Les politiques de financement de la science pourraient aider à résoudre les problèmes de publication en libre accès

Publié le: novembre 2022Catégories: Éditoriaux de la conférence 2022, Éditoriaux

Auteurs):

Gavin M.Douglas

Université McGill

Chercheur postdoctoral, Département de microbiologie et immunologie

Échange scientifique et politique

Bénévolat

Un portrait d'un homme blanc chauve sur fond gris

L'édition scientifique en libre accès est confrontée à de nombreux problèmes, difficiles à résoudre pour les chercheurs individuels. En revanche, les organismes de financement sont bien placés pour conduire des changements systématiques dans l'édition scientifique, car ils peuvent directement imposer où les bénéficiaires de subventions publient. Si les organismes de financement devaient exiger des auteurs qu'ils publient dans des revues qui n'avaient pas d'incitations déséquilibrées par rapport aux scientifiques, alors de nombreux problèmes liés à la publication en libre accès pourraient être résolus. Mais avant d'approfondir ce point, un tour d'horizon des enjeux de la publication en libre accès s'impose.

Le paysage actuel de l'édition scientifique

Le modèle commercial traditionnel des revues est basé sur les frais d'abonnement. Cela se traduit par des murs payants bloquant les connaissances scientifiques et signifie que de nombreux chercheurs ne peut pas se permettre d'accéder aux articles pertinents. En conséquence, certains organisations et de scientifiques ont fait pression pour que les articles revus par des pairs soient en libre accès (c'est-à-dire disponibles gratuitement, généralement en ligne). Cette approche devient progressivement courante dans l'édition scientifique. Par exemple, en 2015, 45% des articles publiés étaient en libre accès.

Cette augmentation de la publication en libre accès s'est accompagnée de nouveaux mandats de libre accès de la part de nombreux organismes de financement de la science, y compris le Tri-organismes canadiens. Dans ce cas, les chercheurs qui reçoivent un financement des trois organismes (basé sur la version actuelle de la politique, dernière modification le 2016-12-21) ont deux options pour diffuser leurs résultats : soit publier dans une revue en libre accès et/ou télécharger leur travail dans un référentiel en ligne (avec la permission de la revue).

Cette exigence, reprise par de nombreux organismes de financement, pourrait améliorer la diffusion des connaissances scientifiques. Cependant, il ne fait aucun doute que l'augmentation du libre accès a entraîné des changements massifs dans l'industrie de l'édition. Les principaux facteurs déterminants sont les frais de traitement des auteurs, qui sont des frais payés par les auteurs (généralement pour couvrir les pertes de revues dues à des frais d'abonnement manquants) et sont en moyenne 1,626 XNUMX $ US. Ces frais, et le fait que les articles scientifiques peuvent désormais être publiés en ligne avec de faibles frais généraux, signifient que la publication en libre accès peut être extrêmement rentable pour les éditeurs. Cela se traduit par d'importants croissance des revues en libre accès à but lucratif, Y compris un nombre disproportionné de revues prédatrices. Dans ce système, il existe clairement un potentiel de mauvaises incitations inciter les éditeurs en libre accès à but lucratif à se comporter contre les intérêts des scientifiques, qui dépensent des fonds de subvention pour couvrir les frais sous-jacents à leurs modèles commerciaux. Plus précisément, ces éditeurs sont peu incités à avoir des normes éditoriales élevées et sont plutôt incités à maximiser le nombre d'articles acceptés.

                Principaux types de publication scientifique (tels que définis ici)

un tableau des types de politiques de libre accès

Alternatives aux revues traditionnelles

L'énoncé de politique des trois organismes décrit ci-dessus suggère une alternative au paiement des frais de traitement de l'auteur : télécharger les manuscrits vers des référentiels en ligne à la place (souvent appelés « OA vert », voir le tableau ci-dessus). Les référentiels exacts auxquels il est fait référence sont bases de données de la bibliothèque universitaire dans ce cas. Malheureusement, dans de nombreux domaines, il n'est pas courant de télécharger des manuscrits révisés et publiés ailleurs dans ces bases de données. En effet, la plupart des scientifiques ne seraient probablement pas sûrs d'avoir l'autorisation du droit d'auteur pour le faire et, dans de nombreux cas, pourraient ignorer totalement cette option.

Les revues ont des politiques plus claires si les auteurs peuvent publier leur projet de manuscrit en tant que pré-impression. Il s'agit généralement de versions initiales de manuscrits que les scientifiques publient en ligne en même temps qu'ils soumettent leur manuscrit à une revue. Les prépublications peuvent également être publiées sans que les auteurs aient l'intention de publier dans une revue traditionnelle. Communauté de pairs est une organisation à but non lucratif développée par des scientifiques où les prépublications peuvent être révisées (divulgation : j'ai été à la fois un réviseur et un éditeur non rémunéré pour cette organisation). Les prépublications qui réussissent l'examen peuvent éventuellement être publiées dans le cadre du Journal de la communauté des pairs. Ceci est un exemple d'un revue en libre accès sur les diamants (c'est-à-dire gratuit pour les auteurs et les lecteurs). Malgré les avantages évidents de cette option, ces revues ne constituaient que 9% de toutes les publications totales dès 2021.

Le piège du prestige

Alors pourquoi les scientifiques ne publient-ils pas plus fréquemment dans des revues en libre accès sur le diamant ? L'une des principales raisons est la piège de prestige: les scientifiques sont surtout motivés par le prestige perçu d'une revue lorsqu'ils choisissent où soumettre un manuscrit. Cela souvent l'emporte sur tous les frais de traitement de l'auteur. Et pour cause : de nombreux scientifiques pensent que leur avancement professionnel est le plus dépendant de l'endroit où ils publient. Ainsi, il y a un piège : les revues en libre accès diamant ne deviendront prestigieuses que lorsque de nombreux scientifiques commenceront à y publier, mais les scientifiques ne commenceront à y publier que lorsque ces revues seront considérées comme prestigieuses.

Une solution possible

La publication dans ces revues pourrait être normalisée si les organismes de financement ont exigé que les bénéficiaires de subventions publient dans des revues en libre accès sur les diamants. Ce serait controversé, et il y a plusieurs critiques prévisibles

Premièrement, les scientifiques canadiens seraient moins compétitifs pour les subventions internationales et la reconnaissance mondiale. Dans une certaine mesure, cela serait vrai, mais pourrait être partiellement atténué si le processus était transparent. En d'autres termes, il pourrait être clairement établi que les modèles de publication signalés étaient le résultat d'un mandat d'organismes de financement plutôt que de refléter la qualité du travail des scientifiques canadiens.

Cela soulève alors une autre critique : comment évaluerions-nous les scientifiques et leurs travaux ? C'est moins un problème qu'il n'y paraît, car les normes actuelles d'évaluation des scientifiques sont déjà souvent critiqué. La communauté scientifique peut certainement développer des normes d'évaluation améliorées qui ne dépendent pas des revues à but lucratif. De plus, si les revues en libre accès sur les diamants devenaient largement adoptées, elles finiraient par être divisées en revues à fort et à faible impact, ce sur quoi reposent les normes d'évaluation actuelles.

De nombreux scientifiques pourraient ne pas être d'accord avec mes arguments, et il y aurait sans aucun doute d'autres obstacles à une adoption généralisée. Néanmoins, le paysage actuel de l'édition scientifique a besoin d'être réformé, et les organismes de financement canadiens ont l'occasion d'être des chefs de file mondiaux dans ce domaine. J'exhorte les décideurs canadiens à considérer sérieusement cette proposition.