Un brillant avenir grâce à des décisions audacieuses et à des investissements dans les technologies Canadiennes

Une bannière avec le titre « Un avenir radieux grâce à des décisions audacieuses et des investissements dans les technologies canadiennes » suivi du portrait de deux femmes blanches

Auteurs):

Marie D'lorio

NanoCanada

Président

Janice Warkentin

NanoCanada

Directeur exécutif

Naviguer sur le chemin de l'idéation à la commercialisation d'une nouvelle technologie est un thème que nous entendons quotidiennement dans les conversations avec les entreprises, les décideurs, les chercheurs et les agences gouvernementales. Bien que cela ressemble à un processus linéaire, il s'agit plutôt d'un organigramme complexe avec de nombreuses impasses et des réinitialisations matérielles. Cela peut être un long voyage qui nécessite un investissement patient, des décisions audacieuses et de la persévérance. Les acteurs internationaux s'intéressent à l'écosystème canadien de l'innovation, non seulement pour la variété d'organismes qui soutiennent les petites et moyennes entreprises, mais aussi pour les investissements audacieux et risqués dans les technologies qui profiteront aux Canadiens à l'avenir. Cette même réflexion originale est partagée par bon nombre de nos entrepreneurs canadiens prospères. Comme l'a dit Pieter Cullis, un éminent biochimiste et entrepreneur canadien qui a contribué au développement de vaccins à ARNm, « Il n'y a pas de meilleur moment que le présent pour essayer de réaliser des rêves impossibles.

Au début de la pandémie, produire un vaccin efficace contre la COVID-19 a peut-être semblé être l'un de ces rêves impossibles. Mais de nombreuses entreprises ont relevé le défi de développer et de commercialiser la technologie des nanoparticules lipidiques développée par Pieter Cullis et d'autres. C'était la clé de la livraison du vaccin, et l'impact sur la santé des Canadiens était inestimable. La pandémie a également mis en évidence une lacune dans l'écosystème canadien; l'impossibilité de fabriquer des vaccins. Il a souligné la nécessité pour le Canada de reconstruire sa capacité de biofabrication, y compris l'étape critique d'augmenter la production de matériaux pour les essais cliniques avant que toute fabrication à grande échelle de médicaments ou de vaccins ne puisse jamais être envisagée. 

Il est encourageant de voir le gouvernement canadien combler cette lacune en renforçant la capacité de biofabrication partout au pays. Sa contribution à de nombreuses initiatives comprend le financement de la société vancouvéroise Precision NanoSystems pour la construction d'un centre de biofabrication qui soutient le développement et la fabrication de médicaments et de vaccins de nouvelle génération. La Vaccine and Infectious Disease Organization (VIDO) en Saskatchewan a reçu un soutien pour le développement de vaccins et les capacités de biofabrication, et Medicago au Québec a reçu un soutien pour les essais cliniques de vaccins à base de plantes. La création du Centre de fabrication de produits biologiques du Conseil national de recherches du Canada à Montréal, une installation de biofabrication de bout en bout, a également été annoncée. En faisant confiance à ces efforts de renforcement des capacités avec différents acteurs au sein de l'écosystème, il y a une meilleure chance d'avoir des installations qui soutiennent une variété de communautés de parties prenantes et de niveaux de préparation technologique.

La pandémie a également contraint certaines entreprises de matériaux à se réorienter et à se concentrer sur des applications liées à la santé, comme les équipements de protection individuelle. Quelques-unes me viennent à l'esprit parmi les nombreuses entreprises qui étaient suffisamment agiles pour le faire car elles avaient déjà fait le saut vers la mise à l'échelle et la commercialisation à grand volume. Il y a plus de dix ans, CelluForce a établi la plus grande usine de nanocristaux de cellulose (CNC) au monde, capable de produire 300 tonnes par an de forme dispersible et de haute qualité de CNC. La cellulose est le biopolymère le plus abondant trouvé dans les cellules végétales, y compris le bois. Il peut être transformé en nanofibres de cellulose ou en nanocristaux qui sont biocompatibles et offrent la résistance du Kevlar ou de l'acier lorsqu'il est ajouté en tant que composite. CelluForce a rapidement dépassé le stade de l'usine pilote, s'appuyant sur une expertise approfondie des matériaux et sur le soutien d'actionnaires comme Domtar, FP Innovations, Schlumberger, Suzano et Investissement Québec. Cette décision audacieuse a attiré l'attention de la concurrence mondiale sur la nanocellulose. Au début de la pandémie, l'approvisionnement en gélifiants importés dérivés du pétrole utilisés pour épaissir les désinfectants pour les mains pour une application facile a été interrompu, et les entreprises canadiennes de matériaux de pointe ont relevé le défi. CelluForce a travaillé avec des producteurs canadiens de gels hydroalcooliques pour développer et tester le CNC comme agent gélifiant alternatif. Le fait que Celluforce maîtrisait déjà la mise à l'échelle et la fabrication leur a permis de peaufiner le processus de leur usine et de fournir leur CNC aux désinfectants et désinfectants pour les mains de leurs clients dans un délai d'exécution rapide. 

Un autre exemple est NanoXplore, une entreprise prospère de graphène créée en 2011 et dont le siège social est à Montréal. Tout comme la cellulose, le carbone est une ressource abondante. Le graphène, découvert en 2004, est une couche unique d'atomes de carbone disposés sur un réseau hexagonal ou à six côtés. La structure du graphène lui confère des propriétés uniques en termes de résistance et de capacité à conduire la chaleur et l'électricité. Grâce à son procédé breveté, NanoXplore a produit du graphène à faible coût et en gros volumes, 4,000 XNUMX tonnes métriques de poudre de graphène par an, dans une installation automatisée qui serait la plus grande au monde. NanoXplore utilise le graphène en complément d'autres matériaux pour améliorer leurs propriétés, similaire à l'approche de CelluForce. L'impact sur les Canadiens se fait sentir en fournissant des alternatives plus vertes aux matériaux à base de carbone pour un stockage d'énergie amélioré, des matériaux plus légers et des vitesses de recharge plus rapides pour les véhicules électriques. 

Dans tous les exemples ci-dessus, les entreprises canadiennes ont mis à profit l'expertise du banc de recherche pour la formulation des matériaux, ont lancé des entreprises en démarrage, développé des applications de niche et intégré des processus d'ingénierie pour la mise à l'échelle et la commercialisation des produits. Le pilote rapide vers la stratégie de fabrication à grande échelle était une décision audacieuse qui a fourni un avantage concurrentiel international en ce qui concerne la sécurité de l'approvisionnement en matériaux. 

Les années de pandémie nous ont montré que les solutions technologiques émergent de réseaux collaboratifs, d'entreprises interdisciplinaires et de communautés travaillant vers un objectif commun avec espoir et rêves audacieux. Continuons à intensifier l'approche collaborative pour l'avenir !