Cities are at the forefront of key societal and environmental dynamics. They are both the sites in which global dynamics play out, such as climate change and health crises; and key actors in addressing these major global issues and ‘wicked problems’. As theaters of social dynamics and conflicts, cities and its residents have a key role to play. In a permanent state of transformation, cities are the perfect setting to catalyse advances, benefiting from the perspectives of diversity, expertise, and innovation. 

By definition, solutions to ‘wicked problems’ are not simple. From that perspective, there has been a growing recognition that sustainable and resilient city solutions require a complex system approach, that is, solutions which consider the numerous interactions and feedback loops that a city-system encompasses. This requires transdisciplinary thinking, diversity, inclusion, and multisectoral action, a departure from a world that has until now traditionally favored the favored, with the consequences we know and share. 

While science has increasingly contributed to documenting and understanding the major challenges we face, as illustrated by the massive collaborative work on climate change or the phenomenal mobilization to understand and fight the COVID-19 epidemic, we are far from a situation that optimises the possible synergy between science and action. A focus on solving society’s wicked problems like tackling climate change, addressing inequities, and proposing new logics of production/consumption that support these goals should be among our top priorities, driven by community input.

Why aren’t scientists and urban practitioners not better at synching up? One reason may be the relative ‘disconnect’ between the logics of scientific production on one hand, mostly driven by internal academic structures that govern access to research funding and career promotion, and on the other, the needs faced by our society.

Peer-reviewed production grows exponentially, each paper contributing only marginally to knowledge production and making it difficult to leverage evidence for practical applications or interventions. Most systematic reviews bemoan a lack of longitudinal, intervention-based research, observing that most of the evidence produced is of cross-sectional nature, revealing little about causal processes, and offering poor indications for concrete action and public policy adjustment. 

Meanwhile, decision-making in cities and planning of urban systems are confronted by their own inherent limitations, from lack of funding to local governance struggles, an area for which solid evidence on what works is lacking. The citizens and communities that make up our cities are often left out of the decision-making process. Fundamentally, city strategic planning and urban interventions only partly rely on adequate evidence and community input, and rarely adopt validated processes, limiting our ability to tackle wicked problems that need addressing.

In other words, to improve the linkage between science and urban policy, changes are required in how science is produced, urban policy is made, and how they both interact.

For this to happen, we need to start strengthening interdisciplinary training, integrating scientific expertise in municipal governance and action, training academics in policy cycles and realities, and teaming up with knowledge brokers. While all these can contribute to building stronger links, we believe boundary structures are needed to pave the way towards better collaborations to respond to urban challenges with a science to policy approach. One example of a boundary structure are dedicated collaboratories. These settings help academics co-construct and co-conduct research endeavours with municipal partners, ensuring relevance, both for institutions and communities. Such an effort was recently launched in Québec, Canada, where the Chief Scientific Officer jump-started the Uni-Cité Collaboratory, bringing together two labs with expertise in municipal governance and urban health, with the mission to help bridge the gap between science and urban policy. To achieve this, Uni-Cité (https://www.uni-cite.ca/) generates guidelines, tools and methods to help the scientific and municipal communities come together. They also directly support and collaborate with research and intervention projects that involve both municipalities and researchers. By guiding, observing, and learning from the process, Uni-Cité identifies what actually works when implementing change. 

Researchers’ strengths mainly lie in their mastery of concepts, theories and methods helping to grasp complexity, make sense of our world, and imagine and design new ways. Scientific debates are rarely simple and straightforward: acknowledging unintended consequences and putting opposing and evolving views into perspective are also core to the scientific approach. Meanwhile, cities as sites of action and transformation have no choice but to experiment with this complexity head on. Strengthening the links between science and urban policy will help to observe, reflect, and reveal a world of possibilities. 

Yan Kestens and Marie-Christine Therrien co-lead the Collaboratory Uni-Cité, which promotes and optimizes the links between science and policy, through action research with cities and creates resources to support future collaborations. More on Uni-Cité at www.uni-cite.ca 

Collaboratoires pour rapprocher la science des politiques publiques urbaine

Les villes sont à l’avant plan des grandes dynamiques sociétales et environnementales d’aujourd’hui. Elles sont à la fois les lieux où se jouent les enjeux globaux, comme les changements climatiques et crises sanitaires; et des actrices dans la mise en place de solutions à ces enjeux. Théâtres de dynamiques sociales et de conflits, les villes et leurs habitants ont un rôle clé à jouer. Les villes sont en mutation permanente, ce qui font d’elles un espace idéal pour déclencher des transformations profondes soutenue par des perspectives diverses, l’expertise et l’innovation urbaine.

Par définition, les solutions aux problèmes pernicieux ne sont pas simples. Dans cette perspective, il y a une reconnaissance croissante que la mise en place de solutions pour des villes durables et résilientes exige une approche « systèmes complexes », c’est-à-dire des solutions qui prennent en compte les nombreuses interactions et boucles de rétroaction qu’une ville englobe. Cela nécessite une réflexion transdisciplinaire, de la diversité, de l’inclusion et une action multisectorielle. Cela demande aussi une rupture avec le monde qui a traditionnellement privilégié les privilégiés, menant aux inégalités et disparités que nous connaissons et vivons aujourd’hui.

