La révolution de la fabrication - Transformer la technologie en valeur

Une bannière avec le titre "La révolution manufacturière - Transformer la technologie en valeur" à côté d'un parc industriel stylisé et d'un portrait d'un homme blanc plus âgé

Auteurs):

Jayson Myers

Fabrication de prochaine génération Canada

Directeur Général

Association des Manufacturiers et Exportateurs du Canada (MEQ)

Ancien PDG

Le secteur de la fabrication évolue rapidement au Canada et dans le monde. Les clients s'attendent à des produits et services plus personnalisés, et souvent hautement personnalisés, qui sont fournis de manière fiable en plus petits volumes selon les besoins et à faible coût. Les parties prenantes, les gouvernements et les investisseurs sont de plus en plus exigeants, en particulier en matière de durabilité environnementale, de responsabilité sociale et de pratiques de gouvernance sur le lieu de travail et d'entreprise. 

Les pénuries de main-d'œuvre et de compétences sont généralisées et de plus en plus prononcées – un quart de la main-d'œuvre manufacturière du Canada prendra sa retraite d'ici 2030, tandis que les employés de moins de 30 ans ne représentent actuellement que XNUMX % des travailleurs du secteur. Les chaînes d'approvisionnement mondiales sont perturbées par les fermetures induites par la pandémie, les goulots d'étranglement logistiques, les tensions commerciales et géopolitiques, les pénuries de pièces essentielles et l'escalade des coûts de production. La concurrence intense fait baisser les prix pour les producteurs de produits de base à volume élevé. Et le rythme rapide des changements technologiques perturbe les marchés et menace de transformer de nombreux fabricants en producteurs de matières premières, voire de les conduire à la faillite.

Les fabricants doivent naviguer dans un environnement commercial risqué qui est devenu à la fois très volatil, incertain, complexe et ambigu. Mais il existe également des opportunités de croissance pour les entreprises. Les fabricants joueront un rôle central dans la résolution de certains des problèmes les plus urgents au monde en matière de lutte contre le changement climatique et d'amélioration de la durabilité environnementale, de la résilience de la chaîne d'approvisionnement, de la sécurité alimentaire et de l'eau et des soins de santé. Next Generation Manufacturing Canada (NGen), la grappe mondiale d'innovation du Canada pour la fabrication de pointe, vise à s'assurer que le secteur de la fabrication de pointe du Canada tire parti de ces opportunités pour créer des emplois, générer de la croissance économique et offrir des avantages environnementaux, sanitaires et sociaux à tous les Canadiens.

Le rôle de la technologie est essentiel alors que nous nous tournons vers l'avenir. Jamais plus que dans le secteur manufacturier, principal intégrateur de technologies de l'économie. Les technologies numériques permettent aux fabricants de recueillir des informations sur leurs produits, leurs systèmes de production et commerciaux, leurs fournisseurs, leurs clients et leurs partenaires commerciaux comme jamais auparavant. Aujourd'hui, chaque produit ou équipement est potentiellement une plate-forme de données, et les technologies numériques sont utilisées pour connecter les informations recueillies à partir de capteurs intégrés dans des produits et équipements intelligents, à travers les processus de fabrication et les systèmes d'exploitation, les installations et les chaînes d'approvisionnement. Ils relient, encore plus largement, les clients, les investisseurs et les autres parties prenantes directement à «l'atelier» où les produits sont fabriqués.

La connectivité et l'informatique avancée permettent aux entreprises de déployer l'analyse de données et l'intelligence artificielle pour découvrir des problèmes dont elles ignoraient peut-être l'existence dans leurs processus de fabrication complexes ou leurs chaînes d'approvisionnement, automatiser leurs systèmes de production et fournir de nouveaux types de services basés sur les données à leurs clients. En conséquence, les fabricants améliorent la qualité, la rapidité, l'efficacité et la résilience de leurs opérations, réduisent les coûts et développent de nouvelles façons de créer de la valeur client, de nouveaux modèles commerciaux et de nouvelles sources de revenus qui les distinguent de leurs concurrents.

La numérisation permet également aux fabricants – et aux chercheurs – de mieux comprendre la science de la fabrication. De la génomique et des sciences moléculaires à la chimie des matériaux et à l'interaction physique des matériaux et des équipements, les technologies numériques ont permis des avancées rapides dans des domaines allant de la biofabrication, de la nanofabrication, de la fabrication additive et de l'électronique à des secteurs plus traditionnels mais très innovants comme les métaux spécialisés et d'autres matériaux de structure. , la fabrication de métaux, l'informatique textile, la transformation des aliments et des ressources, les dispositifs médicaux, les machines et équipements intelligents, les avions, les trains et, bien sûr, les automobiles. Notre transition vers une économie nette zéro ne sera possible que si nous utilisons des capacités numériques avancées pour relever les défis stratégiques de l'innovation qui font obstacle aux chaînes de valeur durables des véhicules électriques, à la décarbonation industrielle généralisée et à la fabrication circulaire.

