En février, 2016, le Académie nationale des sciences des États-Unis a accueilli une réunion qui a été convoquée par les conseillers pour la science et la technologie des ministres des Affaires étrangères de Japon, New Zealand, Royaume Uni les nouveautés États-Unis. Bien que le observation n'était pas nouveau, lors de cette réunion, l'importance d'accroître la capacité et la capacité des ministères des Affaires étrangères à aborder le nombre toujours croissant de questions à l'interface de la science, de la technologie et de l'innovation a été identifiée comme urgente.

Les 18 et 19 octobre 2016, un petit groupe d'environ 30 experts et praticiens politiques internationaux se réunira à Laxenburg, en Autriche, pour discuter la relation vitale – quoique largement méconnue – entre la science et la diplomatie. La réunion est convoquée par l'Institut international d'analyse des systèmes appliqués (IIASA) en collaboration avec le École de droit et de diplomatie Fletcher, le Réseau international de conseils scientifiques gouvernementaux (INSSA) et le réseau mondial de conseillers scientifiques et technologiques dans les ministères des affaires étrangères.

L'objectif de ce dialogue international de haut niveau sur la diplomatie scientifique est d'explorer les possibilités de concrétiser les priorités nationales en matière de politique étrangère en augmentant la qualité et la quantité des conseils scientifiques et technologiques dans le processus d'élaboration et de mise en œuvre des politiques.

Les principaux objectifs du dialogue comprendront :

  • Mettre en évidence les domaines dans lesquels la science et la technologie ont un impact sur le travail des ministères des Affaires étrangères
  • Partage d'expériences et de meilleures pratiques en matière de fourniture d'avis scientifiques aux ministres
  • Identifier les questions pratiques, telles que la meilleure façon de collaborer avec les institutions scientifiques
  • Développer un réseau mondial de praticiens.

Cela vous semble ennuyeux et bureaucratique ? Ce n'est pas.

En fait, les perspectives de survie humaine peuvent être en jeu. Cela dit, ne vous attendez pas à lire des articles sur les discussions de Laxenburg dans les médias grand public.

Planète en péril

En pensant aux principales menaces et défis auxquels la planète est confrontée, la sagesse populaire suggère que nous devrions tous avoir peur, très peur, de l'extrémisme religieux, de la violence politique et du terrorisme. Bien que ce soit une erreur de sous-estimer ces risques, la probabilité que la plupart des lecteurs de cet article soient directement touchés par ce type d'événements est inférieure à la probabilité d'être frappé par la foudre ou de se noyer dans la baignoire. Fomentant le politique de la peur sert certainement certains intérêts particuliers, mais les menaces les plus profondes pour la survie résident ailleurs.

Pendant la guerre froide, la rivalité idéologique et l'ambition géopolitique des superpuissances dominaient l'agenda international. Aujourd'hui, sous quelque couvert que ce soit, c'est le Guerre mondiale contre le terrorisme. Mais considérez cette liste de problèmes, qui n'est en aucun cas exhaustive :

  • Agriculture, alimentation et OGM
  • Énergie alternative
  • Diminution de la biodiversité
  • Changement climatique
  • Cybersécurité et surveillance
  • Désertification/dégradation des sols
  • Préparation/gestion des catastrophes, secours d'urgence
  • Environnement/problèmes écologiques
  • Insécurité alimentaire/hydrique
  • Génomique
  • Conservation des biens communs mondiaux
  • Destruction de l'habitat
  • Pandémies, maladies infectieuses
  • Santé publique
  • Population et démographie Guerre des télécommandes
  • Rareté des ressources
  • L'extinction des espèces
  • Urbanisation
  • Élimination des déchets
  • Armes de destruction massive

Contrairement aux machinations de l'EIIL, d'Al-Qaida, des loups solitaires et de divers groupes d'insurgés, de nombreux éléments de sa nouvelle menace ont déjà un impact sur la plupart, sinon tous les habitants de la planète. Et qu'est-ce que chacun de ces problèmes a en commun? Tous sont complexes, non résolus, transnationaux et – point clé – caractérisés par la présence d'une dimension scientifique et technologique (S&T) très importante.

