Twitter
Facebook
YouTube
LinkedIn
RSS

Investing in Ecosystems and Green Infrastructure: the Way to Go for Post COVID-19 Recovery

April 17, 2020
By: 
Sébastien Goupil
Secretary-General of Canadian Commission for UNESCO
Liette Vasseur
UNESCO Chair on Community Sustainability: From Local to Global
President of Canadian Commission for UNESCO

The COVID-19 crisis is now-- rightly-- occupying virtually all our mental and media spaces. To protect ourselves from the virus, the isolation and complete shutdown of “non-essential” economic activities are contributing to other worries, including those related to how economies and international trade will recover. In view of the scale of the crisis, the G20 has expressed its readiness to inject more than five trillion dollars to stimulate the economy.
However, many hope that lessons can be learned from the current situation to rethink our world and lay the foundations for a new approach to economic development. Why not consider prioritizing our ecosystems and green infrastructure as one of the desired collective responses and a positive legacy of this global crisis? States are presented with a historic opportunity: to put the protection and restoration of ecosystems, the conservation of biodiversity, and the development of green infrastructure at the heart of the economic recovery strategy. This investment would improve the long-term resilience, food security, and health of our communities.
As was the case in addressing the 2008 financial crisis, major investments are expected, particularly in infrastructure. We will likely repeat the recipe that swept away the last recession and fostered growth that propelled stock markets to unprecedented heights. However, the last decade has also led to an expansion of development and consumption modes that have exacerbated socio-economic inequalities, as well as climate and environmental changes. Will our next approach to economic recovery accelerate the train that will drag humanity towards its own downfall, plunging us into even deeper abysses? The question deserves to be asked because, unfortunately, the discussions around the climate crisis that focused some of the world's attention and mobilized young people around the world have been swept aside by the pandemic.
Research is underway to explain the causes of COVID-19. Some point to a mechanism of animal-to-human transmission, known as zoonoses. They are responsible for other major health crises, including SARS, H1N1 and the Ebola virus. Other zoonoses, such as the Lyme disease and the Zika fever, appear to be linked to climate change, urbanization and the degradation of our ecosystems. Several researchers believe that the destruction and looting of ecosystems, which has become systemic in some countries, will precipitate the climate crisis and increase the risk of future pandemics. The World Health Organization is unequivocal: climate change is the greatest threat to human health in the 21st century.
In his book Collapse, Jared Diamond reminds us that major environmental problems have played a crucial role in the demise of human societies throughout history. He discusses issues that are currently disrupting our ecosystems: deforestation, habitat destruction, soil degradation, contamination of drinking water sources, overfishing, overhunting, and the introduction of invasive species. These problems are aggravated by our lifestyles and production patterns, including unsustainable agricultural practices that are widespread across the globe. For several decades, the earth's non-renewable resources have also been recklessly exploited, and natural environments have been destroyed in the process.
During this alarming time when COVID-19 has intruded into our lives, we must not lose sight of the issues related to the collapse of biodiversity and the health of ecosystems that are essential to the survival of humans and other species. The experts meeting under the Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services clearly demonstrate that we are reaching a point of no return. To paraphrase Greta Thunberg, returning to normal after COVID-19 would mean plunging headlong back into the climate crisis which, by 2050, promises economic and societal upheavals and millions of refugees. At a time when our humanity is facing one of its greatest challenges, will we once again leave our collective destiny and that of future generations in the hands of a neoliberal economic model that requires an endless supply of costly new infrastructure and calls for infinite and unsustainable GDP growth?
The United Nations reminds us in the preamble to its resolution on the 2030 Agenda for Sustainable Development that economic, social and technological progress can be achieved in harmony with nature. We seem to have a historic opportunity here: putting the principles of sustainable development at the heart of economic stimulus packages to reconcile nature, society and culture.
To boost our economy, let’s focus, for example, on investment programmes that will create decent and well-paid jobs for the protection and restoration of ecosystems, the conservation of biodiversity, and the creation of green infrastructure, including those contributing to food security. With the trillions announced, we can lay the foundation for a new “Environmental Marshall Plan” or “Green New Deal”. However, this would require making fundamental societal choices and agreeing to change our lifestyles to prioritize the satisfaction of basic needs for all.
Heading this way would mean looking beyond concrete, bitumen, and steel to consider the multiplicity of natural environments that are essential to our survival and to the fragile balance that has always existed between humans and nature. We have come to forget the “goods and services” that ecosystems and biodiversity provide us throughout the year, on physiological, psychological, and cultural levels.
Investments must focus on protecting and restoring the vast “natural infrastructure” represented by the many parks and terrestrial and marine protected areas, including those under the governance of Indigenous Peoples. Their number must be increased to meet post-2020 biodiversity targets. Let us leverage the many sites designated by UNESCO, such as biosphere reserves, global geoparks and world heritage sites. They already serve to protect unique ecosystems and mobilize local and regional actors, including those in the education and research sectors, to advance common goals for biodiversity conservation and sustainable development. Finally, let us focus on protecting, revitalizing, and reintegrating natural environments in urban areas, drawing on the ideas and talents of our architects, designers, and builders.
It is very difficult for human beings to learn from history. The same is likely to be true of this COVID-19 crisis, which will be remembered for quite some time. Let us imagine for a moment that we all agree to direct some of the investment toward ecosystems and green infrastructure. This would not only guarantee our economies and our communities much better returns on investment, but it would also strengthen our self-sufficiency and our resilience over the long term. Above all, it would be an ambitious and visionary way to change the course of the yet-to-be-written human story of the fight against climate change--while safeguarding, according to the traditional invitation of many Indigenous Peoples, the interests of the seven generations that will hopefully survive us.

