Les universités restent ouvertes pour l'enseignement, mais fermées pour la plupart des autres services

Publié le: avril 2020Catégories: Réponse à la COVID-19, Éditoriaux, Impacts sociauxMots clés:

Auteurs):

Shoshanah Jacobs

Département de biologie intégrative, Département de gestion, Université de Guelph

Professeur agrégé

Philippe Loring

Département de géographie, Université de Guelph

Professeur agrégé, Chaire Arrell en alimentation, politique et société

Daniel Gilles

École d'informatique, Université de Guelph

Professeur agrégé

Profils de Jacobs, Loring et Gillis

À la fin de janvier 2020, la plupart des universités canadiennes publiaient des mises à jour sur leur site Web au sujet de la COVID-19. La plupart ont dit qu'ils surveillaient la situation de près. Certaines institutions ont posté régulièrement par la suite, tandis que d'autres n'ont rien mentionné jusqu'au début mars 2020. La première université canadienne à annoncer l'annulation des cours avec effet immédiat a été l'Université Laurentienne [1], à Sudbury, en Ontario. Ils ont annulé les cours de l'après-midi le 11 mars et ont annoncé qu'ils reprendraient les cours en ligne le 12 mars [2]. Ainsi, il n'y a pas eu de pause pour permettre aux instructeurs de passer à l'enseignement en ligne. La plupart des universités n'ont pas répondu de cette façon. La plupart des universités ont commencé par annoncer des restrictions de voyage conformes aux restrictions annoncées par le gouvernement fédéral. Ensuite, les universités ont annulé les grands événements, les voyages liés au travail et les voyages liés aux études. Le 13 mars, de nombreux grands établissements avaient annoncé que tous les cours en présentiel seraient suspendus et que les cours continueraient d'être offerts dans un format alternatif. Certains donnaient aux instructeurs du temps, allant de 2 jours sur une fin de semaine (par exemple, l'Université de Toronto [3]) à 1 semaine (par exemple, l'Université de Guelph [4]), au cours de laquelle ils pouvaient faire la transition en douceur entre leurs cours. Alors que les instructeurs se précipitaient pour apprendre de nouvelles technologies, les bureaux de soutien à l'enseignement étaient inondés de demandes d'assistance ; les résidences fermaient ou redistribuaient les étudiants qui ne pouvaient pas rentrer chez eux ; les services de conseil et de santé fermaient ou se déplaçaient en ligne ; les cafétérias, les restaurants et les centres sportifs fermaient; librairies, bibliothèques et galeries fermaient leurs portes. Bien que les universités soient restées ouvertes à l'enseignement, la plupart des autres services ont été fermés.

Bien que le maintien de l'enseignement permettra à de nombreux étudiants de terminer le semestre, le manque de services d'enseignement et d'autres services de soutien pendant cette période particulièrement stressante élargira l'écart existant dans l'accès à l'éducation post-universitaire pour beaucoup d'autres. Nous ne savons pas comment la fermeture des salles de prière, des gymnases, des salons des diplômés ou des clubs étudiants affectera les performances scolaires ou la santé mentale des étudiants. Nous savons que nous ressentons de plus en plus le stress de l'isolement en tant que société. Nous savons qu'un « sentiment d'appartenance » positif est souvent la principale variable dans les études visant à déterminer les prédicteurs de la réussite scolaire. Nous savons à quel point ces programmes et services sont largement utilisés et qu'ils sont omniprésents sur tous les campus canadiens. Enfin, n'oublions pas que bon nombre de ces programmes de soutien s'adressent aux élèves ayant des besoins particuliers. Ils jouent sûrement un rôle vital et sont sûrement intimement liés aux universitaires, en particulier pour les étudiants issus de communautés en quête d'équité.

Un jour ou deux après avoir annoncé le transfert des cours en ligne, la plupart des universités ont annoncé une politique de notation révisée. Dans une analyse des meilleures universités polyvalentes du Canada et des meilleures universités dotées de facultés de médecine, telles qu'identifiées par le Maclean's University Rankings 2020, nous avons trouvé trois réponses différentes avec deux variantes de l'approche la plus courante (tableau 1).

Tableau 1 : Politiques de classement en réponse à la COVID-19.

Réponse Institutions
Choix Standard
Un choix pour les étudiants : noter comme d'habitude ou changer la notation en un enregistrement RÉUSSITE/ÉCHEC sur leur relevé de notes après ils ont vu leur note finale.
Calgary, Carleton, Concordia, Dalhousie, Guelph, Laval, Manitoba, McGill, McMaster, Regina, Ryerson, Sherbrooke, Simon Fraser, Toronto, UQAM, Victoria, Western, Windsor, York
Choix standard – plus
Comme ci-dessus, mais avec des modifications pouvant inclure : 1) l'instructeur peut opter pour un système de notation RÉUSSITE/ÉCHEC, 2) l'étudiant peut opter pour un examen différé avec une note finale notée comme d'habitude.
Queen's, Mémorial, Waterloo
Choix standard - non informé
Un choix pour les étudiants : noter comme d'habitude ou changer la notation en un enregistrement RÉUSSITE/ÉCHEC sur leur relevé de notes préalablement ils ont vu leur note finale.
Montréal, Nouveau-Brunswick
Comme d'habitude
Avec peu ou pas de modification par rapport à la politique pré-pandémique. Les étudiants sont tenus de déclarer eux-mêmes la nécessité de tout aménagement.
Ottawa*, Saskatchewan**, Laurier, UBC

