Le continuum canadien de la recherche à la création d'emplois et de richesse

Auteurs):

Dr Mark Poznanski

Broche

Conseillère principale

Poznanski

Le gouvernement canadien, depuis maintenant plusieurs décennies, parle de création d'emplois et de richesse par l'innovation, d'assurer un avenir fondé sur des industries de nouvelle génération développées à partir de la science et de nouvelles connaissances. Bien que nos antécédents en recherche soient louables, nos succès en matière de commercialisation ont été, au mieux, médiocres. La folie est souvent définie comme le fait de répéter une tâche encore et encore et d'attendre un résultat différent. Quelque chose doit changer si nous voulons renverser la vapeur.

Mais cela ne se fera sûrement pas en soutenant des forums politiques, en produisant des rapports bien documentés et bien écrits sur la recherche, l'innovation ou le développement économique. Cela ne se fera pas non plus grâce aux généreux investissements du gouvernement fédéral dans les super grappes, en fournissant des fonds de capital de risque à la BDC ou à d'autres fonds de fonds de capital de risque ou même en doublant les budgets essentiels des organismes subventionnaires nationaux.

Nous devons créer un examen systématique continu des politiques et des programmes de financement tout au long du « spectre ou continuum de l'innovation » et nous assurer en permanence que les éléments clés ne passent pas entre les mailles du filet.

J'utilise l'analogie d'une chaîne liée où les maillons sont des composants individuels du continuum d'innovation et la notion que la chaîne n'est aussi forte que le maillon le plus faible. Cela est essentiel dans le contexte canadien si l'on veut que le Programme d'innovation réussisse.

Le lien:

  1. Institutions académiques solides basées sur la recherche

  2. Soutien gouvernemental efficace à la recherche

  3. Protection et gestion solides de la propriété intellectuelle (PI)

  4. Mécanismes de transfert de technologie efficaces et gratifiants

  5. Financement de preuve de principe

  6. Financement de démarrage et de démarrage providentiel

  7. Des gestionnaires et des entrepreneurs efficaces pour stimuler les entreprises en démarrage

  8. Capital-risque et financement de suivi

  9. Récepteurs corporatifs (pour permettre à certaines technologies de rester au Canada)

  10. Processus d'approvisionnement publics et privés favorisant les produits canadiens

Partant de l'axiome voulant que le processus ne soit « plus solide que le maillon le plus faible », il est essentiel que les politiques et les programmes gouvernementaux accordent une attention particulière à chacune des composantes critiques du continuum recherche/innovation.

Le capital-risque ne sera pas attiré si nous n'avons pas d'idées provenant de nos universités qui sont bien protégées par de solides politiques de propriété intellectuelle. Les entreprises ne survivront pas si nous n'avons pas une gestion entrepreneuriale efficace et elles ne prospéreront pas, du moins au début, si elles ne peuvent pas vendre leurs produits au Canada.

Ma plus grande préoccupation est que même si je crois que le gouvernement du premier ministre Trudeau est clair sur le fait qu'il doit représenter un continuum d'innovation unique et que son programme démontre une volonté d'investir, il peut le faire de manière fragmentée. Soutenir la recherche, l'innovation et la croissance économique en tant que trois entités distinctes est une approche qui finira par se faire au détriment de l'innovation canadienne.