Bien que la science ait contribué à documenter et comprendre les défis majeurs auxquels nous sommes confrontés, comme l’illustrent le travail collaboratif sur les changements climatiques ou la mobilisation pour combattre la pandémie de la COVID-19, nous sommes loin d’une situation qui optimise la synergie possible entre science et action. Propulsée par la participation communautaire, notre priorité principale devrait être la résolution des problèmes pernicieux auxquels fait face notre société, tels que les changements climatiques, les inégalités et le besoin pour de nouvelles logiques de production/consommation qui soutiennent ces objectifs.

Pourquoi la science et le milieu municipal ont-ils tant de difficultés à s’arrimer? Une des raisons peut être la différence entre les logiques de production scientifique d’une part, principalement portées par les structures académiques internes qui régissent l’accès au financement de la recherche et la promotion des carrières, et les besoins auxquels est confrontée notre société, d’autre part.

La production évaluée par les pairs croît de façon exponentielle, chaque article ne contribuant que marginalement à la production de connaissances et rendant difficile l’utilisation des résultats pour des applications ou interventions pratiques. La plupart des revues systématiques déplorent le manque de recherche longitudinale et interventionnelle, observant que la plupart des données probantes produites sont de nature transversale, révélant peu sur les processus causaux et n’offrant pas assez d’indications pour une action concrète et un ajustement des politiques publiques.

En parallèle, la prise de décision dans les villes et la planification des systèmes urbains sont confrontées à leurs propres limites inhérentes, du manque de financement aux luttes de gouvernance locale. Dans ces domaines, il nous manque des données probantes solides sur ce qui fonctionne sur le terrain. Les communautés qui habitent les villes sont souvent exclues du processus décisionnel. Fondamentalement, les processus de planification stratégique et de mise en place d’interventions urbaines ne reposent que partiellement sur la participation communautaire et les données probantes et adoptent rarement des processus validés, ce qui limite notre capacité à nous attaquer aux problèmes pernicieux.

En d’autres termes, pour améliorer le lien entre la science et la politique urbaine, des changements sont nécessaires dans la façon dont la science est produite, les politiques publiques urbaines sont élaborées et la façon dont elles interagissent toutes les deux.

Pour ce faire, nous devons renforcer la formation interdisciplinaire, intégrer l’expertise scientifique dans la gouvernance et l’action municipales, former les universitaires aux cycles et réalités politiques et faire équipe avec les utilisateurs de connaissance. Bien que tout cela puisse contribuer à renforcer les liens, nous pensons que des structures frontières sont nécessaires pour ouvrir la voie à de meilleures collaborations pour répondre aux défis urbains avec une approche science au service des politiques publiques. Un exemple d’une structure frontière sont les collaboratoires. Ces milieux aident les universitaires à co-construire et à co-mener des projets de recherche avec des partenaires municipaux, assurant la pertinence, à la fois pour les institutions et les communautés. Un tel effort a été récemment lancé au Québec, Canada, où le Scientifique en chef a lancé le Collaboratoire Uni-Cité, qui réunit deux laboratoires possédant une expertise en gouvernance municipale et en santé urbaine, avec pour mission d’aider à faire le pont entre la science et les politiques publiques urbaines. Pour y parvenir, Uni-Cité (https://www.uni-cite.ca/) crée des guides, des outils et des méthodes pour favoriser le rapprochement des communautés scientifiques et municipales. De plus, il soutient et collabore directement avec des projets de recherche et d’intervention impliquant à la fois des municipalités et des chercheurs. En guidant, en observant et en apprenant du processus, Uni-Cité identifie ce qui fonctionne dans des conditions réelles lors de la mise en œuvre de transformations urbaines.

La force des chercheurs réside principalement dans leur maîtrise des concepts, théories et méthodes permettant de saisir la complexité, de donner du sens à notre monde, d’imaginer et de concevoir de nouvelles voies. Les débats scientifiques sont rarement simples et directs : reconnaître les conséquences imprévues et mettre en perspective des points de vue opposés et évolutifs sont également au cœur de l’approche scientifique. Pendant ce temps, les villes en tant que lieux d’action et de transformation doivent vivre et agir face à cette complexité directement. Le rapprochement de ces deux réalités via un renforcement des liens entre science et politiques publiques urbaines permettra de mieux réfléchir et révéler un monde de possibilités.

Yan Kestens and Marie-Christine Therrien co-dirigent le Collaboratoire Uni-Cité, qui fait la promotion et optimise les maillages entre la science et les politiques publiques urbaines. Elle mène des recherches-action avec les villes et créent des ressources pour appuyer les collaborations futures. Pour en savoir plus sur Uni-Cité, visitez le  www.uni-cite.ca