L'Arctique à une époque en mutation : Résumé des perspectives de la politique scientifique

Auteurs):

Anirban Kundu

Université McGill Canada

doctorat Candidat en génie de l'environnement

Au cours de la dernière décennie, la recherche dans l'Arctique a mis en évidence les principaux moteurs du changement climatique. Ceci comprend dégel et dégel brutal du pergélisol, transformations biogéochimiques du pergélisol à médiation microbienne, libération de gaz à effet de serre, interdépendances de la perte de végétation et de la fonte des couvertures de glace et plus encore, ce qui entraîne des impacts environnementaux et socio-économiques à long terme et des effets négatifs sur les communautés du Nord. La recherche dans l'Arctique est importante pour résoudre la gamme des facteurs environnementaux, géographiques et climatiques qui régissent les mécanismes ci-dessus. De plus, face à la pandémie mondiale de COVID-19, des politiques scientifiques solides sont nécessaires pour stimuler l'innovation et la recherche dans des environnements aussi extrêmes afin i) d'améliorer la compréhension mécaniste des événements à l'origine du changement climatique, ii) d'améliorer la préparation aux 4 millions de communautés qui habitent actuellement l'Arctique. Ceci est particulièrement important pour le Canada, étant donné que le pays possède le plus long littoral arctique au monde et connaît un réchauffement à des niveaux 3 fois plus élevés que la moyenne mondiale. Le Programme des Nations Unies pour l'environnement Évaluation de la réponse rapide identifie les infrastructures communautaires, les enquêtes sur le terrain, les caractérisations quantitatives, la mobilité des contaminants, le renforcement des capacités et la diffusion des connaissances comme pivots vers des politiques plus efficaces sur le pergélisol. 

Schéma 1. Répartition des cas confirmés de COVID-19 dans l'Arctique (Source : Centre ARCTIC, UNI)

En août 2022, 2.5 millions de cas confirmés de COVID-19 ont été signalés dans l'Arctique (schéma 1), et les cas continuent d'augmenter. Une infrastructure médiocre, l'éloignement et moins d'options de santé (par rapport au continent) augmentent la vulnérabilité de l'Arctique à l'infection par le SRAS-CoV-2. La pandémie devrait se poursuivre, entraîné par des variantes avec une transmissibilité et une létalité variables. Du point de vue de la recherche arctique, la « nouvelle normalité » présente des défis importants pour reprendre les activités scientifiques sur place, avec une attention particulière à la prévention de la transmission des variantes du SRAS-CoV-2 du continent aux communautés éloignées de l'Arctique. Des politiques solides sont nécessaires pour relever ce défi afin de poursuivre la recherche sur le pergélisol avec un minimum d'impacts sur la santé et l'environnement des communautés. Certains pilotes incluent :