Investir dans les écosystèmes et les infrastructures vertes : une voie à suivre pour la relance après le COVID-19

La crise du COVID-19 occupe présentement et à juste titre tout notre espace mental et médiatique. Pour se protéger du virus, l’isolement et l’arrêt complet des activités économiques jugées non essentielles contribuent à nourrir d’autres inquiétudes, dont celles liées à l’éventuelle relance des économies et du commerce international. Devant l’ampleur de la crise, le G20 s’est dit prêt à injecter plus de 5000 milliards de dollars pour stimuler l’économie.
Cependant, nombreuses sont les personnes qui espèrent qu’on tire des enseignements de la crise actuelle pour repenser notre monde et jeter les bases d’une nouvelle approche en matière de développement économique. Pourquoi ne pas penser à prioriser nos écosystèmes et les infrastructures vertes comme une des réponses collectives souhaitées et un legs positif de cette crise mondiale? Les États ont une occasion historique à saisir : mettre la protection et la restauration des écosystèmes, la conservation de la biodiversité et le développement des infrastructures vertes au cœur de la stratégie de relance économique. Ce serait investir pour renforcer à long terme la résilience, la sécurité alimentaire et la santé de nos communautés.
Comme ce fut le cas pour juguler la crise économique de 2008, on s’attend à des investissements d’envergure, en particulier dans les infrastructures. On pense répéter la recette qui avait permis de balayer la dernière récession et de favoriser une croissance ayant propulsé les marchés boursiers vers des sommets inédits. Une décennie au cours de laquelle nous avons vu une multiplication des modes de développement et de consommation qui ont accentué les inégalités socio-économiques et sont responsables des changements climatiques et environnementaux. Sommes-nous sur le point d’accélérer le train qui entraînera notre humanité vers sa propre perte en nous plongeant dans des abîmes encore plus profonds? La question mérite d’être posée car, malheureusement, les discussions autour de la crise du climat qui focalisaient une partie de l’attention planétaire et mobilisaient les jeunes des quatre coins du monde ont été balayées par la pandémie.
Des recherches sont en cours pour expliquer les causes de la COVID-19. Certaines pointent vers un mécanisme de transmission de l’animal à l’humain, les zoonoses. Elles sont responsables d’autres grandes crises sanitaires. Qu’on pense au SRAS, au H1N1 ou au virus Ebola. D’autres zoonoses, comme la maladie de Lyme et la fièvre Zika, semblent être liées aux changements climatiques, à l’urbanisation et à la dégradation de nos écosystèmes. Plusieurs chercheurs estiment que la destruction et le pillage des écosystèmes, devenus systématiques dans certains pays, vont précipiter la crise du climat en plus d’accroître les risques de futures pandémies. L’Organisation mondiale de la santé est d’ailleurs sans équivoque : les changements climatiques constituent en ce XXIe siècle la menace la plus importante à la santé humaine.
Dans son essai Effondrement, Jared Diamond nous rappelle qu’au cours de l’histoire, les grands problèmes environnementaux ont joué un rôle majeur dans la disparition des sociétés humaines. Il évoque des enjeux qui bouleversent présentement nos écosystèmes, à savoir la déforestation, la destruction des habitats, la dégradation des sols, la contamination des sources d’eau potable, la surpêche, la chasse excessive ainsi que l’introduction d’espèces envahissantes. Ces problèmes sont aggravés par nos modes de vie et de production, notamment des pratiques agricoles non durables généralisées à travers le globe. Depuis plusieurs décennies, on exploite aussi de façon inconsidérée les ressources non renouvelables de la Terre en détruisant au passage des milieux naturels.