* délai de rétractation prolongé
** les instructeurs peuvent opter pour le cours RÉUSSITE/ÉCHEC

Pas le choix
Tous les cours adoptant un système de notation RÉUSSITE / ÉCHEC.
Alberta

a

Toutes les approches susmentionnées ont de sérieuses implications pour l'équité des étudiants. L'approche Standard Choice offre aux étudiants la possibilité de choisir de conserver leur note finale alphabétique ou numérique ou de l'échanger contre une désignation PASS / FAIL (également appelée CR / NCR par certains établissements). La note finale alphabétique ou numérique compterait dans le calcul de la GPA, mais pas la RÉUSSITE/ÉCHEC. De nombreuses universités ont identifié des programmes ou des cours spécifiques où le choix ne serait pas permis. Trop peu d'établissements ont mis les étudiants en garde contre les implications du choix d'un PASS/FAIL en ce qui concerne leurs futures candidatures à des programmes professionnels ou à des études supérieures.

Le problème avec un choix est que de nombreux étudiants n'auraient pas l'impression d'en avoir vraiment un. Depuis le début du passage à l'apprentissage en ligne, nous avons documenté des rapports d'étudiants qui décrivent des défis importants à leur capacité à réussir dans leurs cours. Ceux-ci comprennent, mais sans s'y limiter : un accès réduit ou inexistant à Internet et à l'équipement technique, des membres de la famille dont il faut s'occuper, des changements d'emploi (généralement une augmentation de la charge de travail, en particulier pour les industries de services comme les épiceries), des changements dans l'état de santé mentale, la perte de la garde d'enfants et le passage à la parentalité à temps plein, la perte d'accès au soutien médical pour les conditions existantes, la perte de revenus et l'insécurité alimentaire. L'anxiété a également augmenté de façon notable. Les raisons incluent une mauvaise communication des administrateurs au corps professoral, puis du corps professoral aux étudiants, l'incertitude quant à l'obtention du diplôme ou à l'achèvement du programme, l'utilisation d'une technologie de surveillance numérique invasive, le report des examens, le manque de contact avec la famille et les changements dans l'environnement d'étude/la vie privée et l'espace. La pandémie de COVID-19 a propagé les étudiants de nos campus universitaires à travers le monde, les isolant, modifiant leurs conditions de vie, augmentant leur stress et éliminant leur accès aux services d'enseignement et autres services de soutien. Après tout cela, seuls les étudiants qui sont financièrement à l'aise, sans famille à charge et sans conditions médicales existantes ont encore vraiment le choix. Combien de nos étudiants sont-ils privilégiés ?

De plus, combien d'écoles supérieures et de facultés de médecine admettront préférentiellement les étudiants avec des notes alphabétiques ou numériques sur leurs relevés de notes par rapport à ceux qui n'ont qu'un RÉUSSITE/ÉCHEC ? En permettant aux étudiants de choisir, nous creuserons un écart d'accès que l'enseignement supérieur canadien s'est efforcé de combler.
Le seul modèle trouvé dans lequel il y a une certaine équité dans leur approche est celui adopté par l'Université de l'Alberta. Ici, tout choix a été retiré aux étudiants individuels et une politique de réussite / échec à l'échelle de l'université a été adoptée. Quelles que soient les circonstances individuelles, les étudiants qui ont réussi le cours ou qui ont obtenu des résultats exceptionnels apparaîtraient tous égaux sur leurs relevés de notes. Et bien qu'il s'agisse d'une solution au déficit d'équité qui se creuse actuellement, elle ne peut se limiter à une seule école. Si toutes les universités canadiennes faisaient de même, alors tous les étudiants seraient égaux partout au pays. Si toutes les universités canadiennes adoptaient un RÉUSSITE/ÉCHEC à l'échelle du système, nous ne verrions pas d'élargissement de l'écart d'équité en raison de la COVID-19. Alternativement, nous pourrions attribuer une note de 100 % à tous les devoirs restants dus après le passage à l'apprentissage à distance afin de garantir que la note finale reflète à la fois le travail à ce jour et ce que les étudiants auraient pu accomplir si leur apprentissage n'avait pas été perturbé. Les écoles professionnelles et supérieures seraient obligées de juger les candidats en fonction d'autres périodes ou d'autres réalisations. Les étudiants avec enfants pourraient se concentrer sur leur famille. Les étudiants ayant besoin d'un soutien médical pourraient être moins accablés par la nécessité d'étudier. Les étudiants ne mettraient pas leur santé en danger pour sauver leur avenir.

Liens:
(1) https://ottawacitizen.com/news/local-news/as-universities-close-in-the-u-s-their-canadian-counterparts-watch-and-wait/
(2) https://northernontario.ctvnews.ca/mobile/sudbury-s-laurentian-university-moving-classes-online-until-further-notice-1.4848316?fbclid=IwAR3LgliShEOG5lLHk8eA2nxtoT5_uUWNEVIqIymtPbLzBxYSEVN2pPc5fgQ
(3) https://www.utoronto.ca/message-from-the-university-regarding-the-coronavirus/archive
(4) https://news.uoguelph.ca/2020/03/covid-19-update-from-the-president/