attaquent pas aux inégalités généralisées et systémiques enracinées dans la culture universitaire. De plus, la portée de ces initiatives fédérales et institutionnelles se concentre uniquement sur la recherche au niveau des cycles supérieurs et du corps professoral dans les établissements postsecondaires. À ce titre, ils ne s'attaquent pas aux inégalités vécues par les élèves des groupes sous-représentés aux premières étapes de leur formation tout au long de l'école primaire, lycéeet une étudiant programmes, ce qui peut aliéner ou empêcher ces étudiants de poursuivre leurs études en STEM.

Considérations relatives aux politiques EDI 

Pour surmonter ces défis, les initiatives et les politiques de l'EDI doivent cibler des changements structurels systémiques pour affronter les obstacles répandus et culturellement enracinés à la participation diversifiée aux STEM. Au niveau universitaire, l'évaluation du financement et de l'avancement professionnel récompense de manière disproportionnée les dossiers de publication à toutes les étapes de la recherche universitaire, renforçant ainsi l'«publier ou périr" culture. À l'intérieur et à l'extérieur du milieu universitaire, d'autres contributions significatives sont souvent négligées, telles que la sensibilisation de la communauté, le mentorat et l'enseignement, et le travail de service, y compris le service aux comités EDI et la jonglerie d'emploi pendant les études. Cela est particulièrement préoccupant étant donné que les femmes et les professeurs racialisés déclarent avoir augmenté Mentorat et activités de services, ce qui laisse moins de temps pour la recherche et la rédaction de demandes de subvention, ce qui se fait souvent au détriment de l'équilibre travail-vie personnelle. Cibler la culture compétitive de publication ou de disparition améliorera l'équité dans l'accès au financement et l'avancement professionnel et favorisera un équilibre travail-vie personnelle au sein du milieu universitaire où tout le monde peut s'épanouir, pas seulement ceux qui occupent des postes privilégiés.

De plus, les politiques actuelles de l'EDI ne mettent pas suffisamment l'accent sur l'ensemble de la trajectoire académique d'un individu, ne tenant pas compte de la façon dont le succès à chaque étape de carrière est essentiel pour réussir dans la suivante. Il peut être avantageux d'adopter une perspective développementale, dans laquelle nous considérons que le manque de diversité dans les STEM peut résulter de nombreuses barrières systémiques qui apparaissent pendant l'enfance et non seulement persistent, mais s'additionnent avec le temps. En fait, les premières expériences de la vie sont cruciales pour que les individus développent une image de soi académique positive quant à leur capacité à devenir des scientifiques. Grâce à des cascades de développement, des expériences positives avec les concepts STEM et la diversité des chercheurs STEM pendant l'enfance peuvent faire boule de neige et avoir des effets durables sur le désir de poursuivre une carrière STEM.

Solutions et politiques possibles 

Il existe diverses approches que les établissements universitaires peuvent adopter pour soutenir divers stagiaires STEM de tous âges. Cela pourrait commencer par réinventer la façon dont les STEM sont enseignés en classe, ce qui se fait généralement dans une perspective eurocentrique centrée de manière disproportionnée sur les contributions des hommes scientifiques occidentaux. Cette approche peut aliéner les étudiants en STEM issus de divers horizons et les décourager de poursuivre leurs études en STEM. Comme indiqué dans Science & Policy Exchange récemment publié note de politique, l'inclusion des modes de connaissance autochtones dans les programmes d'études élémentaires et secondaires publics, élaborés en consultation avec des dirigeants et des scientifiques autochtones, peut créer une éducation STEM plus inclusive pour les apprenants autochtones. Une approche similaire de la réforme de l'éducation peut être appliquée pour inclure d'autres formes de connaissances non eurocentriques et présenter des représentations de divers scientifiques et leurs contributions à tous les niveaux de l'éducation.

Mentorat, en particulier mentorat adapté à la culture, est bénéfique pour les étudiants STEM issus de groupes sous-représentés lorsque développer leur identité scientifique. Des efforts doivent être faits pour offrir des opportunités de mentorat à tous les niveaux de la formation STEM. Aux niveaux primaire et secondaire, cela pourrait inclure un soutien financier gouvernemental pour les programmes de mentorat STEM existants gérés par des organisations non gouvernementales pour les jeunes des groupes sous-représentés, y compris Noir et Autochtones jeunesse et les filles et les jeunes des minorités de genre. Aux niveaux du premier cycle et des cycles supérieurs, les établissements pourraient soutenir financièrement et logistiquement des options au-delà des mentorats individuels professeur-étudiant traditionnels qui reposent de manière disproportionnée sur le travail de service des professeurs des groupes sous-représentés. Cela pourrait inclure des réseaux de mentors interinstitutionnels, des événements de réseautage d'anciens élèves pour les groupes sous-représentés et mentorat proche des pairs programmes.

La redéfinition de l'excellence en recherche est également cruciale pour remédier aux inégalités auxquelles sont confrontés les scientifiques dans la recherche et le milieu universitaire en ce qui concerne l'avancement professionnel et l'obtention de fonds de recherche. Une récente publication par le Toronto Science Policy Network souligne que la définition actuelle de l'excellence dans les concours fédéraux canadiens de bourses d'études met l'accent sur la productivité de la recherche et les réalisations universitaires de premier cycle. Cependant, les étudiants appartenant à des groupes sous-représentés, en particulier ceux issus de milieux à faible revenu, sont souvent incapable de saisir des opportunités de recherche peu ou non rémunérées pendant leurs études de premier cycle et peuvent avoir besoin de jongler entre l'école et un emploi à temps partiel dans des secteurs en dehors de leur domaine d'études afin de soutenir financièrement leurs études. L'excellence doit être redéfinie pour soutenir des candidats bien équilibrés et valoriser les réalisations significatives dans de vastes domaines. Pour les bourses, une pondération égale doit être accordée à l'excellence académique, à la capacité de recherche et aux caractéristiques personnelles, y compris la direction. Pour les demandes de subvention, un large éventail de critères, y compris l'enseignement, le mentorat, l'esprit d'entreprise, la vulgarisation scientifique et l'impact sociétal, doit être considéré.

Les obstacles à l'EDI dans les STEM sont systémiques, perpétués par les composantes structurelles de l'enseignement des STEM, les critères d'évaluation pour le financement et la progression de carrière, et la culture universitaire. Des initiatives sont nécessaires à différents niveaux pour aborder ces nombreux éléments complexes et interdépendants. Alors que les institutions et les organisations gouvernementales s'efforcent d'apporter ces changements, les voix des étudiants diplômés et des chercheurs en début de carrière ne doivent pas être oubliées. En tant que membres de Science & Policy Exchange et du Toronto Science Policy Network, nous avons constaté de première main l'importance de la voix des étudiants individuels et des groupes dirigés par des étudiants dans la défense de l'IDE. Les institutions et les organisations gouvernementales devraient donner aux étudiants et aux chercheurs en début de carrière une place à la table lors de la création de politiques et d'initiatives EDI afin d'apprendre des perspectives uniques de la prochaine génération de dirigeants STEM et de faire véritablement des STEM un monde plus diversifié, inclusif et équitable. communauté pour tous.