Deux solitudes

La capacité de générer, d'absorber et d'utiliser la S&T devrait jouer un rôle crucial dans la lutte contre la nouvelle menace en résolvant les différences, en réduisant les inégalités et en améliorant les perspectives de sécurité et de développement. À quelques exceptions près, cependant, les individus et les institutions chargés de gérer les problèmes mondiaux ne sont pas préparés et mal équipés pour y parvenir. La pensée de la plupart des dirigeants reste embourbée dans des convictions dépassées de l'époque de la guerre froide - que la sécurité est mieux assurée par la défense plutôt que par la satisfaction des besoins humains ; que l'État, et non la personne, est le principal référent ; cette force armée est l'arbitre ultime dans les relations internationales.

Les ministères des affaires étrangères du monde, les agences de développement et, en fait, la plupart des organisations multilatérales n'ont pas suivi le rythme de l'impact transformateur de la mondialisation. Ces institutions n'ont pas l'expertise scientifique, le savoir-faire technologique, la prédisposition culturelle ou l'accès au réseau de recherche et développement (R&D) nécessaires pour gérer efficacement les questions S&T. Combien de diplomates sont formés en science ? Combien y a-t-il de scientifiques dans les services diplomatiques ? À quelle fréquence les diplomates et les scientifiques se rencontrent-ils et, lorsqu'ils le font, peuvent-ils communiquer efficacement ?

Les scientifiques sont pour la plupart un groupe insulaire et préfèrent le laboratoire à la polis. Les diplomates ont tendance à considérer la science comme dense et impénétrable, le sujet qu'ils ne pouvaient pas attendre pour laisser tomber au lycée. La diplomatie (stabilité, aversion au risque, compromis) et la science (changement, expérimentation, empirisme) sont fondées sur des valeurs très différentes, et constituent en fait deux solitudes. L'aliénation de la science et de la technologie du courant dominant de la diplomatie et de la politique internationale représente peut-être le plus grand problème de dormeur de notre temps.

Diplomatie

Science

Stabilité/puissance d'équilibrage

Changer/libérer le pouvoir

Convention(s)/conventionnel

Expérimentation

L'aversion au risque

Tolérance au risque

Pratique/pratique

Théorie/théorique

Argumentation (tact, discrétion, persuasion, influence)

Faits et données

Négociation et compromis

Essai et erreur

Politique

Empirique

Polis

Présure

Si les décideurs doivent s'attaquer à l'éventail intimidant de "méchant», les défis S&T qui mettent aujourd'hui en péril la planète, la diplomatie, informée par la science et renforcée par la technologie, devra supplanter la défense en tant qu'instrument de politique internationale de choix. Une paix et une prospérité durables - sans parler de la perspective d'atteindre les objectifs de l'ONU Objectifs de développement durable – restera autrement insaisissable.

Ce dont le monde a besoin maintenant

Diplomatie scientifique  (SD), un outil transformateur de puissance douce qui combine la résolution de problèmes basée sur la connaissance et la technologie avec une agence politique internationale, est sous-utilisé mais essentiel. Le langage universel et apolitique de la science s'est avéré inestimable en gardant ouverts les canaux de communication internationale lorsque les lieux conventionnels sont tendus ou bloqués. Face aux attributs négatifs de la mondialisation – y compris la polarisation et la tendance à socialiser les coûts tout en privatisant les bénéfices – SD offre à elle seule la perspective d'engager des intérêts communs pour surmonter les contraintes politiques et élargir la coopération internationale. Nonobstant les convictions conventionnelles et la flambée actuelle de l'incidence des conflits armés, il n'y a pas de solutions militaires aux problèmes les plus pressants du monde – un monde qui se réchauffe n'est pas sensible aux frappes aériennes. La sécurité est bien plus qu'un art martial ; elle est enracinée dans un développement à large assise. Combler les fractures numériques et répondre aux besoins des pauvres doivent donc devenir des priorités tant pour la diplomatie que pour la politique internationale.

