Si vous voulez susciter le changement dans les communautés de pratique, vous avez besoin de plus que de petits lapins moelleux

Auteurs):

Laura Huey

University of Western Ontario

Professeur de sociologie

Société canadienne de police fondée sur des preuves

Directeur

Laura Huey

Je travaille dans un espace plutôt intéressant, essayant d'augmenter la création et l'adoption de la recherche scientifique dans le domaine de la police publique. C'est depuis longtemps un axiome de la recherche policière que le maintien de l'ordre est une culture professionnelle profondément résistante au changement, et je vois fréquemment de petits mèmes défiler sur Twitter faisant référence à cette prétendue résistance sous la forme du célèbre dicton de Peter Drucker, "la culture mange la stratégie pour le petit-déjeuner". Bien qu'il y ait sans aucun doute une part de vérité dans le rôle que joue la culture professionnelle dans l'engendrement de la résistance, je pense qu'un dicton plus approprié à invoquer est le statut Facebook tout aussi célèbre, "c'est compliqué".

Comme de nombreuses communautés de pratique, particulièrement dans le domaine public, l'institution policière est appelée à subir des changements constants. La plupart de ces changements sont réactifs, en réponse à des phénomènes sociaux changeants, à des paysages juridiques changeants, à des changements de personnel interne, à des courants politiques rapides, à de nouveaux environnements réglementaires et/ou politiques gouvernementaux. Comme l'a expliqué un dirigeant d'une association policière, ce n'est pas seulement un changement constant, c'est en fait un changement constant qui n'est souvent étayé par aucun type de preuve. Lorsqu'un programme ou une politique non pris en charge échoue - ce qui n'est pas surprenant, comme cela arrive souvent - les agents de première ligne chargés d'essayer de le faire fonctionner, deviennent cyniques et en ont assez lorsque la prochaine « grande solution » du jour' arrive 12 à 18 mois plus tard.

Si nous voulons encourager l'adoption de la recherche parmi ces groupes fatigués par les politiques, comment s'y prendre ? Une chose que je dirais que nous pourrions faire est de refuser de participer aux processus d'élaboration des politiques dont n'importe qui pourrait raisonnablement prévoir qu'ils ne produiront rien de plus que des platitudes. Je sais de quoi je parle, étant coupable de cela maintenant plus d'une fois.

En 2014, j'étais membre du comité d'experts du Conseil des académies canadiennes sur l'avenir des services de police. Si vous n'avez aucune idée du contenu du rapport éventuel ou de ses recommandations, vous n'êtes pas seul. Je ne pense pas que même ma mère l'ait lu. Certes, il n'a reçu que peu ou pas d'intérêt parmi les décideurs politiques ou les praticiens de la police. La raison de cet échec est simple : il s'agissait d'un exercice descriptif ne produisant aucune recommandation politique utile ou ne fournissant quoi que ce soit ressemblant de loin à un plan directeur, ou même à un simple ensemble d'instructions, sur la manière de mettre en œuvre tout type de changement significatif. Au lieu de cela, il était plein de bromures vraiment vagues :

– Les services de police doivent s'adapter pour relever les défis du 21e siècle;
– La police doit tirer parti des partenariats ;
– Nous avons besoin de plus de recherche ;
– Les gouvernements ont un rôle à jouer pour assurer la sécurité publique.

Il y avait aussi des paroles passe-partout pour certains trucs de lapin joyeux de la police - c'est-à-dire des choses qui sonnent bien, mais dont nous savons très peu:

– La professionnalisation de la police est bonne ;
– Le maintien de l'ordre fondé sur des preuves est bon (d'accord, je suis peut-être partial, mais j'ai tendance à penser que celui-ci est vrai);
– Nous avons besoin de plus de police de proximité.

Je n'invente rien. Vous pouvez lire le rapport en ligne.

Maintenant, sur la base de ce qui précède, que diriez-vous exactement à un chef de police de faire pour se préparer aux défis de la police du 21e siècle ? Comment doit-elle exactement préparer sa main-d'œuvre ? Qu'est-ce qui constituerait de bons investissements dans la formation, la technologie, les politiques ou les nouveaux programmes ? Exactement.

Pour être clair : ce n'est pas une situation unique pour moi. Je suis maintenant impliqué dans un autre exercice visant à produire un document de politique publique pour influencer les changements dans le travail policier. Et encore une fois, il n'existe aucune preuve empirique à l'appui d'une seule option politique. Aucun. Cependant, étant donné qu'il est de la nature fondamentale de tout exercice de politique publique de produire des « recommandations », même lorsqu'il n'y a absolument rien à recommander ou aucune preuve à l'appui d'une ligne de conduite donnée, dire « nous ne savons pas » ne jamais semble être la ligne de conduite souhaitée. Et c'est là que réside le nœud du dilemme : pour rester impliqué dans les cercles de politique publique, même de manière tangentielle, il semblerait qu'il faille fournir des recommandations - même si elles manquent de soutien empirique - à la bête politique, sachant que certaines ou toutes ces recommandations sont rien de plus que des lapins moelleux qui ne seront jamais pris au sérieux par personne (je m'excuse pour la métaphore mutilée, mais travaillez avec moi ici). À la lumière de cela, moi-même et, je suppose, beaucoup d'autres qui ont fait face au même combat, avons dû réfléchir longuement et sérieusement à nos objectifs politiques et à notre domaine de prédilection. Pour moi, je peux dire sans équivoque qu'à partir de maintenant, je sauterai les lapins.