À l’heure où l’anxiogène COVID-19 s’est immiscé dans nos vies, il ne faut donc pas perdre de vue les enjeux liés à l’effondrement de la biodiversité et de la santé des écosystèmes qui sont essentiels pour la survie des humains et des autres espèces. Comme le montrent les travaux des experts réunis dans le cadre de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques, nous sommes en voie d’atteindre un point de non-retour. Pour paraphraser Greta Thunberg, retourner à la normale après la COVID-19, c’est replonger tête première dans la crise climatique qui, à l’horizon 2050, promet son lot de bouleversements et des réfugiés par millions. À l’heure où notre humanité est confrontée à l’un de ses plus grands défis, laisserons-nous une fois de plus notre destin collectif et celui des générations futures aux mains d’un modèle économique néolibéral qui exige plus d’infrastructures coûteuses et une croissance infinie et non durable de nos PIB?
Les Nations Unies nous rappellent dans le préambule de leur résolution sur le Programme de développement durable à l’horizon 2030 que le progrès économique, social et technologique peut se faire en harmonie avec la nature. Il semble que nous avons ici une occasion historique à saisir : mettre les principes du développement durable au cœur des mesures de stimulation économique pour réconcilier nature, société et culture.
Pour relancer notre économie, misons par exemple sur des programmes d’investissements qui créeront des emplois décents et bien rémunérés dans la protection et la restauration des écosystèmes, la conservation de la biodiversité et la création d’infrastructures vertes, y compris celles assurant notre sécurité alimentaire. Avec les milliers de milliards annoncés, on peut jeter les bases d’un nouveau plan Marshall environnemental ou pacte vert. Ceci exigerait cependant qu’on fasse des choix fondamentaux sur le plan sociétal et qu’on accepte de changer nos styles de vie pour prioriser la satisfaction des besoins de base pour toutes et tous.
Avancer dans cette direction exigerait de voir au-delà du béton, du bitume et de l’acier pour considérer cette multiplicité de milieux naturels qui sont essentiels à notre survie et à ce fragile équilibre qui a toujours existé entre l’humain et la nature. On en est venu à oublier les biens et les services que les écosystèmes et la biodiversité nous procurent tout au long de l’année, tant sur le plan physiologique, psychologique que culturel.
Les investissements doivent cibler la protection et la restauration de ces vastes infrastructures naturelles que représentent les nombreux parcs et les aires terrestres et marines protégées, y compris celles sous la gouvernance des Peuples autochtones. On doit justement augmenter leur nombre pour rencontrer les objectifs pour la biodiversité au-delà de l’horizon 2020. Mettons à contribution les nombreux sites désignés par l’UNESCO, tels les réserves de biosphère, les géoparcs mondiaux et les sites du patrimoine mondial. Ils servent déjà à protéger des écosystèmes uniques et à mobiliser les acteurs locaux et régionaux, y compris ceux des secteurs de l’éducation et de la recherche, pour avancer des objectifs communs en matière de conservation de la biodiversité et de développement durable. Misons enfin sur la protection, la revitalisation et la réintégration de milieux naturels dans les zones urbaines, en mettant à profit les idées et le talent de nos architectes, de nos designers et de nos bâtisseurs.
Les êtres humains ont beaucoup de difficulté à tirer des leçons de l’histoire. Il y a fort à parier qu’il en sera de même pour cette crise du COVID-19, dont on risque de parler encore bien longtemps. Imaginons un moment qu’on s’entende pour diriger une partie des investissements vers les écosystèmes et les infrastructures vertes. Ce serait non seulement garantir à nos économies et à nos communautés de bien meilleurs retours sur l’investissement, en misant sur le renforcement de notre autonomie et notre capacité de résilience à long terme. Ce serait surtout une façon ambitieuse et visionnaire d’infléchir le cours de cette histoire humaine qui reste à écrire sur le plan de la lutte contre les changements climatiques et penser, comme nous y invitent de nombreux Peuples autochtones, aux intérêts des sept générations qui, espérons-le, nous survivrons.