  1. Voyage réglementé – Bien que les déplacements soient importants pour la recherche sur place, ils doivent être effectués conformément aux mandats établis et aux lignes directrices établies par des organismes directeurs tels que CDC (États-Unis), The Section des sciences de l'Arctique Atténuation du COVID-19 (NSF, États-Unis), Institut de recherche du Nunavut (Canada), pour n'en nommer que quelques-uns. Ces mandats établissent des mesures préventives et limitent la possibilité d'une éclosion virale dans les stations de recherche et les unités d'observation éloignées. De plus, il est nécessaire de suivre les bonnes pratiques (distanciation sociale stricte, tests de diagnostic COVID-19, planification préalable d'un plan de quarantaine, protocoles de voyage, port de masques, etc.). 
  2. Science citoyenne, inclusivité et collaboration – L'Arctique abrite plus de 40 peuples autochtones, et l'inclusion des perspectives autochtones est essentielle pour la poursuite des partenariats de recherche. Cela présente la possibilité d'initier des collaborations entre les scientifiques et les communautés autochtones pour des études sur place et la collecte de données tout en maintenant les protocoles de protection contre la COVID-19. De plus, les connaissances autochtones devraient être intégrées aux portefeuilles d'études sur les changements climatiques existants, en améliorant la compréhension des facteurs écologiques et naturels à l'origine du réchauffement de l'Arctique et en incluant les voix autochtones lors de l'élaboration des plans de résilience. Par exemple, Le projet Arctic Bears a regroupé > 5000 2800 volontaires pour analyser le comportement de > XNUMX XNUMX ours (polaires, grizzlis, noirs) et évaluer les habitats des ours, l'interaction avec la toundra arctique et la diversité des espèces dans l'Arctique en évolution. D'autres initiatives de science ouverte telles que Arctique intelligent encourager la participation des Autochtones à la collecte de données sur la santé, la science et l'éducation à l'usage des centres de recherche. 
  3. Préparation à une pandémie et mobilisation des connaissances – Comme le reste du monde, les pandémies ont eu des effets dévastateurs sur l'Arctique, le pire étant la grippe espagnole. Cependant, à l'heure actuelle, la propension à la propagation de la pandémie est plus grande, avec une augmentation des voyages, de l'exploration, de la recherche et des activités de collaboration. Groupe de travail sur le développement durable (SDWG) du Conseil de l'Arctique, dirigé par les États membres du Canada, des États-Unis, de la Finlande et de la Norvège, vise à aborder des thèmes clés tels que l'impact différentiel des mesures de santé publique et les expériences associées des communautés du Nord, l'inclusion des connaissances locales dans les mesures de santé publique, les stratégies d'adaptation et d'adaptation, les futurs apprentissages pour une gestion plus résiliente de la santé publique. Cela tombe à point nommé, compte tenu une étude 2020 ont constaté que les populations autochtones s'en tirent moins bien que les populations non autochtones pour plusieurs indicateurs de santé (par exemple, l'obésité, l'espérance de vie à la naissance, le taux de mortalité infantile, le taux de suicide, les taux d'incidence de la tuberculose et du cancer, etc.). Cela indique la nécessité i) d'une surveillance efficace de la santé des groupes autochtones, ii) d'un partage des connaissances et d'une collecte de données plus robustes concernant les variantes du SRAS-CoV-2 et iii) d'adapter les données aux modèles épidémiologiques pour prédire la prévalence de l'infection.
  4. Diplomatie scientifique – Le 11 mai 2017, 8 États arctiques ont signé la Accord scientifique arctique en tant que plate-forme de coopération internationale pour la recherche scientifique et le développement dans l'Arctique. Dans un article paru dans Science, le Dr Paul Berkman et ses collègues identifient des voies telles que i) une plus grande mobilité scientifique, ii) des infrastructures, iii) l'intégration des connaissances en sciences locales et naturelles, iv) la recherche et l'éducation pour identifier les contraintes, les méthodologies pour étudier ces contraintes. , favorisant ainsi la résilience à long terme - un objectif global de la mise en œuvre de l'Accord. À la lumière du COVID-19 (et des tensions géopolitiques émergentes), les États membres doivent mettre de côté les différences politiques et se rassembler pour se concentrer sur la recherche scientifique en ingénierie du pergélisol. Certaines questions urgentes à considérer pour estimer l'impact des phénomènes physiques et biologiques sur la flore et la faune de l'Arctique et les moyens de subsistance des communautés du Nord comprennent le dégel du pergélisol et les émissions de gaz à effet de serre, la formation de thermokarst, les transformations microbiennes dans le pergélisol dégel, l'émergence d'espèces envahissantes, la physiologie du sol. caractéristiques chimiques, formation et propagation des aérosols, chimie de l'ozone, etc. 

Schéma 2. Forces et moteurs des politiques scientifiques de l'Arctique 

L'Arctique se réchauffe 4 fois plus vite que le taux mondial. Cela entraîne des risques tels que le dégel brutal du pergélisol, la perte d'infrastructures, des effets néfastes sur la flore et la faune, etc. Alors que la communauté scientifique tente collectivement de faire face à ces risques grâce à des stratégies d'évaluation des risques plus éclairées, la pandémie mondiale et les tensions géopolitiques actuelles appellent à une planification plus planifiée. et des stratégies résilientes pour poursuivre la science arctique de manière sûre et durable, et en collaboration avec les parties prenantes.