C'est la théorie. La façon dont nous traduisons réellement les technologies avancées en solutions que les fabricants sont capables de gérer, d'acheter et de créer de la valeur est un processus beaucoup plus difficile. Il faut beaucoup de connaissances scientifiques, d'expertise en ingénierie et d'expérimentation pour prendre un prototype ou une technologie qui fonctionne en laboratoire ou même en production à petite échelle et l'appliquer dans un environnement de production à grande échelle.

Mais il faut plus que cela. Il faut un leadership stratégique pour repenser ce qu'est une entreprise de fabrication - pas simplement sortir un produit mais offrir une solution aux clients et aux clients des clients. Un leadership qui positionne les fabricants dans un espace concurrentiel qui leur permet de tirer parti des opportunités commerciales et leur permet d'identifier et d'atténuer les risques commerciaux. Un leadership qui voit la nécessité du changement, non seulement pour suivre la technologie, mais pour différencier une entreprise de celle de ses concurrents. Étant donné que seulement XNUMX % environ des fabricants canadiens entreprennent régulièrement une quelconque forme d'analyse comparative de la concurrence, il semble que nous ayons encore beaucoup de chemin à faire.

Il faut également se concentrer sur l'excellence des processus - et également sur les processus de production, commerciaux et de chaîne d'approvisionnement. Plus de 80 % des fabricants canadiens déclarent avoir investi dans au moins une technologie de pointe au cours des trois dernières années, mais moins de la moitié déclarent avoir atteint leurs objectifs commerciaux. À l'échelle mondiale, le record de transformations numériques réussies dans le secteur manufacturier est inférieur à 25 %. Pourquoi? Le problème vient généralement du fait que les objectifs commerciaux ne sont pas clairs. Les processus critiques ne sont pas bien définis. Les entreprises n'ont pas toujours une bonne idée des processus qui ajoutent de la valeur, des déchets sans valeur ajoutée et de ce qui doit être amélioré en premier lieu. Et la mise en œuvre de la technologie est généralement laissée aux techniciens plutôt qu'au côté commercial de l'entreprise.

Sans une idée claire de ce qui doit être amélioré, le déploiement de la technologie devient rapidement une affaire trop compliquée et coûteuse, créant généralement plus de problèmes qu'elle n'en résout et dépassant largement le budget. Cela est particulièrement vrai lorsque les entreprises cherchent simplement à remplacer les façons de faire existantes par des solutions numériques. Cela n'a aucun sens d'utiliser un nouvel outil suralimenté pour faire des choses pour lesquelles de nombreuses entreprises sont plutôt bonnes de toute façon.

Tous ces problèmes sont aggravés si les entreprises ne disposent pas des systèmes d'information ou des compétences nécessaires pour gérer avec succès les technologies numériques. Ce n'est pas seulement que les fabricants canadiens sont culturellement plus réfractaires au risque lorsqu'il s'agit d'adopter la technologie. Il y a de bonnes raisons pour que les entreprises – les plus petites en particulier, qui représentent 95 % du secteur manufacturier canadien – soient prudentes. Montrez-moi que ça marche. Montrez-moi que cela aidera mon entreprise. Montrez-moi que je vais récupérer mon investissement. Aidez-moi à me préparer.

C'est là que la collaboration entre en jeu. En ce qui concerne les défis liés à l'adoption de la technologie, la plupart sont communs à tous les secteurs de la fabrication, bien que la plupart des entreprises semblent essayer de les résoudre par elles-mêmes. Les entreprises ont beaucoup à gagner en partageant les meilleures pratiques (ou les leçons apprises). Travailler ensemble et mettre en commun les données peut aider les petites entreprises, et bien d'autres aussi, à réaliser des choses qu'elles ne pourraient tout simplement pas réaliser seules. Cela est particulièrement évident lorsqu'il s'agit de créer des solutions technologiques personnalisées pour les fabricants. Les solutions prêtes à l'emploi exactes et correctes sont difficiles à trouver. Les solutions réalisables nécessitent généralement l'intégration d'un certain nombre de technologies et de processus de fabrication. La collaboration est essentielle pour bâtir au Canada des capacités de fabrication de pointe de calibre mondial et créer de nouvelles solutions technologiques qui peuvent mener à une croissance commerciale exponentielle. 

La science et la technologie recèlent un grand potentiel pour l'avenir du secteur manufacturier canadien. Notre expérience chez NGen nous a cependant appris que des outils, aussi avancés soient-ils, ne suffisent pas à assurer un secteur manufacturier économiquement ou environnementalement durable. Il faut du leadership, de la collaboration, l'excellence des processus et surtout des gens talentueux pour bâtir la fabrication de prochaine génération - au Canada, partout.