Contes d'un bénévole du CSPC : mon parcours dans la politique scientifique

Auteurs):

Wendy Zhou

Centre d’études sur la politique scientifique Canadienne

Gestionnaire de programmes

Clause de non-responsabilité : La version française de cet éditorial a été auto-traduite et n’a pas été approuvée par l’auteur.

Pendant que je terminais mon doctorat, j’ai passé une grande partie de mon temps à essayer de comprendre ce que je voulais faire de ma vie. Il existe peu d’options de carrière évidentes pour les étudiants diplômés qui ne souhaitent pas rester dans le milieu universitaire.

La seule chose que je savais, c'est que je ne voulais pas que ma vie soit une perte de temps. Je voulais travailler sur quelque chose qui ait du sens, avoir un impact sur la société. Ce désir m’a conduit vers la politique et finalement vers la politique scientifique.

Je connaissais très peu la politique scientifique et, en essayant d'en apprendre davantage, j'ai découvert le Centre canadien de la politique scientifique (CSPC). J’ai débuté en tant que bénévole au sein du comité des prix début 2020, et même ce rôle limité m’a déjà ouvert les yeux sur le monde plus profond de la politique scientifique et sur les nombreux acteurs qui y participent. En particulier, j’ai grandement apprécié l’écosystème collaboratif entretenu par le CSPC. Une partie de la mission du CSPC consiste à renforcer les capacités ; rassembler un groupe diversifié de passionnés de politique scientifique et maintenir un environnement aussi accueillant a créé des conditions optimales pour cette mission.

Mon objectif était d'en apprendre davantage sur le paysage de la politique scientifique et de rencontrer de nouvelles personnes – et c'est exactement ce que j'ai pu faire avec le CSPC. J'ai assumé le rôle de co-responsable de la série d'entrevues, organisant des entrevues bénévoles avec des gros bonnets de la politique scientifique partout au Canada. Cette expérience a été inestimable pour rencontrer un large éventail de personnes et découvrir leur travail et leurs organisations.

Même s'il était décevant que les conférences de 2020 et 2021 aient dû se tenir en ligne, le fait que je me sente toujours immergé en visitant chaque stand virtuel et en assistant à autant de sessions que possible témoigne de la polyvalence du CSPC. Diplomatie scientifique, communication scientifique, EDI dans la science : la politique scientifique avait tant de facettes au-delà de ce que j'avais imaginé. La diversité des panels est remarquable et la diversité et la capacité des intervenants experts sont impressionnantes. En rejoignant plus tard le comité du programme, je me rendrais compte du soin et du dévouement qui sont apportés pour assurer cette représentation diversifiée sous tous les angles, du genre à la géographie en passant par le sujet et le secteur. Je n'avais jamais vu auparavant un effort aussi intentionnel déployé dans ce type de planification et cela a réaffirmé que le CSPC montre véritablement l'exemple. Au-delà de ses panels, la première conférence en personne à laquelle j'ai pu assister en 2022 a été pour moi une occasion sans précédent d'élargir mon réseau de politique scientifique.

Mon rôle au sein du CSPC a finalement évolué pour finalement rejoindre le personnel en tant que gestionnaire de programme, supervisant les comités des prix, des programmes et de la rencontre entre la science et le Parlement. Grâce à cette implication, j'ai eu l'opportunité de travailler sur des projets et des programmes incroyables et de travailler avec des personnes encore plus extraordinaires. Les bénévoles et les membres du personnel du CSPC sont passionnés et inspirants et m'ont apporté mentorat, soutien et, surtout, une grande amitié.

Le CSPC m'a permis de rencontrer tant de personnes merveilleuses et de vivre tant d'expériences uniques. Le sujet m'a attiré, mais ce sont les gens qui me font revenir.