Malheureusement, ils sont ne sauraient .

La situation n'est pas entièrement sombre. La diplomatie scientifique a produit un riche héritage d'accords sur le contrôle des armements et l'environnement, y compris le récent pacte pour contrôler HFC. Certaines agences spécialisées (UN, EU) et les gouvernements (US, UK, Suisse, Espagne, Japon et NZ) ont démontré un certain nombre de bonnes pratiques en matière de DD. Le conseiller scientifique en chef de la Nouvelle-Zélande, Peter Gluckman, a travaillé sans relâche pour établir un réseau international de conseils scientifiques gouvernementaux (INSSA). Vaughan Turekian, le conseiller scientifique et technologique du département d'État américain, a lancé une série de projets innovants les initiatives. Le synchrotron SESAME Projet en Jordanie est cogéré par un groupe de pays peu connus pour leurs habitudes de coopération – la Palestine, Israël, la Turquie et Chypre, entre autres. L'Iran ne recherche plus l'arme nucléaire développement, et les armes chimiques de la Syrie Danse a été liquidé. Pourtant, ces exemples représentent la exceptions plutôt que la règle. Aussi admirables soient-ils, même pris ensemble, ces exemples ne suffisent pas à changer la situation dans son ensemble.

Ah le Canada…

Le cas canadien est particulièrement inquiétant. La dernière décennie a été extrêmement difficile pour les défenseurs canadiens de la science et de la diplomatie. Depuis l'élection tant annoncée du gouvernement libéral de Justin Trudeau il y a un an, les scientifiques et les diplomates ont été démuselés et des engagements ont été pris à l'égard des politiques et de la prise de décisions fondées sur des données probantes, mais peu de progrès ont été réalisés dans la nomination d'un conseiller scientifique national (un poste supprimé par les conservateurs en 2008), malgré la référence à cet objectif comme priorité absolue dans le discours de la ministre des Sciences Kirsty Duncan Lettre de mandat. La seule division d'Affaires mondiales Canada (AMC) reste située du côté commercial du ministère et n'a pas d'élaboration de politiques nominale. Il n'a pas été suggéré que des conseillers scientifiques soient déployés auprès d'AMC pour fournir une expertise spécialisée indispensable, ou à la Chambre des communes pour aider les législateurs et offrir des conseils dans l'évaluation de la qualité des preuves.

Le Canada a été un membre fondateur de l'IIASA en 1972, et bien qu'il ait quitté l'organisation pour des raisons financières en 1996, il participera à la session de la semaine prochaine à Laxenburg. Reste à savoir si cela incitera ou non le gouvernement Trudeau à prendre les mesures correctives nécessaires et attendues depuis longtemps. A ce jour, leur international performant a été mitigée.

La militarisation continue de la politique internationale - pensez aux interventions ratées en Afghanistan, en Irak, en Libye - s'est avérée ruineux. Il est grand temps que la diplomatie scientifique, et plus généralement la S&T internationale, deviennent la préoccupation des ministères des Affaires étrangères et des organisations internationales, avec des priorités et des ressources réaffectées en conséquence.

Peut-être que la réunion de la semaine prochaine à Laxenburg produira des recommandations concrètes pour faire avancer cette fin.

Ancien diplomate Daryl Copeland est éducateur, analyste et consultant; l'auteur de Diplomatie de guérilla; un chargé de recherche au Institut canadien des affaires mondiales, chercheur en politiques au Centre d'études internationales de l'Université de Montréal (CÉRIUM), et professeur invité au Académie diplomatique de Vienne . Suivez-le sur Twitter @GuérillaDiplo. Il présidera un panel sur "Mécanismes de fourniture d'avis scientifiques dans les ministères des Affaires étrangères »au siège de l'IIASA à Laxenburg le 0 octobre.