Parce que nous sommes presque en 2022 : Le défi du leadership entre les sexes dans le paysage de la recherche et du savoir au Canada

Auteurs):

Paul Dufour

Institut des sciences, de la société et des politiques publiques de l'Université d'Ottawa

Membre

Paul Dufour

Janvier de l'année prochaine, 2022, marquera le quarantième anniversaire de la publication d'un rapport historique du Conseil des sciences du Canada (CSC) sur l'enseignement des sciences et les femmes au Canada. Le rapport de 1982, Qui tourne la roue ? était un résumé d'un atelier du comité des sciences et de l'éducation du CCN examinant l'état de l'enseignement des sciences dans les écoles du Canada. Inutile de dire qu'un problème évident qui avait été remarqué était la pénurie de femmes et de filles dans les sciences, les différents orateurs de cet atelier signalant plusieurs défis à venir. Une déclaration de préoccupation de la CSC à la suite de l'événement a noté que : l'absence des filles dans les classes scientifiques d'aujourd'hui conduira demain à une absence correspondante des femmes dans les sciences professionnelles. Peu de femmes occupent actuellement des postes de responsabilité en sciences dans les universités, le gouvernement et l'industrie. Ainsi, ils participent rarement aux décisions qui orientent l'évolution de la science et de la technologie. 

Maintenez cette pensée. 

Et dix ans se sont écoulés depuis le rapport du groupe d'experts du 21 novembre 2012 de l'ACC sur la la dimension genre et la recherche universitaire qui ont souligné que : La rareté des femmes dans postes de direction, il est difficile pour d'autres femmes de se voir comme des leaders. 

Avance rapide jusqu'à aujourd'hui - la semaine prochaine, il y a un panel de conférence CSPC sur 'Des femmes à la tête de financements et organisations scientifiques : cela fait-il une différence ? C'est une bonne question et le le débat doit être intéressant. En effet, le leadership dans une grande partie de notre écosystème de recherche est actuellement dominé par les rendez-vous masculins (je vous épargne la liste). 

Permettez-moi d'être clair… Il n'y a rien de mal avec de bons rendez-vous qui ont été pris, et non dénigrer l'un des dirigeants de ceux en place aujourd'hui, mais comme le dit Martha Piper dans un interview sur le nouveau livre –Nerf- avec Indira Samarasekera : Les femmes excellent actuellement à un rythme qui dépasse de loin celui des hommes. Ils font tout mieux; ils remportent tous les prix. Et Pourtant, pour une raison quelconque, nous ne voyons pas beaucoup de femmes PDG dans les 100 plus grandes entreprises. Vous avez rarement voir les femmes réussir à ce niveau. 

Alors gardez cette pensée aussi. 

Cela m'a également rappelé les propos tenus par la première femme conseillère scientifique en chef du Canada, Mona Nemer— en 2017 au Sommet de Montréal sur le genre où elle a souligné le leadership problèmes: Si nous exigeons qu'elles (les femmes) aient été présidente d'un département, vice-doyenne, doyenne ou vice-président avant d'être candidat à la présidence d'une université, d'un centre de recherche organisation ou conseil subventionnaire – postes qui impliquent encore majoritairement des pprocessus, nous ne réussirons pas à diversifier le leadership de nos institutions.

Ne vous méprenez pas, il y a de grandes dirigeantes dans certains de nos organismes de recherche et plusieurs ont une forte représentation au sein de leur équipe de direction et de leurs conseils de gouvernance. Nous ont des programmes pour soutenir les chaires de recherche pour les femmes en sciences et en génie et réseaux et associations de cours, de vulgarisation scientifique, d'éducation, d'histoire et de plaidoyer promouvoir les STEM auprès des filles et des femmes. Ce mois-ci également, l'UNESCO et L'Oréal s'associent avec les prix annuels (le 19e) pour les Canadiennes en sciences. Et allons pas oublier le archives de femmes scientifiques et ingénieures canadiennes qui offrent de belles histoires d'excellence, résilience et nerf. 

Mais est-ce que tout cela suffit ? 

Nous avons peut-être la parité hommes-femmes au sein du Cabinet fédéral aujourd'hui (bien qu'il n'y ait toujours que moins de 30 % d'élus femmes parlementaires-), et nous promouvons l'EDI dans bon nombre de nos organisations du savoir. Où en sommes-nous la diversité de notre leadership en recherche à travers le pays et les conseils de gouvernance? 

En fin de compte, nous devrons aborder l'équité entre les sexes et reconnaître nos nombreux rôles modèles, mentors et sponsors pour un avenir plus diversifié au sein de la recherche et direction du savoir. 

post-scriptum; alors que la plupart de nos grands prix de recherche scientifique portent le nom d'hommes (pas qu'eux aussi ne méritent pas), ne pouvons-nous pas également reconnaître l'excellence avec plus de prix portant le nom de notre femme vedettes de la recherche? Juste dire….